!-- Font Awesome -->

06 novembre 2010

Looks like a Brunette version of Betty Draper to me ;)
Parfois, il faut savoir prendre son mal en patience. Temps pourri, je rentre chez moi car la personne qui m'a fixé rendez-vous m'a posé un lapin (résultat shopping imprévu à la place, mon douzième manteau). Je rentre chez moi, au calme. Un peu trop calme à mon goût, un coup sur les programmes de mon cinéma et j'ai un petit quart d'heure en bus pour arriver au bonheur : une salle de cinéma, dans l'obscurité avec un bon film, oublié la rancœur.

J'ai de la chance, le bus arrive à l'heure .. et puis un peu moins, il s'arrête moins de cinq minutes après, en bas du boulevard (j'habite dans le centre-ville) cause manifs. Bon, je fustige un peu mais il est encore temps, je marche donc d'un pas décidé vers le bonheur. Les nuages absents ce matin, se pressent d'arriver et se mettent à gronder, je travers la place Royale quand les premières grosses gouttes tombent. On ne m'aura pas. Me voilà devant le cinéma mais je n'ai pas été la seule à opter pour un cinoche un samedi après-midi - trop de monde à l'intérieur. J'opte pour la borne placée à l'extérieure - car je suis une fille multi pass donc pas besoin de faire la queue  ;)


Et là devant moi, deux nanas d'une vingtaine d'années avec deux gosses,  qui passent leur temps à courir partout et donc à faire hurler l'une d'elle ("Etanneeeeeee" - une pensée pour tous les Ethan dont leurs noms sont écorchés vifs dans notre beau pays), d'ailleurs c'est elle qui découvre le monde merveilleux des bornes et s'emploie à acheter 4 places.
Elle est arrivée à choisir son film ("Moi grand moche et méchant..") puis a pesté en voyant qu'il est en 3D mais là une question existentielle lui tombe dessus "comment savoir s'il reste assez de places à cette séance pour nous tous ?" - là j'avoue, je suis sur le cul et je remarque une grande gêne de sa copine (qui tente au passage de retenir Etanneeeee) et qui me lance un regard désespéré :" Euh, ils vendraient pas des places si y en avait plus" tente-t-elle timidement mais l'autre ne démord pas : "Moi je veux pas commencer à payer pour des places si y a pas le compte". Là j'avoue j'ai craqué, je lui ai lancé le regard qui tue (traduction : mais t'es vraiment conne ou quoi? Ces bornes sont en réseaux et le logiciel calcule le nombre de places restantes, tu crois qu'ils comptent comment le nombre restant de places à une séance ? Patate ?).

Je décide donc de tenter ma chance à l'intérieur (où il y a cinq bornes) et là surprise,  pas grand monde - ils sont tous agglutinés aux caisses. Devant un jeune couple amoureux qui achète ses places - enfin, non - le mec paie sa place et file en plantant sa copine. Une blonde qui lui susurre des mots doux et le laisse partir. Maintenant je sais pourquoi : elle refuse qu'il la voit se servir d'une borne. La pauvre fille en est en effet intellectuellement incapable, d'abord elle rentre sa carte d'abonnée (ou bancaire) quatre fois avant de réaliser que ça marche mieux dans le bon sens, puis enfin au moment de choisir son film (écran tactile) n'appuie pas sur le titre du film, non elle passe juste son doigt devant ! Une fois deux fois, trois fois... J'y crois pas ! Elle n'arrive toujours pas à sélectionner le film, j'ai l'envie étrange de l'étrangler ou de demander à voir son téléphone, car comment fait-elle avec un iPhone ? Bref au bout de trois essais, elle finit par appuyer tout gentiment mais la borne elle-même n'en peut plus et n'obéit donc plus à ses ordres.

J'ai craqué, je suis donc passée à une troisième borne, libre. Dur dur. 

Maintenant je réalise à quel point j'aime les séances à 11h du mat quand on est trois ou quatre dans la salle, qu'on entend chaque siège craquer, et qu'il n'y a pas un type qui se sert de son téléphone portable (un écran allumé qui éclaire toute la salle). Ce même type qui aujourd'hui a eu droit à sentir mon souffle dans son coup. Fluide glacial. Madame a dit à Monsieur de "ramasser son engin immédiatement".


Je me dis qu'il faut vraiment, vraiment aimer le cinéma pour endurer ça. Fort heureusement le film en valait la peine ;)

2 commentaires:

  1. Jolie galerie de portraits en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui ! Les "autres" comme disait si bien JP Sartre ;)

    RépondreSupprimer