mercredi 25 mai 2016

My new addictions of the week




Au menu cette semaine : Harry Bosch, Candice Renoir, Russell Crowe, Wentworth Miller, Banshee, Attention film coup de : La promesse d'une vie, Prison Break, Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points, Olga Kurylenko et enfin retour sur le Festival de Cannes.
  
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 23 mai 2016

X-Men Apocalype

Honnêtement, ce film n'était pas à mon programme mais ma soeur a su me convaincre d'aller le voir. Après tout, j'ai déjà vu les deux derniers volets de l'aventure des X-Men et plus particulièrement de leur histoire. Nous voilà donc embarquées avec une de ses amies dans la salle de cinéma, la plus grande, pour voir le dernier opus de la saga en vo et en 3D d'une durée de 2h20 ! 

L'amie de ma soeur a bien voulu nous rappeler la situation - après l'échec cuisant de Magneto, dix ans ont passé. Et nous voilà plongés dans les 80's ! Oui, vous ne rêvez pas ! Chez Charles-Xavier (James McAvoy), son "école" se développe bien. Les mutants ont dorénavant le droit de vivre au grand jour et peuvent même, comme les nouveaux élèves, filer faire un tour au mall.  Mais c'est encore très différent dans une grande majorité de la planète, et Raven/Mystique (Jennifer Lawrence), devenue pour tous les mutants qui doivent vivre cachés, leur héroïne, s'est donnée pour mission d'ex-filtrer de l'Union Soviétique tous ces jeunes mutants dont certains sont utilisés comme bêtes de foire. C'est ce qu'elle fait avec un jeune allemand de Berlin Est, Diablo, il est tout bleu, possède une longue queue et surtout le don de se transporter d'un endroit à un autre. 

En Egypte, l'agent de la CIA, Moira (Rose Byrne) est sur la trace d'un culte qui vénère l'un des derniers pharaons. Ah oui, ai-je oublié de vous dire qu'ici on remonte le temps dès le départ - j'avoue que le générique de début du film vaut à lui seul le détour. Une petite merveille de technologie. 
Bref, deux mille ans avant Jesus-Christ, un Pharaon peut orthodoxe régnait sans partage : le 1er mutant qui possédait le don de s'approprier les pouvoirs des autres mutants qu'on lui offrait en sacrifice lors d'une cérémonie en grandes pompes. Mais face à pouvoir presque indestructible, une poignée d'hommes eurent le courage de donner leur vie et d'empêcher le dernier transfert. La pyramide s'écroule sur le mutant et l'histoire l'oublie. Jusqu'à ce que ce culte réapparaisse et que des hommes commencent à fouiller les catacombes au Caire et réveillent bien malgré eux le pharaon endormi. Moira a juste la chance d'en sortir vivante, au grand soulagement de Charles-Xavier qui, accompagné de Hank (Nicholas Hoult) utilisait sa machine, le cerebro. 

Jean Grey, Diablo et Cyclops

Le plus surprenant est sans doute Magneto (Michael Fassbender), qui suite à ses déboires, a eu l'idée étrange d'aller se cacher dans une petite ville industrielle dans un pays de l'URSS, la Pologne. Il vit comme un simple ouvrier d'usine. Il consacre tout son temps à sa petite famille, une Polonaise et la petite fille qu'ils ont eu ensemble.  Mais malheureusement, son bonheur sera de nouveau de courte durée et le pharaon réveillé, les Mutants vont à nouveau être au devant de la scène, bon gré, mal gré...

L'autre partie du film est consacrée à vous raconter les "débuts" des X-Men, ceux qu'on va retrouver ensuite dans le tout premier X-Men de la saga (celui-ci va être rediffusé à la télévision) : ainsi, on y croise la très jeune Jean Grey (jouée par Sophie Turner, connue pour GoT), élève à l'école de Charles-Xavier, la jeune femme est mal dans sa peau et crainte par les autres élèves pour ses dons de prophétie. J'avoue que le choix nous a surpris, car si les autres ont vraiment une ressemblance avec leurs versions "plus âgées", ici ce n'est pas le cas.



Elle est rejointe par Scott, plus connue sous le nom de Cyclops, dont les yeux meurtriers viennent de naître. Il est interprété par Tye Sheridan, un jeune acteur que l'on voit partout. On y retrouve Steven, un survivant de la première vague des X-Men, le frère ainé de Scott, mutant également qui aide Charles-Xavier à trouver les élèves pour son école. 

En Egypte, le pharaon va recruter une jeune voleuse des rues, punk, elle possède aussi un don - c'est une mutante, Ororo, qui n'est autre que Storm, adolescente et un jeune homme ailé (très très 80's), Angel, joué par Ben Hardy (inconnu au bataillon).  Enfin, je me dois de citer Olivia Munn, une actrice très connue, qui joue aussi une mutante, Psylocke. Cette dernière accompagne donc En-Sabar-Nur, ce mutant pharaon dont j'apprends aujourd'hui qu'il est joué par Oscar Isaac (si si!), mais comme on ne voit jamais son vrai visage, j'ignorais totalement qui l'interprétait.

Quicksilver

Le plus amusant ? L'arrivée de Quicksilver - joué par Evan Peters, un jeune mutant qui a don de se déplacer plus vite que l'air et sera grandement utile à sauver les vies des élèves et plus tard lutter contre l'Apocalypse promise par le Pharaon. J'avoue, je prendrais bien son don ! Le garçon, déjà présent dans le précédent volet (?)  apporte sa touche d'humour au film et j'adore son personnage de loser.

Que dire du film d'ailleurs ? Un bon divertissement, l'apparition d'un mutant dont j'avais déjà deviné le nom dans le film, vient égayer l'histoire, plutôt sombre. On y découvre comment Charles-Xavier perd ses cheveux et si les geeks racontaient à la sortie du film, que Marvel n'est pas fidèle aux comics, il en reste néanmoins un très bon divertissement. La 3D ? Utile mais pas sur les 2h20 du film, qui pour une fois, prend vraiment son temps à présenter tous les personnages et toute l'histoire avant de livrer les plus grandes scènes de combat dans la dernière demi-heure. 

Je n'ai recherché que le divertissement et il était au rendez-vous, j'adore la bromance entre Charles-Xavier et Magneto, et j'ai adoré avoir Moira accompagner les héros tout du long de l'histoire, et même participer à la dernière bataille. Pour la profondeur de l'histoire, on en revient toujours au même : un Mutant seul ne peut posséder une telle puissance. 

Mon avis : 


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 16 mai 2016

Money Monster

Il aura fallu Cannes et la montée des marches de Julia pour que j'entende parler du film Money Monster, réalisé de surcroît par Jodi Foster.  Une bande-annonce plus tard et me voilà dans la salle de cinéma embarquée dans une histoire dont je ne connais pas grand-chose, et le résultat ? Une très bonne surprise !

Scotchée à mon siège, j'ai pensé pendant le film aux montagnes russes pour comparer les émotions que la réalisatrice américaine fait ressentir aux spectateurs pendant ces 98 minutes. Pourtant, ce n'était pas gagné. Lee Gates (George Clooney) est le présentateur vedette de l'émission Money Monster. L'homme vient ici vous vendre des stock options - avec lui, la bourse américaine n'a aucun secret et c'est avec une grande verve qu'il vous chante les mérites de telle ou telle entreprise, poussant les spectateurs à investir leurs maigres économies ... 

Malheureusement, lorsque George vante les mérites d'Ibis, une nouvelle société, cotée en bourse depuis moins d'un an et dont les actions montent en flèche, c'est pour être réveillé  un matin avec une gueule de bois : suite à un "glitch" (couac) informatique, la société annonce avoir perdu en une nuit plus de 800 millions de dollars.  Tant pis pour tous les petits investisseurs qui s'étaient précipités sur les actions de cette entreprise dirigée par son très populaire directeur, Walt Camby (Dominic West). Celui-ci est invité à venir s'expliquer mais il a disparu, il serait quelque part dans le monde, à bord de son jet privé. Patty (Julia Roberts), la productrice de l'émission obtient que la directrice de la communication de l'entreprise Ibis prenne la parole, Diane Lester (Caitriona Balfe) en direct depuis le siège d'Ibis. 

Lee Gates commence à peine son émission lorsqu'un jeune homme (Jack O'Connell) apparait sur le plateau. Il ressemble à livreur puisqu'il porte deux cartons avec lui. Intriguée, Patty le laisse monter sur scène - mais le jeune homme brandit une arme sur Lee - la prise d'otages, en direct commence. Il force Lee à enfiler une veste remplie d'explosifs, cachée dans une des boîtes en carton. A tout moment, il peut relâcher le détonateur. Patty arrête le direct mais le preneur d'otages la force à remettre le direct .. Peu à peu, les images font le tour du pays puis de la planète. Le jeune homme, Kyle, avait fait confiance à Gates et investit tout l'héritage de sa mère dans les actions Ibis avant de tout perdre. Il veut comprendre et ne croit pas à ce "glitch" (couac) ...



Je ne vous raconterai pas la suite mais sachez que l'histoire prend vraiment une tournure intéressante. Jodi Foster assure sur les deux plans : le thriller, passionnant, rythmé - le suspense vous tient en haleine et l'aspect politique : Jodi Foster veut dénoncer ici la puisse des magnes financières qui peuvent délester de les citoyens de toutes leurs économies sans jamais être inquiétées. Ainsi, ce sont des milliers de fonds de pension (de retraite) qui ont disparu en une nuit. Imaginez si on vous disait demain que votre retraite ne vous sera pas versée !

Et là, on voit comment cette prise d'otage va pousser Lee Gates, et toute la production de son émission à faire le mea culpa et à rechercher la vérité - faire enfin un vrai job d'investigation et comprendre comment 800 millions de $ peuvent se volatiliser en une nuit.

Bref, j'ai passé un très bon moment. Tous les acteurs sont formidables, et si George Clooney et Julia Roberts passent la majorité du film à discuter à distance (via un système d'oreillette comme nos chers présentateurs télé), leur complicité est réelle et cela se ressent dans le film. Quant à O'Connell, il est parfait. Cela m'a amusé de voir qu'il garde son accent anglais mais que tout le monde le considère comme un parfait New-Yorkais !



Ici, j'aime aussi le fait que Jodi Foster arrive à surprendre le spectateur et évite toutes les grosses ficelles ou ce qu'on l'on s'attend avec une prise d'otages.  Et le film vaut le coup rien que pour voir le personnage de George Clooney, se ridiculiser en dansant, accompagné de deux danseuses à chaque émission ;-)

Mon avis : 

Rendez-vous sur Hellocoton !