!-- Font Awesome -->

06 janvier 2020

Star Wars, episode IX - The Rise of Skywalker




Il m'était difficile de ne pas aller assister au dernier épisode de la saga. Après tout, j'ai vu le premier épisode toute petite, cette histoire m'aura donc occupé une bonne moitié de ma vie. Nous retrouvons les mêmes personnages que dans le précédent opus. 

Disney a racheté la compagnie de George Lucas, le créateur de la sage. Ce dernier a avoué qu'il était déçu par la tournure des évènements et que les nouveaux producteurs n'ont pas suivi les idées qu'il avait eu. Et je le crois. J'avoue que j'avais été enchantée par le premier volet de cette nouvelle trilogie,  j'avais bien accroché au personnage de Rey mais je termine sur un goût doux-amer. Doux parce que j'ai toujours aimé cette saga, et retrouver tous les robots, Chewbacca et même Rey fait très plaisir, mais amère car le scénario a viré au classique américain, très manichéen et très propre. 

Du coup, en écrivant ces mots, je réalise que je suis sortie du cinéma et que j'ai enchainé sur ma journée en ne pensant plus une seule fois au film. Moi qui aime au contraire rester dans cette sorte de mélange réalité/fiction pendant quelques heures. J'ai passé un agréable moment, si vous cherchez du divertissement Disney, vous serez comblé mais il a manqué quelque chose. Même si je le dis, les acteurs jouent très bien tous leurs rôles - l'humour est présent mais malheureusement il fait trop calculé, il est trop bien placé, j'ai esquissé des sourires mais sans plus. 

J'ai quand même été touchée par la mort de la Princesse Leia jouée par Carrie Fisher, enfin surtout la détresse de Chewie car j'ai repensé aux tous premiers épisodes, beaucoup plus intrépides et drôles. Et puis Carrie Fisher est décédée peu de temps après avoir tourné ces scènes. Daisy Ridley, Adam Driver, John Boyega et Oscar Isaac sont impeccables dans leurs rôles. Mais j'ai trouvé que les discours pour rassembler les combattants contre Palatine étaient très simplistes et à la fin le réalisateur copie des scènes entières de la première trilogie. Mais j'imagine que c'était voulu, ainsi on fermait une certaine boucle. 



Bref, un bon divertissement, pas le meilleur cependant de la trilogie. Je crois que je resterai éternellement fidèle aux tous premiers (en fait les 4, et 6), j'avais détesté les 1, 2 et 3 (avec Natalie Portman) et je garde un petit coup de coeur pour Rogue One, un dérivé de la série que j'ai trouvé excellent et qui osait tuer ses personnages à la fin. 

Ma note : ♥ (♥)

26 décembre 2019

Joyeuses fêtes

Joyeuses fêtes à tous !

 Le blog fait une pause pendant les vacances scolaires. 

De retour avec vous en 2020 !

18 novembre 2019

J'ai fait l'expo Charlie Chaplin à Nantes !



Le musée d'arts de Nantes consacre en ce moment une exposition à Charlie Chaplin, mais ici, si on revoit l'ensemble de son oeuvre, c'est à travers un oeil bien particulier : celui des avant-gardes.

J'ignorais ainsi presque totalement le lien aussi profond entre l'artiste qui nous fit découvrir dès 1914 son personnage fétiche avec les artistes avant-gardistes : de Fernand Léger à Marc Chagall, d'Alexander Calder à René Magritte, de Frantisek Kukpka à Man Ray, de Meret Oppenheim à Claude Cahun. Je savais que l'artiste, lorsqu'il s'était installé en Suisse, avait des amitiés profondes avec les peintres mais j'ignorais tout de leurs échanges affirmés ou des dialogues inconscients entre ces deux mondes. Chaplin inspira les artistes de son temps, ses films traduisaient le combat des citoyens du monde entier dans une société en pleine révolution industrielle. 

Si comme moi, vous aimez l'art avant-gardiste, alors vous ne devez pas rater cette exposition qui regroupe pas moins de 200 oeuvres provenant de collections du monde entier. L'exposition, dont la scénographie est très soignée propose d'abord une fresque relatant la vie de l'artiste, son enfance, sa jeunesse (moins connue), puis la gloire, l'Amérique, la chasse aux sorcières, sa vie en Suisse. Des extraits de ses plus grands films sont diffusés (on peut s'assoir et en profiter), et tout du long et introduisent les oeuvres d'art qui reflètent l'oeuvre chaplinienne à travers quatre thématiques : 
- l'homme-machine (Fernand Léger, Kupka, etc.)
- la poétique du monde (Magritte, André Breton..)
- le spectacle mis en abime (Calder ou Chagall par exemple)
- l'absurdité de l'histoire avec la première moitié du 20è S.

J'ai fait l'expo un peu au pas de course, sur le temps du déjeuner, et je compte bien y retourner pour en profiter pleinement !
Le musée a ajouté une information complémentaire lié au succès attendu de l'exposition et indiquer les heures les plus favorables (comptez 1h30 de visite).


Informations pratiques
Du 18 octobre 2019 au 3 févrirer 2020
Horaires :
11h à 19h, fermé le mardi et les jours fériés
Ouvert en nocturne jusqu'à 21h le jeudi
10 rue Georges Clémenceau
44000 Nantes