lundi 25 mai 2015

Le festival des littératures - Atlantide - à Nantes


Le festival des littératures, Atlantide, les mots du monde ouvre ses portes à Nantes du 28 au 31 mai prochains. Le festival investit la ville : programmés au lieu unique, les auteurs iront à la rencontre de leurs lecteurs au Château des Ducs, mais aussi dans 9 librairies du centre-ville (dont Coiffard, Durance, Vent d'Ouest, l'Atalante et Les Biens-Aimés, etc.) et dans les bibliothèques et médiathèques nantaises.

Un programme alléchant avec des rencontres et des lectures à une ou plusieurs voix dont celle de la très belle Irène Jacob.

Communiqué de presse (bien mieux dit que moi...) : 

Quelle que soit sa forme, du roman à l’essai, de l’ouvrage pour la jeunesse au roman graphique, Atlantide met l’accent sur une littérature ouverte au Monde et engagée dans la réalité de son environnement proche ou lointain. Une littérature qui, en se faisant le reflet et le relais de nos grandes problématiques politiques, religieuses, sociales, etc. nous accompagne dans nos questionnements, peurs et colères comme dans nos espérances et nos enthousiasmes. Une littérature qui, parce qu’elle conjugue au passé, présent et futur les mots du Monde, s’adresse à tous et nous concerne tous. 

Placée sous la direction artistique d’Alberto Manguel, écrivain et spécialiste de la lecture, la 3e édition d’Atlantide propose quatre jours de partage avec des grands noms de la littérature, et de découverte d’une génération montante de plumes et dessinateurs d’une vingtaine de nationalités différentes. 

Une cinquantaine d’auteurs invités parmi lesquels : Boris Akounine, Andrea Bajani, Barroux, Aurélien Bellanger, Leopoldo Brizuela, Larry Tremblay (L'Orangeraie), Olivier Rolin, Glen Chapron, Audrée Wilhemy, Kamel Daoud, Daniel Kehlmann, Kerry Hudson, Mario Levi, Amin Maalouf, Andreï Makine, Azar Nafisi, Daniel Picouly, Christoph Ransmayr, Marie-Claire Blais, Enrique Vila-Matas... 

Plus de 40 grandes rencontres, moments d’échanges et de débats entre ces écrivains seront l’occasion d’aborder des thèmes littéraires et quelques grands enjeux de nos sociétés : 

• Liberté d’expression, censure et répression : l’éternel combat 

• Qui donne la parole à ceux que la société prive de voix ? 

• À quoi bon lire Voltaire aujourd’hui ?

• Humour et ironie en littérature 

• Je te hais au nom de Dieu,… 

Je vous invite à découvrir le site dédié au festival ici et pour les curieux le programme détaillé (avec une présentation des auteurs participant). Si vous avez prévu de venir passer le week-end à Nantes, profitez-en ! Moi je suis très curieuse de rencontrer Larry Tremblay et d'écouter la jolie voix d'Irène Jacob.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 20 mai 2015

My addictions of the week


Ciao Mad Men !

Mad Men a tiré sa révérence après sept années de bons et loyaux services. Adieu Don Draper, Joan Holloway, Betty, Peggy, Stan et tous ceux qui m'auront fait vivre les années 60 à New York - la cigarette au bec. Hier soir, j'ai donc regardé les deux derniers épisodes (j'avais sauvegardé l'avant-dernier) en évitant d'aller sur Internet ou tout autre réseau social pour profiter des derniers instants d'une de mes séries préférées. 

Un grand merci à Matthew Weiner pour m'avoir fait rêver pendant toutes ces années et quels soins apportés aux détails. Un énorme boulot. 

J'ai même regardé le dernier épisode une deuxième fois. Plus particulièrement pour Peggy - qui m'aura fait rire jusqu'au bout et où j'ai trouvé la scène de la révélation tellement drôle et j'ai aussi une pensée émue pour Birdy

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 15 mai 2015

Laggies (Girls Only)

Hop ! Du retour du ciné, où je suis allée voir Girls Only (Laggies en vo). A l'aube de ses trente printemps, Megan (Keira Knightley) est toujours en couple avec son petit ami du lycée et fréquente encore ses trois meilleures amies de l'époque. Mais contrairement à celles-ci, l'une déjà mariée et enceinte, l'autre à la vielle de son mariage, la vie de Megan semble stagner.  La jeune femme, doublement diplômée se cherche toujours. Elle n'a toujours pas de vrai job et préfère passer ses journées sur le canapé à regarder la télé. Le réveil, brutal, vient lorsque son petit ami lui propose de l'épouser et qu'elle découvre le même soir son père en délicate situation. Megan prend alors ses jambes à son cou et fait par hasard la connaissance d'Annika (Chloë Grace Moretz), 16 ans et de ses amis (Misty, Patrick et Junior).

Retombant avec joie dans l'adolescence, Megan vient habiter chez Annika et partage avec elle sa vie de lycéenne.  Jusqu'au jour où elle rencontre le père d'Annika (Sam Rockwell)...

J'avoue sans détour que je m'attendais à voir une comédie américaine typique (on rit pas mal mais c'est tout) et que je me suis entièrement trompée ! Et quelle joie de s'être trompée à ce point. La scénariste dresse ici un portrait très juste, non seulement des jeunes femmes d'aujourd'hui (30 ans) mais aussi des adolescents. Ici pas de caricature de l'adolescent américain ou de la jeune femme à qui tout réussit. Ici ce sont des gens de chair et d'os un peu perdus et qui se raccrochent à d'autres âmes perdues.


Tous les personnages sont extrêmement attachants - ils ont ce point commun de se chercher encore, d'essayer de trouver un sens à leur vie. Megan et Annika deviennent très proches et c'est très rapidement qu'Annika confie ses soucis, pas uniquement ceux d'une ado de seize ans (sauf peut-être sa première histoire d'amour) ainsi elle pense beaucoup à sa mère qui les a abandonnés il y a sept ans et dont elle continue de croiser le visage dans des magazines de lingerie. Son père ne s'est jamais vraiment remis de cette rupture et essaie tant bien que mal d'assumer son rôle de figure paternel. Megan est une jeune femme qui s'est laissée longtemps portée par la vie mais réalise qu'il faut un jour prendre soi-même les décisions même si cela inclut un changement de vie radical.

Chacun s'y reconnaître forcément, même les rôles secondaires sont touchants comme le père de Megan, ou Patrick (Dylan Arnold), l'ami d'Annika qui déprime, ses parents étant en plein divorce ou Misty (Kaitlyn Dever) qui apporte ici une vraie touche de fraicheur avec cette personnalité si forte.



Bref, j'ai vraiment passé un super moment en compagnie de ces adolescents pour une fois intelligents, profonds et gentils (chose rare aujourd'hui, une vraie gentillesse) et de ces adultes un peu paumés.

Evidemment, une de mes raisons de mon déplacement était la présence de Keira Knightley qui je l'avoue m'enchante à chaque apparition. Dans ce film, elle passe la moitié de son temps en pyjama et dieu que ça lui va bien ! Elle apporte ici une touche de simplicité à Megan et sait très bien interpréter tout ce chamboulement qui lui traverse la tête.

J'ai aussi remarque l'extraordinaire alchimie entre elle et Sam Rockwell - je les ai trouvés parfaits ensemble. Enfin, Chloë Grace Moretz incarne avec talent cette adolescente troublée.

Un bémol cependant, le film a été traduit "Girls only" (?) - Laggies était le nom que la scénariste Andea Siegel et ses meilleures amies de lycées s'était donné et je le préfère largement. Et l'affiche indiquant "20 ans, 30 ans, quelle importance?" ne montre ici qu'une façade de l'histoire (la partie comédie) oubliant tout le reste, qui pour moi était nettement plus important. C'est pour cela que je préfère nettement l'affiche américaine.



Une très jolie comédie douce-amère sur le passage à l'âge adulte, et sur l'amour.  A voir et à revoir !

Mon avis : 

Rendez-vous sur Hellocoton !