!-- Font Awesome -->

04 février 2019

Janvier tu passes déjà trop vite ....



Le mois de janvier est déjà terminé et je n'ai rien publié par ici. Je me rattrape ! Quelques films (oui des films!) à défaut de regarder Netflix. Et une photo de Marthe Keller au passage.

J'ai regardé un soir sur une chaîne de la TNT un petit film indépendant, The Road Within avec Robert Sheehan, Dev Patel et Zoe Kravitz. Le visage de Sheehan m'était familier et je me suis souvenue qu'il avait joué dans la série anglaise Misfits que ma sœur adorait. J'ai regardé en faisant autre chose je l'avoue, mais j'avoue que j'ai bien aimé l'histoire même si tout était très prévisible et les personnages attachants. 

Le héros, joué par Sheehan est atteint du syndrome de Gilles de la Tourette, Zoe est anorexique et enfin le personnage joué par Dev Patel est atteint de troubles compulsifs du comportement. Tous les trois se rencontrent dans un centre de soins et décident de fuir pour aller déposer les cendres de la mère du héros dans un lieu qui lui tenait cher. Se mettent à leur recherche le père du héros et la psychologue du centre (Brenda Lee Johnson ! non je plaisante, mais l'actrice qui jouait ce rôle).

Si vous avez l'occasion de la regarder en vod, n'hésitez pas car l'histoire est quand même très sympa et apporte un peu de baume au cœur, et par ces temps-ci, ça ne se refuse pas.



J'ai également réussi - je tiens pour un exploit de rester assise pendant 2h devant un film dorénavant - à voir un film remontant à 2004 ou 2005, La Nourrice et j'ai beaucoup aimé. Il faut dire que l'un des rôles phares est tenu par Marthe Keller et que j'adore cette actrice, beaucoup trop rare au cinéma à mon goût. C'est la femme en arrière-plan sur la photo pour ceux qui auraient un doute ! Et j'ai appris par la même occasion le destin de ces jeune femmes envoyées à la capitale pour allaiter les enfants des bourgeoises, en abandonnant à d'autres femmes leurs propres bébés. J'ai beaucoup aimé l'actrice principale mais apparemment elle n'a pas réussi à faire une grande carrière, peut-être s'est-elle concentrée sur le théâtre ? 

Et nouveau succès, hier soir, j'ai regardé en entier un vieux film avec Ryan Gosling, Anthony Hopkins et Rosamund Pike (bon trio d'acteurs), diffusé sur France 3. Il s'agit de La faille qui date de 2007.J'ai trouvé l'histoire passionnante et Hopkins est un excellent méchant qui énerve bien notre gentil Ryan. Il joue le rôle d'un jeune procureur qui compte quitter son poste pour intégrer un très grand cabinet d'avocats. Il accepte cependant une dernière tâche, en représentant le Ministère de la Justice contre un patron d'aéronautique accusé d'avoir voulu tuer sa femme. Ce dernier (Hopkins) a avoué oralement et par écrit et refuse l'aide d'un avocat. Du coup, Gosling pense que l'affaire est faite mais le méchant cache bien son jeu .. et tout bascule !

J'ai bien aimé l'intrigue, le jeu des acteurs et les personnages - j'ai bien aimé par exemple la scène de l'ascenseur où les deux personnages rompent en montrant à quels points leurs véritables principes de vie sont différents (je n'en dis pas plus...). Bref, un bon moment de ciné ! 

Il aura fallu que ce soit la semaine où la résiliation de mon abonnement à Gaumont-Pathé prenne place ! Il faut dire qu'en 2018, j'ai du aller 5 fois au cinéma ! J'ai privilégié les voyages et la lecture et surtout j'ai subi de plein fouet les nouveaux horaires et choix ciné du Gaumont Nantes. J'y allais exclusivement le samedi matin (quand on bosse...) or ils ont d'abord supprimé les films en vo et je ne peux plus voir les films en vf (trop habituée à leurs vraies voix) et ensuite ils ont tout simplement supprimé la majorité des séances ! Nous étions peu nombreux, mais nous étions des fidèles. 

J'ai voulu y retourner samedi dernier et rebelote : vf ou alors des films inintéressants .. du coup pas de regret ! J'ai des places à prix privilégiés par mon travail et cela sera suffisant...

J'ai repéré pas mal de films du coup et j'espère pouvoir remettre les pieds dans une salle de cinéma pendant mes vacances (et dans un musée également). L'hiver, j'ai une fâcheuse tendance à hiberner et j'apprécie énormément mon autre passe-temps préféré : la lecture.

Bonne semaine à vous !


21 décembre 2018

My addictions of the week


Au menu: Bruce Springsteen on Broadway, Ellen DeGeneres avec son spectacle Relatable et la série Bodyguard... 3 cadeaux de Netlix pour fêter Noël ! 


01 décembre 2018

My addictions of the week






One of Us / L'un des nôtres


Ces derniers temps, j'arrive à lire mais je me concentre difficilement devant mon petit écran, cependant j'avais très envie de découvrir ce documentaire sur Netflix qui donne voix à 3 personnes, juives hassidiques new-yorkaises ayant décidé de quitter leur communauté. Depuis que j'ai vu à l'âge de 14 ans un film sur cette communauté, j'ai toujours été intriguée par leur mode de vie. 

Ce documentaire, datant de 2015, est vraiment passionnant en plus d'être très touchant. Contrairement à ce que je pensais, la communauté Hassidique ne remonte pas à plusieurs centaines d'années, mais au 19ème  Siècle où elle se répand dans les pays de l'Est. Lorsque l'antisémitisme gagne l'Europe, avant le terrible Holocauste, la communauté réussit à fuir et à s'installer, entre autres, à New York. 

La communauté hassidique vit dans son propre monde : on parle Yiddish, les enfants ne sont pas scolarisés dans les écoles laïques, ils vont tous dans des écoles religieuses où ils étudient leur religion. Les femmes doivent raser leurs cheveux et porter des perruques, s'habiller très pudiquement, ne pas porter de collants couleur chair et n'ont aucune visibilité. Elles ont un unique rôle : être mères (et ainsi repeupler le monde après l'Holocauste). Les mariages sont arrangés (deux rencontres d'une demi-heure entre les deux familles) et les couples sont mariés avant leur 20 ans, les familles sont nombreuses (une dizaine d'enfants). Ils vivent à New York, croisent des femmes faisant leur jogging en mini short, mais évoluent dans une autre dimension. Ils rejettent tout ce qui est "secular" (laïque) : musique, films, livres (il est interdit de lire d'autres livres que les lectures religieuses ou admises par l'école) et tous nos engins électroniques. 

L'entraide est essentielle et fonctionne très bien - la communauté existe et soutient tous ses membres mais elle ne supporte aucun écart, et lorsqu'une voix s'exprime différemment - la communauté la rejette. Ils rejettent tous ceux qui pêchent ou remettent en question leur mode de vie. L'exclusion est violente.  Et je l'ai vécue en regardant le documentaire : trois d'entre eux ont souhaité quitter ce monde, mais ici c'est un comme les Amish - leur départ est définitif - très violent pour ces jeunes gens et en particulier Etta, jeune femme d'à peine trente ans, mère de 7 enfants (sic) qui a décidé de fuir son mari violent. Mais ici, on refuse de parler de violence conjugale, de viol conjugal et elle sait que les enfants lui seront arrachés car le mariage est religieux et les enfants doivent rester dans la communauté. J'ai été très touchée par sa sensibilité mais aussi par son ouverture au monde, comme un papillon qui sort de chrysalide. 
Il y a aussi ces deux jeunes hommes, l'un tourmenté depuis les abus sexuels vécus dans un camp de vacances et nié par la communauté et l'autre devenu acteur de Los Angeles, sacrifiant sa vie de famille. Leurs regards sont toujours tournés vers leur communauté, avec laquelle ils ont encore quelques contacts.Le repas organisé entre ceux qui ont quitté la communauté mais restent Juifs et pratiquants est très touchant. A voir !

Unsolved - Netflix

J'ai commencé à regarder la série Unsolved sur Netflix - et j'aime bien, je n'en suis qu'au cinquième épisode mais elle me plaît.  En 1996, Tupac Shakur est assassiné à l'âge de 25 ans, et Biggie Smalls (Notorious B.I.G)  meurt dans les mêmes conditions moins de six mois plus tard. Les deux hommes représentaient l'avenir du hip hop - l'un représentait la côte ouest, l'autre la côte est. Tous deux étaient en réalité amis. La première enquête, menée par la police de Los Angeles, dont l'agent Poole n'allait pas aboutir mais l'officier était persuadé que des policiers ripoux avaient pris part au meurtre.

Dix ans plus tard, une nouvelle enquête est lancée, une équipe fédérale est créée avec à sa tête un ancien des Stups (Josh Duhamel) qui choisit lui-même les membres de son équipe. La série fait des allers et retours entre les deux enquêtes et suit la vie des deux rappeurs. Et c'est très sympa, retrouver cette époque, entendre à nouveau leur musique, réaliser combien ils étaient jeunes.  Une part de nostalgie mais j'apprends également beaucoup sur l'enquête car à l'époque on parlait juste de vengeance entre les gangs. Et les acteurs sont tous très bons.

*  *  *

Un mot sur Homecoming, la série dont je vous ai parlé dans mon précédent billet avec Julia Roberts - vue et dévorée en un week-end et très touchée par la fin (j'ai revu la scène finale plusieurs fois). Une vraie pépite. J'adore cette actrice et elle prouve encore une fois tout son talent. A voir absolument ! Le format peut vous perturber au départ, on oscille aussi entre passé et présent - tous les acteurs sont formidables, je pense à Bobby Canavale et l'histoire est passionnante. Les épisodes sont très courts (pas plus de trente minutes). La fin est ouverte, je croise les doigts pour une suite. Julia y est formidable, très touchante. Cette séries est disponible sur Amazon Prime.

Les quatre épisodes des enquêtes de Vera ont filé, du coup je regarde les rediffusions des anciens, toujours avec plaisir et j'ai même commencé à lire les romans dont elle est inspirée.

Le temps maussade arrive et du coup je pense regarder à nouveau mon petit écran ;-)