mercredi 17 août 2016

Jason Bourne

Fan de la trilogie et du film dérivé avec un autre agent, Aaron Cross (Bourne : L'héritage), j'avais hâte d'aller voir le dernier opus, à nouveau réalisé par Paul Greengrass. Puis, j'avoue sans détour que voir à l'affiche le nom de l'actrice suédoise à la mode, Alicia Vikander m'a quelque peu refroidi mais fidèle à Bourne, j'y suis quand même allée. 

Jason Bourne (Matt Damon), est de retour - malgré lui. L'homme a sombré dans une forme de dépression et survit en faisant des combats illégaux à mains nues. Il est alors contacté par Nicky Parsons (Julia Stiles), autre agent de la CIA, qui se cache aussi depuis 12 ans et a décidé de rejoindre les mouvements de résistance, composés de hackers (pirates) informatiques du monde entier. Nous sommes à l'ère Snowden. L'ennemi de la CIA a pris un autre visage. Celle-ci réussit à se procurer non seulement d'anciens fichiers de la CIA, dont ceux de Treadstone - le programme qui a donné naissance à l'agent Bourne mais aussi ceux de leurs dernières opérations. 

A la CIA, la nouvelle chef (qui a l'air d'avoir 20 ans), Heather Lee (Alicia Vikander) réussit à placer un malware (un logiciel espion) dans les fichiers avant de perdre le contact. Lorsque Nicky ouvre les fichiers Treadstone, elle découvre que le père de Jason Bourne, Richard Webb (petit retour en arrière : Jason Bourne s'appelait David Webb avant d'être intégré au programme et d'avoir son passé effacé) - analyste pour la CIA, était un des initiateurs du programme et que Jason (David à l'époque) était surveillé par la CIA depuis longtemps. 

Celui-ci avait intégré la CIA et le programme Treadstone après avoir vu son père mourir dans un attentat au Liban, persuadé que l'attentat était l’œuvre de terroristes ennemis des États-Unis. Nicky Parsons contacte alors Jason pour lui transmettre ces nouvelles informations - ils se retrouvent à Athènes lors des émeutes violentes qui ont secoué le pays. Mais grâce à au logiciel espion, la CIA, toujours menée par Robert Dewey (Tommy Lee Jones) lance à ses trousses ses agents dont le fameux Asset (Vincent Cassel).

La poursuite peut commencer et elle se poursuivra de Londres à Las Vegas ...



Que dire de cet opus ? J'avoue, je me suis un peu ennuyée - enfin, non. Les scènes d'action sont toujours terriblement efficaces et Vincent Cassel campe un méchant formidable - mais j'ai, je n'ai pas honte de le dire, préféré le précédent - sans Bourne. Pourquoi ? D'abord parce que Bourne est si dépressif et mélancolique - qu'il ne prononce pas plus de 20 mots pendant tout le film... Deusio, parce que (une fâcheuse tendance chez moi) un de mes personnages préférés de la saga meurt et que j'aurais préféré que ce ne soit pas le cas ! 
Matt Damon a vieilli et Bourne aussi. 

Attention spoiler : Je n'ai pas trop bien compris non plus le délire de Heather Lee qui dit que Bourne, au fond, "ne veut qu'une chose : réintégrer la CIA" ! Alors que Bourne vient de perdre une amie, et vient d'apprendre la vérité sur son père ?  Comment pourrait-il passer sur toutes ces morts et dire oui à la demande de Heather Lee ? J'ai soupiré à la fin car j'ai eu peur que Greengrass ne la laisse gagner. 

Restent les scènes d'action et là j'avoue que je les adore - toujours filmées au millimètre près - elles sont quand même impressionnantes. Même si j'avoue, je préfère celles de J.B L'Héritage qui se passait aux Philippines - la poursuite à moto reste toujours ma préférée.  Bref, je dois avouer aussi que j'ai revu cet opus avec Jeremy Renner (Aaron Cross) au moins 6 fois ; dont je regrette d'ailleurs qu'il ne soit jamais fait mention dans ce film (car Bourne était "présent" dans le sien). J'ai adoré ce film car les deux personnages, homme et femme sont toujours à égalité et que c'est la femme qui sauve Cross à la fin ! Mais ici aussi, Paul Greengrass offre de beaux rôles féminins. Et dans les films d'action, ce n'est pas souvent le cas. 


Je ne suis toujours pas fan de l'actrice suédoise qui continue de faire la moue - dans tous ses films et que je trouve trop jeune pour ce rôle (elle demande même à être nommée Directrice de la CIA !). Bref, l'autre chose qui m'a perturbé dans ce film, c'est de voir tous les moyens mis à disposition pour traquer Bourne (accès à tous les systèmes vidéos du monde entier, aux systèmes électriques ....) et par ces temps compliqués, j'ai pensé plus à : que font-ils de tous ces terroristes - ils préfèrent traquer Bourne ? Mais je suis mauvaise joueuse, car ici le terrorisme visé ce sont les pirates informatiques et celui dont le nom revient le plus souvent dans le film (l'a-t-il vu?) est évidemment Snowden, ennemi juré de la CIA puisqu'il révèle leurs secrets. Et Greengrass se fait plaisir de montrer la CIA essayant de placer ses pions chez les nouveaux géants de réseaux sociaux.... Une réflexion intéressante au demeurant. Malheureusement, cela n'aura pas suffi pour que je sorte du cinéma les images plein la tête.

A noter quand même que je n'ai pas pu m'empêcher de tressaillir en entendant à la fin du fil les fameuses notes de musique ... je l'ai encore en tête en écrivant ces mots. Et surtout que j'ai encore envie de revoir l'épisode avec Aaron Cross - un film que je trouve presque cent pour cent parfait ! Mais aussi la trilogie précédente car qu'on se le dise : j'adore Bourne ! Il faut juste qu'il retrouve du peps.

Mon avis :


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 8 août 2016

Comme des bêtes

C'est en voyant la bande-annonce avant mon départ pour le Québec que j'ai su que j'allais voir ce film - The secret life of Pets (Comme des bêtes) réalisé par Chris Renaud et Yarrow Cheney souhaite nous montrer la vie secrète que mène nos animaux domestiques une fois que nous les laissons seuls à la maison pour partir au travail ou en cours.  Et que vois-je ? Un teckel ! Heureuse propriétaire d'une mini-saucisse, il m'était impossible de résister à ce dessin animé ! 

Nous voici donc rendu à New-York, où vit Max, un terrier qui adore sa jeune maîtresse avec qui il fait parcourt la ville à vélo. Le moment le plus cruel de sa journée ? Lorsqu'elle part le matin. Max attend sagement devant la porte ... fort heureusement ses potes ne sont pas loin : Gidget, une petite chienne (de luxe) qui est secrètement amoureuse de lui, Chloé la chatte bien enrobée (la scène du frigo est excellente), Buddy, le teckel du dessous ... 
 
Tous les jours, un étudiant vient les chercher pour aller les sortir - et oui à New-York, les promeneurs canins sont légions. Mais le monde de Max s'écroule lorsque sa maitresse lui ramène une surprise de taille : Duke, un énorme chien poilu ! La cohabitation se passe mal. Duke lui prend son panier, ses croquettes ... Ses amis lui demandent alors de réagir .. ce que fait Max mais les choses ne se passent pas comme prévu, et nos deux chiens sont bientôt poursuivis par la fourrière ! Sauvés in extrémis par Panpan, un lapin gangster qui vit dans les égouts de la ville avec une centaine d'autres animaux abandonnés, Max et Duke vont devoir apprendre à survivre. Gidget va alors, accompagnée de tous ses amis, à poils ou à plumes, mener une mission de sauvetage. 


Tous les maitres et maitresses d'animaux (chiens, chats, poissons ou oiseaux) se reconnaitront dans ce dessin animé ! Les scènes sont tellement drôles : la joie du chien à l'arrivée de son maître, sa tristesse lorsqu'il part, ses yeux qui s'illuminent à la vue de la fameuse "baballe". Que dire du chat ? Ici Chloé se sent supérieure à ses congénères canins .. elle ne court pas après une balle mais saura-t-elle résister à un faisceau lumineux ? 

Les dessins sont particulièrement réussis et les mésaventures de nos animaux sont très drôles avec ces rôles à contre-emploi comme ce petit lapin blanc ou ce petit chaton qui ronronne mais est prêt à ronger la corde qui vous sauve de la chute ...  Que dire de ce caniche royal qui allume la stéréo dès le départ de son chef et met du heavy metal à donf ? De ces fêtes énormes dont il est très facile de mettre fin (je vous laisse voir la scène mais tous les propriétaires rigoleront) - bref, un très bon moment de cinéma qui m'a fait encore plus prendre conscience de l'importance de ces bébêtes dans nos vies et du plaisir à les retrouver le soir en rentrant ! 



Mon avis : 
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 1 août 2016

My addictions of the week




Parce qu'il faut bien revenir un jour... mes vacances au Québec ont pris fin ! J'avais oublié à quel point il me faut du temps pour me remettre du décalage horaire, une semaine de vacances supplémentaire n'aura donc pas été de trop.

Au menu : Brokenwood, Strike ! , Rebecca Hall, Major Crimes, The Martian, Amanda Peet, Seul sur Mars, Please Give, Lynn Redgrave, Kirsten Dunst, Les filles font la loi, Hercule Poirot , Rachel Leigh Cook...

Rendez-vous sur Hellocoton !