mercredi 23 avril 2014

Une promesse

Une promesse... tout un titre. J'avoue, j'ai eu envie de voir ce film uniquement à cause de l'affiche que j'ai trouvé sublime. Ensuite, j'ai reconnu Rebecca Hall et le nom de Patrice Leconte, et Stefan Zweig.

J'attendais donc sa sortie et puis ma route a croisé la critique plutôt acerbe d'un magazine, qui reprochait au réalisateur français une erreur de casting, de lieu, de langue. Patrice Leconte a choisi en effet de tourner en anglais et engagé des acteurs britanniques. Mais voilà, quelque chose me poussait à aller voir ce film. 

Et je ne le regrette pas car pour moi Patrice Leconte a bien tenu sa promesse. 

L'histoire, inspirée d'une nouvelle de Stefan Zweig "Le voyage dans le passé" raconte l'histoire d'amour impossible entre l'épouse d'un grand chef d'entreprise allemand et son jeune secrétaire particulier au début du XXème Siècle.  Lorsque Karl Hoffmeister (Alan Rickman) recrute le jeune ingénieur Friederich Zeitz, il décèle dans ce jeune homme une grande intelligence et vivacité. Malade du cœur, il est bientôt obligé de garder le lit, et charge Zeitz de d'assurer la gestion de son usine (une fonderie). Le jeune homme (Richard Madden), pupille de l'état, se dévoue entièrement à cet homme à son bienfaiteur lorsqu'il rencontre son épouse, de vingt ans plus jeune, la belle Lotte (Rebecca Hall).  Le coup de foudre entre les deux jeunes gens va les entrainer rapidement dans la tourmente.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 14 avril 2014

My addictions of the week


Au menu cette semaine : une grossesse mal cachée dans Scandal, l'expo de Jérôme Zonder au Lieu Unique, le dernier film de Patrice Leconte, un reportage photo sur des ex-détenus américains, du Gini, le retour de The Good Wife , du dessin et des sardines grillées...




Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 10 avril 2014

Nebraska

J'avais beaucoup aimé The Descendants, le dernier film d'Alexander Payne, aussi j'avais très envie de voir Nebraska. Le prix de la meilleure interprétation masculine remis à  Bruce Dern lors du festival de Cannes aura fini de me convaincre.  Pourtant les rares extraits du film, en noir et blanc, tourné l'hiver ne m'enchantaient guère.

Quelle erreur ! J'ai tout de suite été happée par l'histoire et j'ai très vite oublié le noir et blanc. Ce film est à la fois la vision d'une Amérique à laquelle tient le réalisateur américain, celles des gens ordinaires - ici pas de super héros, d'hommes riches ou puissants - non, le spectateur est plongé dans la vie ordinaire d'un vieillard américain vivant à Billings au Montana. Woody Grant (Bruce Dern) est persuadé d'avoir gagné le gros lot (1M$) après reçu une lettre lui indiquant que pour gagner, il doit se rendre à Lincoln, au Nebraska. Mais le vieil homme n'a plus le permis et malgré l'évidence qu'il s'agit là d'une escroquerie, il ne cesse de partir à pied chercher son Graal. 

Son fils cadet, David (Will Forte) ému par la ténacité et la fragilité de son père, accepte de l'emmener et le road movie peut commencer.  Le spectateur se retrouve vite assis dans la voiture, à l'arrière et quel plaisir de suivre leurs aventures !
Rendez-vous sur Hellocoton !