!-- Font Awesome -->

24 août 2021

My addictions of the week

 


Je reviens vers vous avec trois séries et un podcast sur la disparition inquiétante d'Elaine Park (image en une). 

05 juillet 2021

J'ai fait l'expo United States of Abstraction

Je n'avais pas mis les pieds dans un musée depuis un an ! Dès leur réouverture, j'ai profité d'un jour de repos pour aller voir l'exposition United States of Abstraction au Musée d'Arts de Nantes. 

J'ai adoré cet expo et j'ai acheté dans la foulée le catalogue d'exposition. J'adore les artistes de la première moitié du 20è Siècle. 


L'exposition est consacrée à la présence d'artistes américains et à la manière dont ils participé à redéfinir l'art abstrait. Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, et pour remercier les GI d'avoir donné leur vie pour la France, une bourse G.I BILL est créée leur permettant de venir étudier à Paris les Beaux-Arts. J'ignorais tout de cette bourse mais elle a permis à de nombreux artistes de venir à Paris. Certains y sont restés un an, d'autres à vie. Dans les années à suivre de 1946 à 1953, les artistes sont largement inspirés par Jackson Pollock et De Kooning. J'adore Jackson et j'ai adoré admiré les peintures et sculptures de ces Américains. Ils seront plus de 400 à venir en Europe dont Sam Francis, Norman Bluhm, Beauford Delaney et certains artistes noirs qui, soldats, ont choisi de revenir s'installer en France.

J'ai pris énormément de photos, mais je me dois de sélectionner un petit nombre et je vous encourage surtout à aller voir de vous-même l'exposition. Attention, la réservation est obligatoire pour cette expo mais la démarche est très simple ! 

L'expo est sublime, la scénographie est parfaite - et la réservation permet d'avoir beaucoup d'espace, car nous ne sommes pas en grand nombre à nous agglutiner devant les oeuvres. Pour ma part, nous étions 7 ce matin-là ! 













Informations pratiques
Du 19 mai au 18 juillet 2021
Horaires :
11h à 19h, fermé le mardi sauf les 10 et 19 juillet et les jours fériés
Ouvert en nocturne jusqu'à 21h le jeudi
10 rue Georges Clémenceau
44000 Nantes
Réservation en ligne : ici

16 juin 2021

My addictions of the week

Le temps s'envole .. le soleil est de retour, la chaleur aussi (31 degrés annoncé en fin de semaine et 26 toute la semaine). Difficile de rester devant son petit écran ! J'ai quand même réussi à regarder ci et là, mais ma liste de séries à regarder continue de s'allonger ...

Diffusée sur France 2, la série Gold Digger, appelée Le Doute en français raconte l'histoire d'une femme, Julia (Julia Ormond), fraîchement divorcée et qui vient de fêter ses 60 ans seule. Oubliée par ses enfants (excepté le fils aîné très protecteur), elle rencontre par hasard un jeune homme, Benjamin (Ben Foster) lors d'une visite de musée. C'est le coup de foudre, même si Ben n'a pas 35 ans... La nouvelle de cette liaison surprend ses enfants et son fils aîné est persuadé que Benjamin court après la fortune de sa mère. Mais rien n'y fait. Un an passe, et Ben s'est installé dans l'immense propriété familiale du Devon et prépare leur mariage...

La série est très bien interprétée, j'adore Julia Ormond et j'étais ravie de la retrouver. La série fait apparaître des flash-backs et remonte parfois dans le temps (comme lors de sa rencontre avec les amis de Ben). Je découvre le talent de Ben Foster qui joue à perfection cet être trouble et double. Dès leur première rencontre, s'installe entre lui et le fils aîné, Patrick, une relation pourrie par la haine et la suspicion. La série est décomposée en 6 épisodes. 

J'ai enfin vu la fin, et bizarrement j'ai à la fois aimé et j'ai eu une pointe de déception. Impossible de l'expliquer sans révéler l'histoire, du coup je reste sur cet avis. J'adore cependant la musique dans la scène finale. 

Mon avis : 

Autre mini-série découverte sur Arte que j'ai trouvée excellente : The Salisbury Poisonings ou L'Affaire Skripal : l'espion empoisonné. La série est fidèle à la réalité. Je connaissais un bout de l'histoire mais pas du tout la fin, et la mort d'une innocente citoyenne britannique. Le 4 mars 2018, des passants découvrent sur un banc public dans le centre de Salisbury deux personnes presque inconscientes. L'homme est Sergueï Skripal, 66 ans et la femme, sa fille Ioulia (arrivée tout juste la veille depuis la Russie). Les secours sont appelés ainsi que la police et les deux victimes sont emmenées aux urgences. On pense d'abord à un empoisonnement au Fentanyl et on leur administre un médicament, qui va sans le savoir, ralentir fortement la progression du véritable poison : le Novitchok - un agent neurotoxique développé dans les années 80 par l'ancienne USSR. C'est en découvrant que Skripal est un ancien agent double, arrêté et accusé de haute trahison et échangé en 2008 contre des agents russes que les autorités comprennent qu'il s'agit d'un empoisonnement volontaire mais surtout que le Novitchok est extrêmement dangereux, et même souvent mortel. Très rapidement, les autorités mettent la petite ville sous cloche. Le parc, la maison de Skripal - tout est isolé. Même la rue où les habitants ne peuvent plus circuler. L'armée est déployée... 

Un enquêteur qui avait été le premier dans la maison des victimes commence lui aussi à montrer des signes d'empoisonnement.. Comment protéger les habitants ? C'est la mission d'un jeune femme, jouée par Anne-Marie Duff

J'ai beaucoup aimé et regardé les quatre épisodes en deux soirées. J'ignorais qu'en plus de la famille Skripal et du policier, deux autres personnes allaient être victimes du même poison quelques mois plus tard. Une excellente interprétation.  A voir sur Arte. 

Mon avis : 


J'ai aussi envie de voir Physical sur Apple TV qui arrive vendredi avec Rose Byrne dans le rôle d'une jeune femme mère au foyer dans les années 80 qui découvre .. l'aérobic ! Comment résister ? Ils annoncent de la pluie ce qui va me pousser, j'espère, à être un peu plus présente devant mon petit écran. 

Car par ce beau temps je préfère être dehors et profiter de ces beaux jours ensoleillés. 

J'ai aussi fait une expo (enfin !) et je prépare un billet.