dimanche 23 novembre 2014

I want a minion ! (et autres envies cinématographiques)




Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii   le film consacré aux minions et leur rencontre avec le personnage de Gru va sortir en 2015 !


Moi qui ai toujours rêvé de posséder un minion, que dis-je plusieurs minions, je savoure cette excellente nouvelle ! Bon, il va falloir être extrêmement patient car la sortie du film en France est programmée pour le 8 juillet 2015. J'ai hâte de découvrir l'histoire de ces adorables petites créatures, êtres dotés d'une unique cellule jaune. Ils ont accompagné tout au long des millénaires les plus méchants d'entre tous, du dinosaure T.Rex à Napoléon. Dans les années 60, alors qu'ils se retrouvent soudainement sans maître à servir, Kevin a une idée. Accompagné de Stuart et Bob, ils décident de partir à la recherche du plus méchant d'entre tous, j'ai nommé Scarlet Orverkill (Sandra Bullock), le premier super-vilain féminin de l'histoire. Mais rapidement, le danger les guette et les trois amis devront faire face au pire challenge de leur vie : sauver tous les Minions de l'extinction.

Sortie prévue le 8 juillet 2015



Autre film qui me tente particulièrement, l'adaptation cinématographique du roman de Cheryl Strayed, Wild, sur grand écran (scénario signé Nick Hornby, réalisation de Jean-Marc Vallée). Le film s'appuie sur l'expérience personnelle de la romancière, qui à l'époque, âgée de 22 ans avait entrepris de parcourir sac à dos sur plus de 1 700 km les sentiers de la côte Pacifique, du désert de Mojave en Californie aux frontières entre l'Oregon et l'état de Washington. La jeune femme, qui traversait alors une profonde dépression avait entrepris ce voyage comme un défi personnel. C'est Reese Whitherspoon (légèrement plus âgée que l'héroïne) qui a été choisie (sans doute produit-elle le film).
Sortie prévue le 4 mars 2015



Comédie musicale de Broadway par excellence, Annie, a été de nouveau adaptée au cinéma. Cette fois-ci, c'est la jeune actrice Quvenzhané Wallis qui s'y colle, accompagnée d'une belle brochette de comédiens : Jamie Foxx, Cameron Diaz et Rose Byrne. Le film raconte l'histoire d'une orpheline, Annie, fillette adorable, qui vit chez la terrible Miss Hannigan (Diaz) jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un candidat au poste de maire, Will Stacks (Foxx). Ce film s'adresse principalement aux enfants et j'ignore s'il sortira dans un des cinémas de ma ville (sinon i-Tunes).
Sortie prévue le 25 février 2015




Dans un tout autre registre, j'ai très envie de découvrir le biopic consacré à Stephen Hawking : Une merveilleuse histoire du temps avec Eddie Redmayne (Birdsongs, My week with Marilyn, etc.) et Felicity Jones dans les rôles principaux. Ce film fait déjà beaucoup parler de lui et sa date de sortie en métropole me frustre un peu !

Sortie prévue le 18 février 2015




Dans la même catégorie, j'attends la sortie de The Imitation Game avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley et Matthew Goode entre autres. Le film est consacré au mathématicien Alan Turing  et à son équipe de spécialistes du codage qui réussirent à percer le secret d'Enigma (code utilisé par l'ennemi allemand) pendant la seconde guerre mondiale. Mais le biopic aborde également l'homosexualité de Turing dans l'Angleterre conservatrice d'après-guerre.
Sortie prévue le 28 janvier 2015




Évidemment, je vous en parle souvent : j'ai très envie de voir La bataille des 5 armées, le dernier volet des aventures de Bilbo le Hobbit, dont je vous ai déjà montré la bande-annonce dans un billet précédent. Canal + a eu la bonne idée de diffuser le second volet et le cinéma Gaumont rediffuse les deux premiers volets. Cette fois-ci il sera temps de dire adieu la Terre du Milieu (tout en se préparant des longues soirées d'hiver à regarder les deux trilogies).
Sortie prévue le 10 décembre 2014




Enfin, j'ai également découvert la bande-annonce de The Riot Club - j'avoue ne pas savoir trop quoi en penser. D'une part, le principe d'une société secrète dans une université huppée est comme un marronnier pour la presse écrite, vu et revu. Ajoutez-y un jeune homme gentil qui va se faire manger tout cru par les autres membres du club : ça sent encore plus le réchauffé et la caricature quand vous voyez les autres personnages, tous très riches et très méchants (l'affiche dit : filthy, rich, spoilt, rotten). Mais le casting composé de Sam Claflin (The Hunger games), Max Irons et Douglas Booth va sûrement plaire à plein de jeunes filles. J'attendrai les critiques pour me décider. 
Sortie prévue le 31 décembre 2014





Evidemment, il s'agit ici d'une sélection personnelle, d'autres sortie sont attendues. En tout cas, j'ai hâte de retourner au cinéma les découvrir !


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 19 novembre 2014

La face cachée du Nevada (suite du road trip)


Après la Californie, nous avons pris la direction du Nevada - en route pour retrouver ce lieu célèbre pour ses casinos, Al Capone, Céline Dion....  Mais ici point de Las Vegas : nous n'allons plus quitter la Highway 6 (de la Californie jusqu'en Utah pour rejoindre la I-15), en bref nous allons traverser tout l'état d'ouest en est.
Aussi, après plusieurs heures de route (environ 6h), nous avons choisi de nous poser dans une petite bourgade située à l'est, prénommée Ely et de visiter ses alentours. Je connais bien les petites villes américaines pour y avoir vécu, pourtant ces deux jours se révélèrent être une sacrée expérience !


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 16 novembre 2014

Dans les prisons de Nantes...

Y avait un prisonnier
  Y avait un prisonnier....

Aujourd'hui, je vous emmène pour une balade nantaise atypique. Çà y est, vous avez l'air de la chanson en tête ? 


La maison d'arrêt de Nantes, rue Descartes, en plein centre-ville a fermé ses portes en juin 2012. Avant sa démolition partielle, les associations Genepi et Humani'Art ont souhaité réinvestir ce lieu historique, d'une part en ouvrant ses portes au public et d'autre part en laissant les artistes locaux investir le lieu. 

En route donc, pour cette "prison" ouverte en 1869 un an après la gendarmerie, œuvre de Joseph-Fleury Chantenay,  à deux pas de l'ancien palais de justice (transformé en hôtel de luxe).

La prison, le palais de justice et la gendarmerie tenaient dans un mouchoir de poche. L'idée ingénieuse de l'époque avait été de créer des tunnels reliant les trois bâtiments sans avoir à craindre les mouvements de foules. Vétuste, elle avait été rénovée dans les années 70 et en 1988 et ne pouvait normalement accueillir que 400 personnes détenues, mais on comptait près de 1100 personnes peu avant sa fermeture (dans des cellules de 9m2).

Avant la visite en "photos", sachez que la nouvelle maison d'arrêt a été construite à la limite de la ville de Nantes, dans une zone d'entreprises, près de Carquefou - très loin de la rue Descartes, en plein centre-ville. S'il est évident que l'ancienne maison d'arrêt était vétuste, petite et difficile à rendre accessible, elle avait néanmoins l'avantage (comme beaucoup d'autres prisons en France) d'être au coeur de la ville, les personnes détenues (en maison d'arrêt on accueille les personnes en attente de leur procès ou condamnées à de courtes peines), pouvaient ainsi apercevoir de leurs cellules les enfants aller jouer au square, les habitants faire leurs courses, entendre les cloches, les voitures. 

Il a été ainsi constaté, partout en France, depuis les fermetures des prisons citadines, que le nombre de suicides a augmenté de manière sensible dans toutes ces prisons modernes construites à l'extérieur. 
Je connaissais pour ma part une partie de maison d'arrêt, ayant été visiteuse de prison pour la Cimade. Mais je n'avais jamais eu accès aux cours de promenade, à la Chapelle ou aux cellules. Après une heure et demi d'attente (plus de deux cent personnes faisaient la queue), nous sommes enfin entrées dans la prison.  L'entrée, la petite cour et le premier bâtiment (anciennement l'infirmerie) vont être conservés, le reste sera démoli et des logements et commerces seront construits.

En route ! 


 Le préau d'une des quatre cours de promenade a été investi par les artistes locaux.


  




Photo ci-dessus : le "rond-point" où les gardiens étaient installés, les personnes détenues circulaient autour d'eux (pour aller travailler, au parloir, à l'infirmerie). Je connais bien ce lieu, je me souviens croiser ces personnes vaquant à leurs occupations. 



 Pour rappel, les lieux sont abandonnés depuis juin 2012 accélérant le phénomène de vétusté.



Ci-dessous le fameux judas, par lequel le gardien peut "mater" quand il le souhaite à l'intérieur de chaque cellule, d'où son surnom de maton. En France, une cellule est un endroit public. Les cellules, construites pour accueillir 1 personne, en accueillait souvent 3 ou 4. Les fortes chaleurs l'été, le manque d'hygiène, poussaient les personnes à hurler leur désespoir, les habitants du quartier en ont souvent témoigné.

 Vue inversée : 

 


Comme je le disais, les artistes locaux ont investi les lieux, même les cellules :







 La Chapelle (photo du milieu) accueillait la messe tous les dimanches, c'était le seul lieu où les personnes détenues pouvaient ainsi se retrouver, les repas étant pris à l'intérieur des cellules. La France, devenue pays laïc a ouvert ses portes aux autres cultes. Finalement, la salle de la chapelle sera transformée en salle de sport. 




L'association Humani'Art y organise des concerts le soir très prisés des Nantais (avant la démolition). 



Aujourd'hui, les études ont prouvé que les personnes détenues ayant accès au téléphone, au parloir afin de maintenir le lien avec leurs familles ou amis vivent mieux leur détention, ont moins d'appréhension à l'approche de leur libération. En France, le règlement intérieur est entièrement rédigé par le directeur de la prison. Certains préfèrent ainsi fermer les yeux sur l'apparition des téléphones portables en prison, quand d'autres les interdisent et organisent régulièrement des fouilles. 

La personne détenue dont le comportement était agressif ou violent, ou enfreignait une des règles était envoyée au "mitard". A une époque, la personne y était envoyée nue, sans matelas (exemple Mesrine).  Elle était sortie une heure par jour dans une cour de promenade individuelle. Celle-ci était grillagée, une petite partie du grillage était vitrée pour servir de préau en cas de pluie. Depuis leurs appartements, les habitants du quartier pouvaient apercevoir ces petites cours de promenade minuscules. Les personnes détenues pouvaient elles entendre les voitures, les cloches, les enfants jouer... 






Si les lieux ont rapidement vieilli, l'humidité installée, sachez qu'il existe encore en France des lieux de détention identiques (la prison des Baumettes par exemple). Je vous invite à regarder le film d'Audiard, Le Prophète.

En France, la politique gouvernementale est de construire des prisons, les services pénitentiaires sont dans l'incapacité de préparer la sortie des personnes détenues, l'accès à une aide psychologique est difficile, il manque plus de 600 enseignants.  En Scandinavie, les prisons ferment, la récidive ayant chuté de manière drastique depuis que les gouvernements ont décidé d'investir dans l'avenir des personnes détenues. 

La France a été régulièrement condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour ces conditions inhumaines de détention. Nantes accueille aujourd'hui trois centres, la maison d'arrêt de Carquefou, un centre de détention au nord de la ville et un centre fermé pour mineurs.

Je remercie les bénévoles de Genepi pour leur patience et gentillesse.



Rendez-vous sur Hellocoton !