mercredi 28 janvier 2015

The theory of everything (une merveilleuse histoire du temps)

J'ai eu toujours eu l'image de cet homme, replié sur son fauteuil électrique et sa voix, si particulière, cette voix robotique à l'accent américain. Un homme fascinant, obsédé par le cosmos et plus particulièrement par l'origine du monde. 
Je n'ai vu qu'une seule fois la bande-annonce du film, le nom des acteurs principaux : Eddie Redmayne et Felicity Jones a suffi à me donner envie d'aller voir le film. 

Heureuse que mon cinéma a enfin compris l'importance de diffuser les films en version originale le matin (et pas uniquement l'après-midi, ce qu'il fait encore très souvent), j'ai donc embarqué pour une merveilleuse histoire du temps.

Le temps, ça sera finalement le sujet d'étude du doctorat du jeune Stephen Hawking (Eddie Redmayne), incapable de choisir un sujet de prédilection pendant ses années estudiantines à Cambridge, en Angleterre. Le jeune homme est maladroit, porte des lunettes à grosses montures et ne fréquente que d'autres étudiants en sciences dont Brian (Harry Lloyd), peu populaire parmi la population estudiantine. Mais lorsqu'il croise Jane (Felicity Jones) à une soirée, un véritable coup de foudre se produit. Gauche, athée, il a tout des jeunes adultes surdoués (il me rappelle les enfants autistes dit Asperger). Il séduit la jeune femme anglicane étudiante en lettres avec sa passion des étoiles, et son obsession pour connaître l'origine du monde. 

Pourtant les premiers signes de tremblements apparaissent, il renverse sa tasse, se prend les pieds en marchant, puis sa main se crispe, écrire lui devient difficile. C'est une chute violente qui l'emportera à l'hôpital et qui lui révélera cette terrible nouvelle : Stephen est atteint de la maladie dite de "Lou Gehrig" (joueur de base-ball célèbre atteint de cette maladie), elle se caractérise par une dégénérescence progressive des motoneurones, du cortex cérébral, en clair la partie du cerveau qui donne ordre aux muscles de bouger est attaquée. Cette maladie provoque alors une paralysie progressive de l'ensemble de la musculature des membres, du tronc (donc des muscles respiratoires).

Le médecin donne à Stephen une espérance de vie de deux ans.  Le jeune homme est effondré. Il s'enferme dans sa chambre et refuse tout contact, même avec son meilleur ami, Brian, avec qui il a fait les 400 coups. Il repousse Jane mais cette dernière forcera la porte de sa chambre et la porte de son coeur. 




Je ne vous raconterai pas la suite du film, celle-ci raconte non seulement les trente années qui vont suivre du point de vue scientifique (ses découvertes, la reconnaissance mondiale) mais aussi sa vie privée, l'évolution de la maladie... sa relation conjugale ...

Ce film, d'une facture classique à priori a réussi à m'emporter dans un autre monde, à me faire découvrir la puissance de la pensée, de la réflexion quand son propre corps est devenu une prison, au dévouement, à l'amour mais aussi à la reconnaissance de la femme, à son évolution, non seulement comme épouse, mère, mais professeur et femme libre. 




J'ai beaucoup aimé ce film car il a su, à travers une histoire personnelle, parler de l'évolution de la société, de la libération de la femme, de la science avec les théories sur l'origine du monde. Un film très beau, émouvant sans jamais tomber dans la facilité ou dans le larmoyant. 

Le casting est parfait, Eddie Redmayne, dont j'apprécie depuis longtemps le talent, a réussi un tour de force et mérite sa nomination aux prochains Oscars. Felicity Jones est parfaite dans le rôle de cette jeune femme prête à tout sacrifier pour l'amour de sa vie. Sa fraicheur et sa candeur apportent beaucoup au film. Je comprends mieux sa nomination aux Oscars.  Puis, pendant le film, le visage de Brian, le meilleur ami de Stephen m'a perturbé. Je le connaissais, mais d'où ? Il s'agit de Harry Lloyd que j'avais découvert dans Jane Eyre



Enfin, j'ai été enchantée par la musique du film, composée par Johann Johannsonn. Vous pouvez en écouter plusieurs extraits sur i-Tunes. 

Ce que j'ai appris, c'est que Stephen Hawking était déjà un homme exceptionnel et que sa maladie n'aura fait que renforcer sa volonté extraordinaire, faisant de lui l'homme qui peut expliquer à lui seul the theory of everything. 

Mon avis : 


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 25 janvier 2015

21 facts about my little sausage




1) J'adore voler les chaussettes ou les chaussons de ma maitresse quand elle va prendre sa douche.
2) J'adore la ville et la campagne.
3) Je n'ai commencé à aboyer qu'à l'âge d'un an. Mes voisins ne se sont jamais plaint de ma présence.
4) Je HAIS la pluie, fine ou grosse averse, c'est simple je déteste.
5) J'évite les grilles, les pontons ou les rails de tramway.
6) J'adore dormir avec Vanille, mon chat blanc. 
7) J'adore embêter les chats, plus spécialement Bambou (sur qui j'aboie ou je cours après).
8) J'adore mon panier dans la salle de bains, quand le radiateur est allumé et que ma maitresse prend sa douche.
9) Je suis hyper gourmande et je reconnais les mots : bonbon ou bâton, mais je les préfère déjà légèrement mâchouillés par ma copine whippet. 
10) J'adore jouer avec ma meilleure amie (la whippet), quand on joue ensemble, elle me grogne dessus, je lui offre mon ventre et mon coup et elle mime de m'étrangler. Même pas peur. 



11) J'adore l'herbe. J'adore courir et me rouler dans l'herbe et faire des sauts de cabri dans les hautes herbes. 
12) J'adore les noix et les amandes.
13) Je suis amoureuse du fromage
14) Je fais mes besoins dans le caniveau. Ma maitresse m'a appris toute petite et depuis j'étonne beaucoup d'humains. 
15) Je rêve d'aller chez mes voisins, car ils ont tous des chats chez eux. D'ailleurs, j'ai réussi une fois et depuis ma maitresse fait très attention.
16) Je suis un teckel miniature, j'adore renifler et pister des odeurs. Je peux le faire pendant des heures.
17) J'ai un naturel comique. Je fais souvent rire ma maitresse. 
18) J'adore faire des trous, j'ai découvert ce jeu l'an dernier - ma maitresse n'est pas super ravie. 
19) J'ai peur des escaliers - tant mieux pour mon très long dos qui est fragile. 
20) Petite, je n'avais pas conscience de mon corps particulier (de saucisse), et je me suis retrouvée coincée à vouloir passer d'un tronc d'arbre à un autre. 
21) Enfin, comme tous les teckels, j'adore me fourrer sous les couvertures, les plaids. Je ne m'endors qu'une fois recouverte d'un plaid (merci maitresse). 

PS : Je viens d'un super élevage, où j'ai grandi avec la famille et plein de gentils labradors (d'ailleurs je fonce dès que j'en vois un).



Bon dimanche
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 20 janvier 2015

My addictions of the week


Mon corps est malade (rhume, angine, maux de ventre et de tête), bref, celle que j'ai surnommé "La crève" est venue me dire bonjour, et apparemment il fait bon vivre chez moi puisqu'elle s'est installée mercredi dernier. Est-ce le contrecoup de ces derniers jours ? La vente d'anti dépresseurs a explosé et on a tous du mal à retrouver notre quotidien, parfois trop routinier, mais finalement très rassurant. Je m'accorde dorénavant des soirées "sans info" car j'ai besoin de me retrouver. 

La maladie aidant, j'ai donc passé le plus clair de mon temps ce week-end entre mon canapé et mon lit, en compagnie d'un ou deux livres, de magazines, de mon Macbook Air et de mon iPad et enfin de la télécommande, sans oublier ma petite saucisse et les deux matous. Finalement, cela m'aura permis de rattraper mon retard sur une partie des films diffusés sur Canal + que j'avais loupés au cinéma (6 films) et de profiter du retour de certaines séries (Banshee) en attendant House of Cards ou Secrets and Lies ... 

Au menu : Banshee, les poupées russes, Philomena, Strain, La lettre à HelgaThe Americans, Audrey Tautou, Tower Block, Jack Ryan, Yves Saint-Laurent, Secrets and Lies, Romain Duris, Jack O'Connell, The food guide to love, Keira Knightley, A moi le monde, etc.


Rendez-vous sur Hellocoton !