!-- Font Awesome -->

12 février 2013

Le quatrième pouvoir

Je parle peu des films que je découvre sur Canal + or certains sont de véritables petites pépites. C'est pourquoi dans mes bonnes résolutions de 2013, j'ai décidé de les mettre à l'honneur. C'est le cas de Die vierte Marcht, ou Le quatrième pouvoir.  Ce film allemand, dont l'action se situe en Russie, a été réalisé l'an dernier par Dennis Gansel.
 
L'histoire commence lorsque le journaliste allemand Paul Jensen vient travailler pour le Paris Match russe à Moscou, en charge de la section "people". Il découvre la capitale moscovite grâce à Dima, le photographe de l'agence.

Fils d'un grand journaliste amoureux de la Russie et du capitalisme, Jensen revient sur les pas de son père. Il croise par hasard la route d'une jeune femme mystérieuse, Katja, lorsqu'un journaliste célèbre pour son indépendance et sa critique du pouvoir est assassiné sous ses yeux. Sa vie va alors subitement basculer dans l'horreur.


Ce thriller politique m'a passionné de bout en bout, pour l'histoire, pour ses personnages, et le suspense habilement maintenu par le réalisateur. J'ai déjà dit à quel point j'aimais ce genre de films, des Hommes du Président aux Jeux de Pouvoir, ils ont comme point de départ le travail minutieux de journalistes intègres qui vont les mener à découvrir les travers des gouvernements en place. Ce troisième film prouve que ce genre est loin d'avoir tout dit. J'aime quand l'actualité rejoint la fiction, comme les romans de Truman Capote, quand le lecteur ou le spectateur est amené à réfléchir.

Le film souffre bien de quelques défauts mais on les oublie très vite. Le réalisateur allemand a atteint son objectif. Le scénario aborde de multiples sujets : les services secrets russes, la censure, l'absence de liberté d'expression, un instant T de la vie en Russie. Le film a été tourné en anglais, avec une partie des dialogues en russe. Et j'adore le russe !

J'ai aussi eu un vrai coup de foudre pour le casting, Moritz Bleibltreu campe un journaliste allemand courageux et tenace, et la magnifique Kasia Smutniak, actrice polonaise, une jeune femme russe très crédible. Enfin, le jeune Dima tient toutes ses promesses sous les traits de Max Riemelt.

 
J'ai découvert que Kasia Smutniak mène une carrière internationale, sa filmographie parle pour elle, beaucoup de films italiens et même un film américain. 

Aussi, si vous aimez ce genre de films, n'hésitez pas à le regarder.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire