!-- Font Awesome -->

22 juillet 2013

Une bouteille à la mer

L'autre soir, je n'avais pas d'envie particulière, j'en ai profité pour regarder un film diffusé sur Canal + : Une bouteille à la mer, réalisé par Thierry Binisti et sorti dans nos salles en février 2012. Je ne me rappelle pas avoir lu une seule critique à son sujet, or ce film est magnifique.

J'ai déjà regardé plusieurs films sur le conflit palestino-israélien, en majorité il s'agit de films dramatiques, aussi j'ai croisé les doigts pour que celui-ci ne se termine pas dans le sang ou les larmes. Mon vœu a été exaucé.

L'histoire commence avec Tal (Agathe Bonitzer), une jeune française installée à Jérusalem avec sa famille et son frère ainé, Eytan, qui fait son service militaire à Gaza. Agée de dix-sept ans, elle mène la vie normale d'une adolescente, des amis, un amoureux, l'alcool et puis un jour elle est témoin d'un attentat par un kamikaze dans un café de son quartier. Choquée, elle écrit alors une lettre où elle exprime ses doutes et veut encore croire à une solution pacifiste.  Elle a confie la lettre à son frère pour qu'il la jette à la mer, près de Gaza où il est stationné.
Quelques semaines plus tard, elle reçoit enfin une réponse d'un mystérieux Gazaman.

Le réalisateur a su raconter ici une belle histoire entre deux adolescents dont les mondes ne pourraient pas être plus éloignés. Et comme Tal, le spectateur se met aussi à rêver à une possibilité, une trêve. Forcément, tout n'est pas idyllique mais ici les deux jeunes gens apprennent à ne voir qu'eux, en tant qu'êtres humains et et à refuser de se définir uniquement par leurs nationalités. Ils veulent juste être libres et si les sentiments prennent le pas, ce n'est pas non plus Roméo et Juliette. Leurs relations oscillent de la même manière que le conflit qui oppose leurs pays, surtout lorsque Gaza est bombardé.


J'ai aimé le choix du réalisateur de glisser de véritables images de la commémoration à Tel Aviv de la mort de Rabin, ce moment de paix et de communion.
La réalisation est soignée, j'aime la manière dont le réalisateur laisse la place au silence et sait saisir la lumière si spéciale du Moyen-Orient. Il nous fait découvrir Gaza et la vie quotidienne de ses habitants.

Tous les acteurs sont formidables, une mention spéciale à Agathe Bonitzer (Tal) et Mahmud Shalaby (Naïm) qui campent avec justesse les deux personnages principaux.
Le film a été réalisé en Israël, avec une équipe mixte, les deux acteurs ont appris l'hébreu pour Agathe (parfaite, j'ai cru qu'elle était bilingue) et le français (impressionnant) pour Mahmud.




J'ai toujours eu envie de découvrir Israël, sa jeunesse, ses villes si différentes (Jérusalem et Tel Aviv) et ce film m'en donne encore plus envie.

Alors, non - je ne suis pas d'accord avec Allociné qui le classe dans le genre "drame" car ce film est tout sauf dramatique, il est au contraire plein d'espoir et de tendresse. La preuve, il a obtenu plusieurs prix dont celui du meilleur film "romantique".

Ce dont la jeunesse palestinienne et israëlienne a énormément besoin. Comme moi. A voir pour se mettre du baume au coeur. 


Ma note : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire