!-- Font Awesome -->

08 mai 2014

My addictions of the week

Au menu cette semaine : Funny People, Angela Davis, Michel Gondry, Larry Watson, The Julliard School, les bisons de Broken Heart, l'écume des jours, Judd Apatow, Justice, documentaires, Montana, 1948, Audrey Tautou, The Goldfinch...



Copyright Knowledge and Light

Mes drogues télévisuelles


Ces derniers temps, j'ai surtout aimé les documentaires comme The Julliard School sur Arte dont je crois déjà avoir parlé, où j'ai vu les futurs artistes en devenir et surtout le dévouement total à leur passion qui fait chaud au cœur.  J'attends de voir le documentaire diffusé sur Arte dimanche prochain en deuxième partie de soirée, Meurtre en Finlande.


Sinon, j'ai vu un peu par hasard le documentaire consacré à Angela Davis "Free Angela and all political prisoners" diffusé sur Canal +. Réalisé en 2012 par Shola Lynch, le film revient sur la vie d'Angela Davis, cette figure célèbre du combat pour les droits civils. Le documentaire se concentre sur une période précise de la vie de l'activiste de 1968 à 1972.  Professeur de littérature et de philosophie à l'université de San Diego, elle se retrouve inscrite sur la liste des 10 personnes les plus recherchées par le FBI - Nixon, Reagan (alors gouverneur de Californie) et Hoover veulent sa peau.  Entre ses premiers contacts avec les Black Panthers (trop machistes), son entrée au parti communiste (Le Che Lumumba Club), ou son combat pour faire libérer les 3 de Soledad dont George Jackson, qu'elle aime, sa cavale à travers le pays, son arrestation, le procès, le soutien international (de Paris à Rio) de Genet aux Rolling Stones et enfin son acquittement, Shola Lynch nous entraine avec virtuosité dans la vie de cette femme extraordinaire, et cerise sur le gâteau c'est Angela qui s'exprime. 

Bref, un conseil : regardez-le !  Un vrai coup de cœur 



Ce soir, les enquêtes du Commissaire Winter continuent sur Arte - et la semaine prochaine le retour de nouvelles enquêtes inédites d'Hercule Poirot et la deuxième saison de Real Humans. 

Je n'ai pas regardé le dernier épisode de Scandal diffusé mardi dernier, vu les dernières critiques que j'ai écrites sur cette série, vous comprenez mon hésitation. J'ai appris que le Président Obama regardait House of Cards et pas Scandal, il a fait le bon choix !  Banshee, Mad Men, House of Cards sont terminées et je n'ai pas envie de découvrir une nouvelle série. J'ai eu ma dose !
 
En ce moment, les documentaires et les films prennent le pas sur les séries et c'est pas plus mal. Mais je regarde toujours avec plaisir la cinquième saison de The Good Wife et j'ai adoré l'audace de l'héroïne, quelle femme et quelle actrice derrière (la sublime Julianna Margulies).  

*  *  *


Mes drogues cinématographiques 

J'ai prévu trois séances de cinéma en fin de semaine (dont un qu'il me titille de voir). Je continue par contre de regarder des films sur Canal + que je n'avais pas vu lors de leur sortie. Ici mon avis pour deux d'entre eux :


L'écume des jours 

J'avoue, j'ai vu plusieurs fois la bande-annonce du dernier film de Michel Gondry, et moi qui adore Audrey Tautou, je ne me suis pas déplacée, les critiques mitigées allant dans le sens de mon hésitation. Autre aveu : je n'ai jamais lu le livre de Boris Vian, ce qui en soi n'a rien de mal car je n'avais aucun a priori contrairement aux très nombreux amoureux du couple Colin-Chloé. 

Qu'en dire ? C'est bizarre, en lançant la projection cet après-midi, je savais déjà que je resterais assez imperméable au monde de Vian/Gondry et ça n'a pas loupé. Ma faute ? Mes goûts cinématographique, trop différents ? Non, je crois simplement me connaître suffisamment pour savoir ce qui me plaît aujourd'hui. Attention, j'ai vraiment aimé plusieurs scènes, celle du mariage sous l'eau, ou la scène finale - en fait, j'ai aimé les scènes où la musique prend le pas sur les dialogues et où moi spectatrice j'ai pu enfin m'approcher du couple phare. 



Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, il y a quelque chose qui me gêne chez Romain Dury et là, c'était de nouveau le cas. Ayant vu l'acteur dans Populaire il y a peu de temps, je l'ai retrouvé dans un costume bleu presque identique. Et puis selon moi, le couple ne fonctionnait pas : je n'ai ressenti aucune étincelle entre les deux acteurs.
J'aime la poésie et j'ai aimé les films précédents de Gondry mais ici je trouve les dialogues déplacés dans ce décor féérique.

Et puis la réalisation, j'aurais souhaité que le monde selon Vian soit vu par petites touches, et non pas en continuité - or tout y est toujours extraordinaire (dans son sens littéral) et finit donc par être ordinaire pour le spectateur : on ne s'étonne plus de cette pharmacie qui crée les médicaments, de la chaussure qui marche toute seule, etc. Par ailleurs, j'ai eu du mal à me repérer dans ce film intemporel (on est sans cesse promené entre les années 60 et aujourd'hui).  Je n'ai pas accroché, surtout à l'univers de Colin, j'avoue que j'ai eu horreur des plats cuisinés qui bougent ! Je n'ai pas non plus accroché au personnage de la souris (ou un rat), et le changement de perspective par rapport à cet animal m'a dérangé, comme je n'ai pas saisi son rôle dans cette histoire. 

En fait, j'aime quand Gondry nous éloigne de nos vies, or ici il a fait d'un monde merveilleux le quotidien de nos personnages, et très vite, j'ai décroché. Quelques jolis moments cependant.

Mon avis :  (♥)


Funny people 

J'avoue que j'attendais beaucoup de ce film, tant les critiques aiment Judd Apatow et encensent ce film datant de 2009. Et quelle déception ! L'ennui fut tel que j'ai plusieurs appuyé sur la touche avance rapide (45s à chaque fois). Le film est tellement formaté qu'il en est triste. L'histoire - qu'en dire? Un comédien devenu millionnaire apprend qu'il est atteint d'une maladie grave et connaît une vraie crise d'identité. Auprès de son jeune assistant qui le vénère, se croyant condamné, il va retrouver le goût à la vie.

Oui, vous avez compris, une histoire vue et revue. J'attendais donc qu'Apatow mette à mal tous les stéréotypes et clichés hollywoodiens autour de ces histoires de renaissance dont sont friands les Américains et bien non : il plonge dedans les deux pieds dedans, et nous offre même la fin typique hollywoodienne.  Le film se doit d'être mélancolique, mais chez moi c'est l'ennui qui s'est rapidement installé. Quant au casting, j'avoue que je me lasse de retrouver chez Apatow toujours les mêmes acteurs, je ne suis pas du tout fan d'Adam Sandler (que j'ai trouvé très moyen) et si j'aime Jonah Hill et Seth Rogen - ils sont enfermés dans les mêmes personnages "les gros sympas" que ça en devient lassant. Et la seule actrice qu'il filme est son épouse, sympa la Leslie mais pas renversante.

Bref, une grosse déception. Le film n'a absolument pas su révolutionner le genre, Apatow a fait un film totalement formaté et prévisible de bout en bout fait de clichés à la sauce hollywoodienne : zzzzzz.... 

Je vous conseille, si vous voulez voir une personne faire face à la malade le très bon 50/50 avec Seth Rogen et Joseph Gordon-Levitt qui est tellement mieux.

Mon avis :

*  *  *

Mes drogues littéraires


Après une longue période de disette, je peux officiellement annoncer que j'ai repris un vrai rythme de lecture ! Le premier livre fut un cap à passer, j'ai mis du temps à finir Les bisons de Broken Heart de Dan O'Brien mais j'ai aimé ce roman et je veux remercier cet homme formidable et tous ses congénères qui ont redonné place à cet animal légendaire qui m'impressionne toujours autant. Je prépare un billet sur ce livre, bien évidemment !

Copyright Bill Gent

En cours également de rédaction, un billet sur deux livres écrits par Larry Watson, Montana 1948 et Justice -  l'écrivain américain signe avec le premier un livre culte qui fut n°1 des ventes à sa sortie en 1993 et revient avec le second sur l'histoire de cette famille et tout simplement de l'Ouest américain à travers plusieurs personnages phares. J'ai lu les deux livres en un jour. 

Vous l'aurez compris, un vrai coup de cœur pour ce romancier - et je remercie la bouquinerie du Centre à Nantes qui une fois de plus a bien garni mon sac! 

Au passage, j'ai enfin acheté L'enchanteur de Barjavel - et puis un livre sur les oiseaux car je me suis trouvée une nouvelle passion (ce livre était le seul livre sur ma liste d'achats). 

Sinon, je continue ma lecture en anglais de The Goldfinch de Donna Tartt (Le Chardonneret) tranquillement, et en parallèle il faut que je trouve un autre livre qui se glisse dans mon sac à main, j'ai une PàL qui n'attend que ça et une liste de livres à me procurer (la faute à tous les blogs LOL) qui ne cesse de s'allonger. 
 
Mon billet est un peu court, la faute au manque de sommeil... j'ai fêté mon anniversaire hier, après un repas que j'avais organisé (et 6 plats cuisinés) j'ai fait la tournée des bars. Bref, un réveil un peu difficile.

Bon week-end à vous tous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire