!-- Font Awesome -->

15 septembre 2015

My addictions of the week


Home sweet home. Retour au boulot ! Et sous la pluie - elle aura eu la gentillesse d'attendre mon retour au travail et l'achat d'un vrai ciré jaune marin (doublé, avec poches multiples à fermeture zippée, col et capuche qui tiennent chaud).  Retrouver les collègues, le café et le boulot pas de souci - seuls les transports en commun (surtout par temps de pluie) m'effraient. Sans doute encore bondés. 

Mes addictions télévisuelles 

J'ai mis du temps à me réapproprier le petit écran. La pause la plus longue jamais faite ! A part quelques documentaires animaliers ou événements sportifs, impossible de rester figée devant la petite lucarne. Idem pour le cinéma que j'ai quelque peu délaissé. J'ai conjugué ma passion de la lecture et de la nature - pendant les vacances mais aussi tout l'été, qui fut long cette année puisqu'il a débuté le 1er juin. 

J'ai quand même eu quelques coups de coeur comme pour la mini série The Team, diffusée sur Arte (8 épisodes) qui a pris fin jeudi dernier. J'ai passé un excellent moment au côté de cette équipe de policiers européens - le scénario, le casting et la réalisation. Tout m'a plu.  J'espère qu'ils envisagent une suite .. Ce choix de réunir ici trois pays (quatre avec l'Autriche, voire cinq avec les quelques scènes à Vilnius) a vraiment eu du bon et m'a fait penser à la série franco-anglaise, Tunnel avec Clémence Poésy et Stephen Dillane dont la première saison m'avait ravie. La bonne nouvelle c'est que Clémence et Stephen ont tourné la deuxième saison ! 

De retour sur Canal + séries prochainement (fin septembre) : Halt and Catch Fire avec le magnifique Lee Pace. J'avais beaucoup aimé plonger à nouveau dans le passé, le début des années 80 et la lutte entre les futurs géants de l'informatique (Apple, IBM et la petite équipe de McMillan). 

J'aimerais aussi beaucoup retrouver Alicia Florrick dans The Good Wife - mais aucune date de diffusion de la nouvelle saison n'est annoncée pour le moment sur Teva.  J'ai bien regardé quelques épisodes de Wayward Pines mais maintenant que je sais ce qui se passe réellement et que j'ai vu à quoi ressemblaient les mystérieux "abies", ma curiosité est retombée. Même si j'adore de nouveau voir à l'écran Matt Dillon et Shannyn Sossamon. 

Mes deux coups de coeur à présent :

Le film "The boys are back" diffusé vendredi soir sur Arte avec le très beau et très doué Clive Owen. L'acteur anglais interprète ici un célèbre journaliste anglais, installé en Australie, dans le bush, avec sa très jolie femme et leur fils de six ans, Artie. Joe Warr s'absente pas mal pour son boulot mais rentre toujours avec joie à la maison. Malheureusement tout s'écroule lorsque Katie, son épouse tombe malade : cancer en phase terminale. La jeune femme choisit de rester auprès des siens et s'éteint paisiblement dans ses bras. Joe est détruit. Sur un coup de tête, il part faire un road trip avec son fils, au grand dam de ses beaux-parents. Artie est un petit garçon plein de vie, mais qui oscille entre scènes de crises de nerfs et crises léthargiques. Le père et le fils rentrent au bercail après trois mois et Joe est forcé de reprendre le travail. La maison n'est plus entretenue, la cuisine et le ménage sont des choses inconnues pour Joe et il préfère passer son temps à jouer avec son fils. Leurs scènes de jeux sont magnifiques mais trahissent une grande fragilité. C'est alors que débarque Harry, le fils ainé de Joe, né d'un premier mariage et vivant en Angleterre. Le garçon a 14 ans et a besoin de son père. 


Joe ne le connaît pas vraiment, l'ayant abandonné à l'âge de six ans pour s'installer avec Katie en Australie. Harry (George McKay) "doesn't fit in" - n'a plus sa place nulle part. Sa mère est de nouveau en couple et enceinte aussi bon gré mal gré, auprès de ce père veuf, et de son demi-frère, Harry reconstruit peu à peu une cellule familiale. Même si l'équilibre est toujours très fragile. 
La scène frappante est de le voir regarder toutes les photos de famille accrochées au mur et de ne s'y voir jamais ... Le père et son fils ainé n'arrivent toujours pas à communiquer.

Les trois hommes vivent ensemble dans une maisonnée toujours bordélique, où les règles se résument "au paradis des porcs". Mais Joe est forcé de s'éloigner pour son travail, et lors d'une absence imprévue, Harry et Artie doivent être secourus par leurs beaux-parents. Choqué, Harry repart en Angleterre. 

Que dire ? Que j'ai aimé totalement ce film, le jeu des acteurs, celui de Clive Owen mais surtout des deux garçons, le plus jeune sachant parfaitement interpréter les émotions d'un enfant privé soudainement de sa mère - et puis George McKay, extraordinaire dans le rôle de cet adolescent écrasé par ce père en deuil. Un jeu magnifique. Je ne me lasse pas de les voir jouer tous ensemble, voir Joe courir après ses fils, les batailles d'oreiller, la maison dans les arbres. La fin en Angleterre tient toutes ses promesses. Le père, qui dans ce deuil, va faire le plus beau des chemins : aller à la rencontre de ses fils. 

C'est étrange car j'ai lu un roman anglais, Luke et Jon, qui traite également du deuil (la mère décède dans un accident) et d'un père qui va, après une longue période de deuil, redécouvrir son fils.  J'ai découvert avec plaisir que George a bien grandi et joue aujourd'hui les premiers rôles, de même qu'il avait été récompensé pour ce rôle spécifiquement. Je n'oublie les paysages australiens sublimes, lorsque Harry se réveille le matin et aperçoit dans la cour, pour la toute première fois, des kangourous et la musique du film, très belle (compositeur Hal Lindes). Et le casting parfait : le père et les fils ont un air de ressemblance - alors qu'ils ne sont pas du tout de la même famille en vrai. 

Le film est disponible en replay sur Arte+7.  Foncez le regarder ! Et si vous hésitez, un extrait par ici.



Mon autre coup de coeur va au documentaire produit par John Maloof,  Finding Vivian Maier. 

Qui était cette femme mystérieuse? John Maloof, étudiant en 2007 à New York en histoire, cherchait à illustrer un livre historique avec des photos. Il se rend à ces ventes spécialisées en box loués par des particuliers qui ne paient plus la location. Il repère alors des boites remplies de négatifs. Il en achète une grande et rentre chez lui. Si les négatifs ne peuvent illustrer son livre d'histoire, John remarque tout de suite qu'il s'agit de photos exceptionnelles - des photos de la vie urbaine, citadine, quotidienne. La photographe ? Il découvre son nom : Vivian Maier mais lorsqu'il fait une recherche sur Google, aucune réponse. Il retourne à la vente aux enchères, obtient les coordonnées des autres acheteurs et leur rachète à tous tous les cartons du box appartenant à Vivian. Il y découvre des milliers de négatifs, mais aussi des milliers de pellicules non développées, des classeurs entiers de coupures de journaux (articles de faits divers, souvent sordides), des boites entières remplies de broches ou petits bijoux, des cassettes où Maier interviewe des inconnus sur des divers évènements (l'affaire du Watergate...) et des films vidéos, souvent ceux des enfants qu'elle garde. Vivian est une hoarder. Vous savez ces personnes qui ne cessent d'accumuler... 

John devient obsédé par cette femme mystérieuse et réussit à dénicher sur Internet un avis de décès en octobre 2009. Vivian est décédé à l'âge de 83 ans en avril de la même année. A-t-elle jamais su que Maloof et un autre acheteur avait publié certaines de ses photos sur Internet ? Maloof les publie sur Flickr et c'est le raz-de-marée. Vivian était un grand photographe ! Ses photos sont exceptionnelles. Pendant plus de quarante ans, elle travaille en tant que nounou dans des familles de Chicago et du Minnesota. Le documentaire s'attache à suivre Maloof dans ses recherches sur ses origines. Le documentaire est passionnant de bout en bout comme l'était cette étrange femme. Elle se proclamait française mais était née à New York. Un spécialiste du langage déclare l'avoir rencontré et proclame que son accent était faux. La longueur des voyelles était trop longue. Mais Maloof découvre qu'en fait Vivian était à moitié française. Née à New York d'une mère française et d'un père autrichien (absent), elle fait des va-et-vient entre New York et les Alpes françaises. Aussi, son accent même s'il pouvait être "exagéré" était réel et à la fin de sa vie, assise sur un banc, elle insultait les gens en français ;-)

Elle refusait de donner son nom dans les magasins et signait "V.Smith" et demandait à certaines familles de l'appeler Viv, à d'autres Viviane, à d'autres Miss Maier (elle signait Meyer, Mayer, Meier..) et de ne jamais utiliser un autre nom ! 

Maloof rencontre les familles chez qui elle a travaillé comme nounou - on découvre une personne étrange, qui accumule les journaux (à en faire plier le plancher!) et trimballe les enfants dans les quartiers mal famés pour prendre ses photos. Comme elle emmène une petite fille visiter un abattoir ou qu'elle la forçait à tout manger. Vivian était étrange, grande, gauche et un peu associale. Toujours munie de son Rollfeiflex, elle mitraillait le monde. Lorsque l'un des enfants qu'elle garde est renversé par une voiture, elle le prend en photo allongé sur le sol. Ses portraits (mais elle aussi pris d'autres photos d'ambiance sublimes) sont très marquants car les personnes la regardent. 

Une de ses rares amies (qui pourtant ignorait tout de son enfance, son passé à NY) craignait que la publication de ses photos post-mortem ne lui plaise pas mais une lettre adressée à un habitant français du village alpin prouve l'inverse.Vivian avait tenté, dans les années quarante, de faire publier ses photos en France, sans succès. A ce jour, plus de 150 000 photos existent, mais toutes ne sont pas encore développées. Le documentaire montre ces caisses remplies de ces rouleaux de pellicule, fragiles. J'aurais vraiment aimé aidé John à les développer. Dorénavant une partie de ses oeuvres a été exposée un peu partout autour du monde, dont celles prises dans son village d'enfance en France dans ce même village. 
Le documentaire m'a fasciné et si vous avez l'occasion de le regarder (sur Canal +) faites-le ! 

Voici quelques unes de ses photos. 














Vivian avait inventé les selfies - elle n'arrêtait pas de se prendre en photo ! Extraordinaire ! Elle a pris des photos toute sa vie, depuis 1946 jusqu'aux années 90.  Sans le sou, ce sont deux anciens garçons qu'elle avait gardés, enfants, qui lui ont payé son loyer. Une chute dans la rue l'emportera, malheureusement. 



Mes drogues cinématographiques et littéraires 

Je continue à publier les billets sur mes lectures sur mon autre blog dédié à la lecture : Tombée du ciel.  J'ai encore eu de vrais coups de coeur - je vous prépare un petit billet récapitulatif ! 

Je vous prépare aussi un billet sur mes comptes Instagram préférés. 

Côté cinéma, j'espère voir le dernier film intitulé Marguerite avec Catherine Frot, inspiré d'une histoire vraie sur une américaine qui adorait chanter l'opéra mais qui chantait faux. Une tragi-comédie. Et Le Prodige sur le génie américain des échecs avec Tobey Maguire. Les deux sortent mercredi. J'allais oublier Everest ! (le 23)

Sinon, j'aimerais voir Sicario et Pan (sorties en octobre) et le dernier Wallace et Gromit (sortie fin nov.) - il y a le temps, oui ! Sinon mon cinéma (à Nantes) va projeter Top Gun et je me dis que ça serait sympa d'aller le voir. Et le dernier Frankenstein (rien que pour revoir James McAvoy et entendre son accent écossais!)  

Et le dernier Woody Allen avec Joaquin Phoenix et Emma Stone .. bon j'arrête là ! J'ai appris que le dernier Star Wars va sortir en France avant les USA ! Le film sortant un mercredi en France et le vendredi aux USA ;-)

"Gentlemen, this is the real thing" ! Allez petit cadeau, la bande-annonce a presque trente ans ! Moi j'étais amoureuse de Val Kilmer (mon frère ressemblait trop à Tom Cruise) - la BA originale de Top Gun ;-)




Bonne semaine ! 


24 commentaires:

  1. The good Wife, combien de fois me suis-je dit que je voulais reprendre la série, mais je n'arrive pas à savoir où j'en suis dans quelle saison ! La cata! Et pourtant, j'adorais me poser 4h devant M6 aha!!
    Je vois qu'on a des envies de cinéma similaires : Pan, Marguerite, pour ne citer qu'eux.

    Je te souhaite une autre semaine pleine de surprises culturelles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Tu te souviens de quoi au juste pour The good wife ? elle était avec qui ? son mari ? son collègue? Je peux essayer de t'aider - j'adore cette série moi aussi !

      Pan (Rooney!!!) et Marguerite (week-end prochain) oui oui toi aussi !

      Supprimer
    2. Moi aussi j'adore ! J'ai fini hier la saison 5 et j'attends la 6 en VF puisque je me suis habituée dès le début à la voir avec les voix françaises :)

      Supprimer
    3. alors on sera devant nos petits écrans respectifs en même temps !

      Supprimer
  2. Si je me souviens bien, elle est dans une phase où elle veut quitter son mari / enfin elle le quitte. Dans mes souvenirs, Kalinda joue un espèce de double jeu (mais j'en suis plus convaincue), Cary n'est plus dans leur bureau d'avocats, mais je crois qu'ils lui ont fait une proposition... d'ailleurs ils aiment bien être l'un contre l'autre - Cary vs Alicia. (j'adore Cary). Il me semble même qu'il s'est passé quelque chose entre Kalinda et Cary? Et le bureau d'avocat en lui même va mal..voilà pour ce qui est de mes souvenirs.
    C'est flouuuuuu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu as tout bon ! Oui et moi aussi j'adore Cary !!!
      Bon les choses ont beaucoup évolué ... mais tu n'es pas très loin - je vais regarder ça ce soir !

      Supprimer
    2. Dans la troisième saison, Will est suspendu pour fraude (il travaille de chez lui), Cary s'en va et Kalinda réfléchit à un changement de carrière ...
      Je crois en te lisant que tu n'es pas allée plus loin. La quatrième et la cinquième ont été diffusées sur Teva - la 6 a été diffusée aux USA....

      Supprimer
    3. Je pense que tu es à la fin de la saison 3 ;)

      Supprimer
  3. Ah parfait! Je reprendrai ça alors !
    J'ai suivi les saisons sur m6, mais après il n'y avait plus de diffusion - Quand j'ai su, au cours d'un zappage "Mais qu'est ce que je m'ennuie, y'a rien à la tv", qu'ils passaient the good wife sur Teva, je ne pouvais pas suivre, puisque j'étais perdue !
    Merci beaucoup en tout cas !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien - Teva rediffuse toute la série actuellement (je l'ai vu et j'ai cru que c'était les nouveaux mais ce sont bien les anciens) donc si tu as Teva, tu peux reprendre tranquillement -et en v.o sous-titré si tu le souhaites !

      Supprimer
  4. Il faut absolument que je voie le docu sur Vivian Maier, j'avais beaucoup aimé l'expo qui lui était consacrée à Versailles il y a quelques mois (photos prises en France)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée ... pas mal de boulot ! Oh la chance pour l'expo - tu vas adorer ce documentaire !

      Supprimer
  5. J'aime bcp The good wife également, surtout quand Alicia se décoince la moindre. Une série coup de coeur : Rectify, tu connais ? Vu récemment Narcos, du bon également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quand Alicia se décoince ! oui moi aussi ;-)
      oui je connais Rectify et j'ai beaucoup aimé !

      je ne connais pas Narcos par contre - à découvrir donc !

      Supprimer
  6. Vivian Meyer, ouh là à Tours il y avait une expo photo (et un petit film de présentation), alors j'y suis allée (heu?) trois fois, quoi?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh la chance !! tu as acheté le book de l'expo ?

      Supprimer
  7. Oh merci, j'adore clive Owen et je ne connaissais pas ce titre.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas encore vu ce documentaire (mais je l'ai réservé à la bibliothèque). Tu as vu toute l'affaire à propos du copyright et de la "bataille" des héritiers. C'est triste quand même. J'allais dire que j'aurais aimé être à la place de John Maloof. Mais peut-être pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce commentaire était parti dans les spam ! Désolée ! Je vais jeter un oeil à Blogger ....

      Supprimer
  9. J'ai du mal à te laisser des commentaires. Après avoir lu ton billet, j'ai réservé le documentaire à la bibliothèque. Les photos de Vivian Maier sont superbes.
    As-tu vu les articles sur la "bataille" des héritiers ? Je trouve cette affaire bien triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah bon ? pourtant je ne crois pas demander de mot de passe ?
      Une bataille des héritiers ? ah non pas entendu parler .. bizarre car ils n'ont pas racheté ses effets lorsque son box a été mis aux enchères .. comme pour Robin Williams, voir ses enfants et sa femme se déchirer .. Heureusement qu'ils ne sont plus là pour voir ça.

      Supprimer
    2. Non, mais il faut confirmer que l'on n'est pas un robot. Ce que j'ai fait avec beaucoup de mal. ;-) (J'ai pensé que c'était dû au navigateur.) J'ai reçu un message m'indiquant que mon message serait publié après approbation. Et mon premier message n'était toujours pas là deux jours après. Bizarre !

      Pour les héritiers, il s'agit plutôt d'une bataille d'avocats. Un avocat photographe américain est allé chercher un autre héritier en France car il ne trouvait pas normal que John Maloof et Jeffrey Goldstein profite des œuvres de Vivian Maier. http://www.nytimes.com/2014/09/06/arts/design/a-legal-battle-over-vivian-maiers-work.html?_r=0

      Supprimer
    3. Oh zut ! Je reçois pas mal de spam mais je ne pensais que c'était si difficile de commenter, je vais regarder ça ;-)

      Ah j'ignorais ça .. effectivement, elle a de la famille en France mais elle était encore en vie quand son box avec ses photos a été vendu, donc ce n'est pas à proprement parler "un héritage" ;-)

      Supprimer