!-- Font Awesome -->

14 avril 2021

My addictions of the week

 


Mes drogues télévisuelles

J'ai enfin regardé un film ! Sur Netflix. Il a fait le buzz ces temps-ci et j'y retrouve une actrice que j'aime beaucoup depuis Pride&Prejudice (Orgueils et Préjugés) : Rosamund Pike. Elle y interprète le rôle d'une femme qui arnaque des personnes âgées sans scrupule. Aux USA,  le métier de tutrice est privé et la personne se rémunère sur l'argent des personnes placées sous tutelle. La jeune femme a crée son agence et a réussi à se mettre sous la main le juge des tutelles. Avec le soutien de sa petite amie, d'une doctoresse qui lui trouve des futures victimes et d'un directeur d'EHPAD, elle réussit à placer d'office des personnes âgées sous tutelle, à les faire placer dans les unités fermées et à vendre leurs biens. Lorsque sa complice doctoresse lui présente le cas d'une femme âgée (formidable Dianne West), vivant seule, sans enfants - Maria Grayson est sûre d'avoir trouvé la poule aux oeufs. Très vite, elle met la belle maison en vente, vend le mobilier et découvre dans le coffre-fort (en trouvant la clé cachée sous un meuble) un petit sac contenant des diamants non déclarés à son assurance. Le pactole. Mais un avocat se présente et lui demande de tout annuler et de faire sortir la gentille dame de l'EHPAD. Son client n'est autre qu'un grand ponte de la mafia et le fils de la victime.. Mais Grayson refuse de lâcher l'affaire et la guerre est déclarée !

C'est noir, subversif, ironique - bref, délicieux ! J'ai adoré ce film. Pourtant l'héroïne est sans scrupule et détestable mais j'ai adoré son instinct de survie et puis Dianne West est géniale lorsqu'elle passe de la mamie toute gentille en mode tueur ! Leurs dialogues sont savoureux. C'est drôle. 

Mon avis : 



Mon avis : 

J'ai regardé dimanche soir sur France 3 un très beau téléfilm racontant l'histoire vraie des enfants juifs accueillis dans le centre de Windermere en Angleterre à la fin de la seconde guerre mondiale. Le camp accueillit plus de 300 enfants (enfants et adolescents) orphelins ou sans nouvelle de leur famille. On y suit plusieurs personnages, et dans le rôle des adultes, j'ai reconnu Romala Garai.  C'est très touchant car cela montre les traumatismes subis par ces enfants, sortis vivant des camps de la mort. Lorsque la Croix Rouge répond à leurs demandes, leur annonçant pour la très grande majorité, la mort de leurs familles, c'est terrible. J'ignorais tout de l'existence de ce camp et avoir à la fin des nouvelles des derniers survivants, savoir qu'ils ont pu se reconstruire et fonder des familles est vraiment positif. Il est en replay jusqu'à dimanche après-midi, profitez-en ! 


Enfin, j'ai regardé un documentaire glaçant sur Arte : Tuer l'indien dans la coeur de l'enfant. En 1876, le Canada a fait passer une loi appelée Indian Act afin de légaliser toute leur politique de destruction mentale, culturelle et physique des tribus indiennes. Le documentaire raconte l'histoire de ce génocide culturelle. Comment sédentariser un peuple nomade en créant des réserves, en les déclarant citoyens de seconde zone afin de contrôler le territoire et ses ressources.  Les réserves étaient dirigées par des religieux afin de les évangéliser. Aujourd'hui on les appelle les autochtones, à l'époque ils étaient appelés "sauvages". En séparant les enfants des adultes, en les plaçant dans des pensionnats leur interdisant de parler leur langue, pratiquer leurs croyances, on voulait effacer toutes leurs origines : tuer l'indien dans le coeur de l'enfant. Le documentaire est effrayant comme lorsque cet homme raconte les sévices subis mais il est aussi passionnant pour qui s'intéresse à la question autochtone. 

Le documentaire est réalisé par Gwenlaoulen Le Gouil et réalisé en 2020. Il est disponible sur le site d'Arte jusqu'au 11 juin prochain et dure 73 minutes. 

Mon avis : 

2 commentaires:

  1. J'ai regardé "Les Enfants de Windermere" lors du passage TV. Très bien pour une première approche mais trop lisse... Trop survolé... Bon, en même temps, je suis une fana de la 2ème GM et c'est clair que ce film a le mérite de faire connaître cet épisode de l'histoire.
    Il faut que je regarde "Tuer l'indien". J'en ai entendu beaucoup de bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'était un film je pense plus pour les adolescents, qui se voulait informatif et positif - et pour ma part, aussi "fan" de cette période, j'ai trouvé cela bien, même si en fait j'aurais aimé voir la partie d'avant (quand ils ont été trouvés, comment ont-ils été choisis, etc.) pour Tuer l'Indien, je n'ai rien appris mais j'ai juste eu la confirmation des horreurs subies par les enfants pendant toutes ces années... C'est très fort !

      Supprimer