!-- Font Awesome -->

02 juin 2011

La défense Lincoln

Quand on aime "les polars" à l'américaine, on ne peut être que gâté en allant voir "The Lincoln Lawyer" (La défense Lincoln, vu en vo).  Les premiers mots qui me viennent à la bouche sont : superbe, intelligent, passionnant, formidablement interprété, L.A old-fashioned, une touche de "Jackie Brown", etc.

Le film nous plonge dans la vie d'un avocat, Michael Heller, interprété par un formidable Matthew McConaughey (qui vieillit bien, et dont j'adore l'accent trainant du Texas).  Heller est un avocat pénaliste qui mène ses enquêtes depuis sa voiture, une Lincoln, avec un chauffeur (engagé après avoir perdu son permis), un ancien flic devenu enquêteur (un William H.Macy à la coupe de cheveux funky), et une ex-femme Procureur (donc de l'autre côté), formidable Marisa Tomei.  Heller défend les bons et les méchants, comme tout bon avocat américain, il joue sur tous les tableaux, sait à qui donner de l'argent pour obtenir des renseignements, défend des bikers, comme des dealers, en s'assurant toujours de ses arrières.

Lorsque que l'un de ses amis (prêteur sur gages) lui demande de défendre Louis Roulet, jeune homme millionnaire (fils à maman), joué par un excellent Ryan Philippe, accusé de viol et de violence sur une prostituée, Heller accepte pensant avoir trouvé le bon filon (se faire des milliers de dollars). Mais rapidement, Heller déchante,  le jeune homme si sérieux et propret cache une sombre vérité, et Heller découvre avec effroi à qui il a réellement à faire. En tant qu'avocat, il ne peut rien révéler, et va voir toute sa vie menacée, et devoir décupler d'intelligence et d'efforts pour obtenir justice. Mot qui chez lui n'avait encore jamais pris réellement de sens.

Le film est un excellent thriller, dont le quatrième personnage est une ville de Los Angeles, qui pour moi, a retrouvé son goût d'antan, comme lorsqu'on la filmait dans "Jackie Brown", d'ailleurs le choix de la lumière, et de la musique m'ont beaucoup rappelé cette ambiance.  Elle gagne en profondeur, et j'ai aimé les choix du réalisateur.

Bob Gunton, Ryan Philippe, Matthew McConaughey et le très chevelu William H.Macy
Le casting est parfait, tous les acteurs (ne pas oublier John Leguizamo, Josh Lucas, jusqu'au biker) jouent à merveille leurs rôles, sans basculer dans la caricature. Pour les néophytes dans le domaine judiciaire, le film explique parfaitement comment fonctionne la justice américaine, Les deux côtés (défense et Procureur) utilisent toutes les ficelles possibles, au risque de se faire attraper. Un bon cours de droit pénal qui permet de mieux comprendre comment et pourquoi les coupables sont libérés, et les innocents emprisonnés, à coup de pots de vin, faux témoignages, preuves fabriquées.

Matthew McConaughey et Ryan Philippe

Le face à face entre Matthew McConaughey et Ryan Philippe fonctionne à merveille, et j'avoue avoir été très troublée par le jeu de Ryan Philippe, qui joue à merveille cet homme capable de mentir avec une telle morgue, la scène où il témoigne devant le jury est incroyable. J'avoue que cet acteur m'avait jusqu'ici paru un peu insipide, beau gosse, mais sans épaisseur, ici j'ai découvert qu'il était au contraire capable du meilleur.

Michael Heller (Matthew McConaughey)
J'ai lu certaines critiques qui découvraient "enfin" que Matthew McConaughey était un bon acteur, à défaut d'avoir une belle plastique. Moi, je le sais depuis son rôle dans "The right to kill" (Le droit de Tuer) où il jouait déjà un rôle d'avocat. D'ailleurs, l'acteur a avoué qu'à l'université, il souhaitait s'orienter vers une carrière d'avocat pénaliste, car pour lui, ces hommes sont des acteurs, qui livrent une véritable performance devant un panel de spectateurs uniques, le jury.

Un point négatif ? Lorsqu'il se retrouve menacé, j'ai immédiatement pensé à tous ses clients qui pouvaient lui apporter leur aide, donc j'étais ravie que cela se produise ! Oui, je suis aussi méchante et je n'ai jamais trouvé le personnage de Michael Heller mauvais. Enfin, si une autre scène m'est apparue un peu surfaite (vers la fin, lorsqu'il est blessé), tout le reste est parfaitement filmé et monté et à la fin du film, j'avais envie de me glisser sur la banquette arrière de la Lincoln, et de partir avec lui !

Enfin, j'adore regarder le nom des acteurs, et lors du générique du début, j'ai retrouvé deux noms qui m'ont agréablement surpris, Katherine Moenning (qui joue la série L World et dans une série mort-née, Young Americans, que j'avais appréciée, elle joue super bien) et surtout Michael Paré.
Son nom ne vous parle pas ?
Michael Paré (à gauche) dans Texas Police
Il évoque toute mon enfance, il jouait dans la série Texas Police (2 saisons), où il interprétait un flic originaire de Chicago, transféré à Houston, et dont le partenaire, un pur Texan, rendait difficile leur coopération. Je dois être la seule à m'en souvenir !

Il a ensuite joué dans un film que j'aime beaucoup, Eddie and The Cruisers (j'ai envie de le revoir à présent ! Il jouait le chanteur d'un groupe célèbre  dans les années 60 qui disparaissait, dépassé par son succès).

Depuis il apparaît régulièrement dans des séries et dans quelques films, par exemple, il interprétait le rôle de Trip Fontaine adulte dans le film Virgin Suicides.
Dans La défense Lincoln, il joue le rôle d'un flic (et oui encore), et il a bien vieilli (53 ans), sinon il vit à Amsterdam.

Mais je reviens à La défense Lincoln : ma note : A+

Aucun commentaire:

Publier un commentaire