!-- Font Awesome -->

05 décembre 2011

Jason Bourne Trilogy


Les fêtes approchent, et ma famille a pris la tradition de regarder des "classiques" (enfin les jeunes ou presque) le soir du 25, comme par exemple la version longue de Danse avec Les loups l'an dernier (il y a eu aussi trois comédies de John Hugues, la trilogie du Seigneur des Anneaux (oui un record, plus de onze heures, je vous dis pas ...) Rien de tel que de se faire plaisir, en pyjama, entouré de sa famille, ses cadeaux et de bons chocolats ! Cette année, le choix s'est porté sur une de mes trilogies préférées.

***  The BOURNE TRILOGY ***

Je me souviens encore de la sortie du premier volet, The Bourne Idendity ou La mémoire dans la peau en 2002 (oui cela ne nous rajeunit pas !). Ce n'est pas l'adaptation de ce personnage au cinéma qui m'a surpris, mais le choix du producteur qui a confié le costume de ce héros à Matt Damon. A l'époque, je ne voyais pas cet acteur comme un acteur de film d'action, je le connaissais sous les traits de Tom Ripley, Linus Caldwell (Ocean Eleven), Francis Ryan (Il faut sauver le soldat Ryan) et enfin Will Hunting. Je le trouvais donc plutôt intello, assez petit physiquement. Bref, il ne ressemblait pas à l'image que j'avais de Jason Bourne et j'ai cru à une erreur de casting.

Depuis peu, j'ai eu une autre frayeur, en lisant que Jack Preacher (le héros de Lee Child) serait adapté au cinéma avec... Tom Cruise dans le rôle. Jack Preacher mesure 2 mètres... Comprenez mon malaise.

Bref, revenons à Bourne. J'avais néanmoins très envie de voir le film pour plusieurs raisons : j'aime les bons films d'action, le héros de Robert Ludlum me plaisait beaucoup, et les producteurs avaient réellement tourné en Europe. J'avoue : j'ai adoré le premier opus.  Bien m'en a pris de douter du talent de Matt Damon. Il a les épaules assez larges pour remplir ce costume. Il a confirmé son talent dans les deux autres volets de la saga. Matt Damon est Jason Bourne.

J'ai trouvé que le réalisateur Doug Liman a fait du bon boulot, on ne s'ennuie pas une seconde et les scènes de poursuite (la fameuse mini Cooper rouge) sont excellentes et devenues cultes ! Le casting est excellent, la jolie Marie est interprétée par Franka Potente (et pas une actrice américaine avec un accent désastreux), à noter la présence de Julia Stiles que l'on reverra dans chaque film et Clive Owen qui n'avait pas encore "éclaté" au cinéma.

Il est parfois difficile pour les producteurs de réaliser une suite à la hauteur du premier volet. La majorité des sequels sont d'ailleurs de véritables échecs (et vont crescendo dans leur chute !). Aussi, lorsque The Bourne Supremacy ou La Mort dans la Peau est sortie deux ans plus tard (2004), j'ai eu peur d'être affreusement déçue. La direction a changé de mains, c'est Paul Greengrass qui a été chargé d'éloigner Jason Bourne de sa vie idyllique auprès de sa tendre Marie.

Bourne va devoir faire face à ses anciens employeurs, dont la très froide Pamela Landy (l'excellente Joan Allen), qui rejoint le casting. Nicky (Julia Stiles) est de nouveau du voyage avec d'autres rôles secondaires tous excellents.  Le réalisateur a réussi son pari en adaptant ces nouvelles aventures, Matt Damon a pris de l'épaisseur, et les scènes de combat et de poursuite s'enchainent, sans que cela ne vire au too much. Par too much, je pense à James Bond que je n'arrive pas à prendre au sérieux par exemple ;)

Trois ans après, les producteurs nous livrent The Bourne Ultimatum ou La Vengeance dans la Peau, avec le même réalisateur (Paul Greengrass) aux commandes. Il suffit de lire le titre américain du film pour comprendre qu'il s'agit du dernier volet. Bourne doit de nouveau faire face à anciens employeurs lorsqu'ils décident de l'éliminer, pour effacer toute trace de leurs anciennes opérations. Ils vont mettre tous leurs nouveaux tueurs (un nouveau programme) aux trousses de notre héros. Landy et Nicky sont de nouveau présentes. Les seconds rôles sont comme d'habitude, tous excellents, pêle-mêle : Albert Finney, Scott Glenn et même Edgar Ramirez (l'excellent Carlos sur Canal).

Notre héros va enfin découvrir comment, lui, anciennement David Webb est devenu Jason Bourne. Le monde entier devient une arène de combat, de Moscou à Paris, de Madrid à Londres et j'en passe, mais le film possède une empreinte psychologique plus développée, et le personnage de Bourne s'est endurci et assombri.

Le film a remporté un énorme succès et les critiques ont été dithyrambiques pour un film d'action. J'ai acheté au fur et à mesure les DVD et depuis je regarde d'un œil nouveau Matt Damon ;)

Ce dernier épisode nous apporte enfin les révélations tant attendues sur cette agence secrète qui crée ces tueurs diaboliques (après un bon lavage de cerveau). Personnellement, j'ai beaucoup aimé cet film même si évidemment il est un peu triste (car le dernier). Et puis, généralement j'ai toujours une préférence pour le premier car c'est là que je "rencontre" le héros et que je m'attache à lui (ou à elle, ou à eux...).

Bref, j'ai adoré cette trilogie et l'idée qu'ont eu ces sacrés bleus de producteurs hollywoodiens en annonçant un nouvel opus, sans Matt Damon (et sans Paul Greengrass qui s'est désisté), ça m'a pas mal chamboulé au départ.

Comme tous les fans j'ai eu très peur de voir un autre acteur interpréter Jason Bourne, et dès les premières rumeurs, les fans se sont empressés de crier aux traites ;) Même Paul Greengrass a accueilli cette nouvelle très ironiquement (en leur proposant d'intituler ce quatrième épisode : The Bourne Redudancy - la redondance) ;)

Mais rassurez-vous, les producteurs ont décidé d'utiliser le filon de cette agence secrète, en allant piocher un autre agent secret : Aaron Cross.  Il sera interprété par Jeremy Renner (le héros de Démineurs, pour ma part je l'ai beaucoup aimé dans The Town). Et pour assurer le lien avec la première trilogie, Joan Allen reprend son rôle. Ils seront rejoints au casting par Rachel Weisz et Edward Norton. Le film est en plein tournage, donc on aura sans doute bientôt des spoilers.

On ne peut pas reprocher aux producteurs d'avoir voulu offrir une suite, Matt Damon ayant annoncé ne plus vouloir endosser le rôle de Bourne, ils ont choisi une autre voie. Je les comprends même si je suis forcément un peu déçue.

La réalisation est confiée à Tony Gilroy, qui n'est pas un inconnu puisque c'est tout simplement le scénariste des trois premiers épisodes. C'est également le scénariste de l'un de mes films préférés, State of Play (Jeux de Pouvoir), je ne peux pas m'empêcher de reparler de ce film ! Il exerce un vrai jeu de pouvoir sur moi ;)

Il a également écrit et réalisé Duplicity et Michael Clayton.  Donc, on a au moins l'assurance que le scénario sera bien écrit, c'est un type très intelligent. Mais il y a un pas entre la réalisation et l'écriture, et ses films n'étaient pas de "grands" films d'action.

La sortie est prévue en France en septembre 2012.  Étrangement, même si mon héros Jason Bourne sera absent (Nicky aussi) - je suis presque certaine que j'achèterai mon ticket de cinéma !

Maintenant que j'ai écrit ce billet, il me paraît très très dur d'attendre le 25 pour revoir mon cher Jason ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire