!-- Font Awesome -->

25 janvier 2012

Bettý

Bettý est le dernier roman publié en France d'Arnaldur Indriðason. Je tiens à le préciser d'ores et d'emblée, ce roman a été écrit en 2003, avant les enquêtes du commissaire Erlendur Sveinsson dont je suis une vraie fidèle. On peut imaginer que son éditeur a profité de la notoriété acquise depuis par le romancier pour publier ce livre, qui n'aurait sans doute jamais été traduit dans la langue de Molière. Et ne parlant pas un mot d'islandais, je l'en remercie.

J'ai été au départ assez déçue par l'histoire, que j'ai trouvé extrêmement classique. Une femme vénale et manipulatrice, Bettý, utilise son amant pour assassiner son époux millionnaire. Le roman est écrit à la première personne, le narrateur est l'amant. En détention provisoire dans l'attente de son procès, il se met à table et raconte comment il est tombé amoureux de cette femme fatale qui l'a ensorcelé. J'avoue que les premières cent pages m'ont parfois paru très longues et monotones. J'avais vraiment des doutes,  Indriðason a-t-il vraiment écrit ce machin ? L'intrigue est tellement usée, les ficelles en sont cassées.

Mais fort heureusement, l'islandais a réussi, là, où beaucoup auraient échoué : à nous surprendre au bon milieu du roman, et j'avoue que j'ai été totalement bluffée. L'idée est si originale et je ne peux évidemment pas en parler, car sinon plus aucun intérêt de lire le livre. Mais ce tour de magie m'a ensuite fait aimer le livre et donner enfin, du plaisir, à le lire et même à le terminer rapidement. 

Mais j'avoue que dans l'ensemble, c'est probablement son plus "mauvais roman", et que je n'ai pas reconnu celui qui a su me faire aimer le caractère difficile du héros Erlendur , le peuple islandais et la dureté de la vie tout là-haut dans ses paysages glaciaux.  La bonne nouvelle c'est que l'auteur a énormément su améliorer son style d'écriture depuis et surtout amener le lecteur à plonger dans son univers. 

Néanmoins, j'ai lu le livre et j'ai aimé le choix d'employer le pronom "je" et surtout le tournant au milieu du livre, que je n'ai jamais trouvé dans aucun autre livre. Il s'agit, je le rappelle, d'un roman noir, aussi. j'ai aimé voir l'auteur centrer son histoire autour d'une femme, Bettý, qui me rappelle les  héroïnes des films américains d'après-guerre (telle la sublime Ava Gardner). Ces femmes envoutaient leurs proies en utilisant leur sex-appeal.

La lecture de ce livre m'aura permis de patienter encore pour connaître la suite des aventures d'Erlendur, disparu dans les fjords dans le dernier roman d'Arnaldur Indriðason,  Rivière Noire (cf.mon billet). Parti une nouvelle fois à la recherche de son passé, le célèbre inspecteur n'avait plus donné signe de vie à ses collègues, sa voiture avait été retrouvée abandonnée.

J'avoue qu'il me manque et j'ai hâte de le retrouver ainsi que le reste de son équipe ;)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire