!-- Font Awesome -->

28 avril 2012

My addictions of the week



Par un sale temps pareil, rien de tel que de retrouver dans la petite lucarne de bonnes séries ....

En premier, la série française Working Girls - où l'on suit les aventures de plusieurs collègues dans une PME (la directrice commerciale psychorigide, la responsable RH obsédée sexuelle, la fille sans amis dépressive, la mère de famille qui passe sa vie à raconter son épisiotomie, les hôtesses d'accueil de vraies pétasses). Bref, chaque stéréotype est poussé ici à son paroxysme. Chaque épisode ne dure que quelques minutes, trois épisodes chaque semaine. J'avoue que j'adore !

La série est crue, irrespectueuse mais vous fait un grand bien ! Forcément, n'étant axée que sur des personnages féminins, les hommes sont presque inexistants ou de simples "victimes" de ces femmes complètement folles. Certaines scènes me font mourir de rire. Comme celle où la chef pousse tout le monde, dans l'ascenseur, puis les couloirs et arrivée dans son bureau lâche un immense pet, pour réaliser trop tardivement que son rendez-vous est déjà installée ! Claude Perron joue le rôle de cette directrice commerciale, Laurence Arné, la RH obsédée sexuelle, Blanche Gardin la dépressive, Vanessa David la mère de famille. Elles sont toutes géniales ! J'avoue que j'adore Laurence Arné. Elle assure dans le rôle de cette obsédée qui se jette littéralement sur tous les hommes qu'elle croise. J'aime cette série politiquement incorrecte.  Elle me fait vraiment du bien !

Personnellement, je ne connais pas de collègues qui correspondent à ces portraits, mais certaines pourraient avoir un personnage créé à leur effigie ;)
*  *  *

Sinon, j'ai regardé (un peu tardivement) les deux premiers épisodes de la série britannique Luther avec Idris Elba et Ruth Wilson. Ce qui explique la présence dans le classement des plus beaux mecs anglais du bel Idris. La série suit le personnage de John Luther, un inspecteur de police à Londres. Il reprend le travail après avoir été mis en cause dans la chute suspecte d'un pédophile (à qui il venait de faire avouer où se trouvait enfermé sa dernière victime). Luther reprend le travail pour enquêter sur l'assassinat d'un couple et de leur chien. Assassinat sauvage. Il acquiert rapidement la conviction que la coupable n'est autre que leur fille, Alice Morgan (Ruth Wilson). La jeune femme, astrophysicienne, génie au QI impressionnant va alors entamer une étrange relation avec Luther, une version sadique du jeu du chat et de la souris pendant le reste de la saison.



En même temps, on suit la fin de son mariage, la difficulté de mener ses enquêtes. Idris Elba a une présence indéniable - un vrai charisme. La série est sombre sans virer dans le morbide, tous les acteurs sont excellents. Une série moderne, innovante par cette relation peu commune entre une psychopathe et un flic. Bref, de très bonne qualité, elle permet de satisfaire ma passion immodérée pour les séries policières.

Aussi étrange que cela puisse paraître, je trouve que les acteurs (je regarde la série en vo) n'ont pratiquement pas d'accent british ! A part Ruth Wilson et le jeune bleu.

Pour revenir à Ruth Wilson, vous l'avez sans doute découverte dans l'adaptation de Jane Eyre à la télévision anglaise, et dans un téléfilm très étrange (que vous pouvez trouver sur la toile) A real summer.
Pour être honnête, en voyant cette version de Jane Eyre, je trouvais son physique très spécial. Là, je la trouve toujours aussi troublante mais plus jolie. C'est une excellente actrice. Depuis, elle a fait la une des magazines people, car apparemment elle serait en couple avec l'acteur anglais Jude Law.

*  *  *
Sinon, je profite aussi de la dernière saison des enquêtes de mon inspecteur chéri, Robert Goren dans NY Section Criminelle. Mais, je me demande si je n'ai pas en fait vu le dernier épisode mercredi dernier ! J'avais déjà écrit un long billet sur mon obsession pour cette série. Donc, je vais éviter de m'étendre. Mais comme Luther, j'aime les séries policières où l'homme est mis en avant, et pas la science.

Vous l'aurez sans doute deviné, mon côté "obsédée des séries policières" me pousse à regarder également les enquêtes policières de l'Inspecteur Lewis sur France 3 le dimanche soir. J'adore surtout le sergent Hathaway, interprété par Laurence Fox.

Finalement, la seule série non policière (et pourtant cette saison, il y a un meurtre, un suspect, une enquête policière) que je regarde, en plus de Working Girls est Desperate Housewives ! Aux États-Unis, ils viennent de tourner le dernier épisode. Apparemment, les acteurs étaient très émus de tourner leurs dernières scènes ensemble.

Et mon genre littéraire préféré ? Les policiers ! J'en lis un actuellement. Bon, je n'aime pas les séries policières type Experts qui s'éloignent trop des inspecteurs. Si la police travaillait actuellement avec autant de moyens scientifiques, ça se saurait. Et la science ne peut pas tout faire. D'ailleurs, un laboratoire scientifique a été fermé au Texas, après avoir découvert que l'un de ses laborantins avait trafiqué les résultats des tests ADN pendant des années. Mais bon, pour en revenir au sujet - j'avoue que j'ai toujours adoré les policiers, et comme les livres, le genre policier à la télévision peut être très différent. Traité sur le thème de l'humour (Starsky et Hutch, Magnum PI, etc.), ou dramatique comme dans les premières séries américaines que j'ai suivies jeune (Hill Street Blues, NYPD Blue, etc.). Ces noms vous parlent-ils ?


J'ai adoré la bibliothèque verte avec les enquêtes d'Alice, le Club des Cinq, puis j'ai découvert Agatha Christie (et mon héros, Hercule Poirot). Depuis, la télévision est arrivée et à faire entrer de nouveaux personnages, Columbo par exemple.

Et puis dans les années 80, la télévision m'a apporté Hill Street Blues qui m'avait beaucoup marqué (j'avais douze ans), comme ensuite NYPD Blue qu'on a adoré avec ma mère, avec l'inspecteur Sipowicz. (1993-2005) et Ricky Schroder (dans le rôle du flic tourmenté Danny Sorenson), si vous êtes vieux, vous vous souvenez de lui, il interprétait le jeune héros de Ricky ou la belle vie. J'ai adoré cette série policière, un véritable classique, si elle était rediffusée, je la regarderais de nouveau ! Pour moi, elle résume à elle seule ce que j'aime dans les séries policières. Ici sur la gauche, ce n'est pas Schroder, mais Mark-Paul Gosselaar. Schroder a joué dans la saison 6 (photo sur la droite). Son personnage m'avait beaucoup marqué, comme sa fin tragique. J'étais très en colère contre les producteurs à cette époque (incroyable de s'en souvenir avec autant de précisions !).

Je me suis toujours ennuyée avec les autres séries pour adolescents par exemple, ou Friends qui m'énervait. J'aurais sans doute adoré être inspecteur de police. Mais pas en France, aux États-Unis par exemple et pourquoi pas au FBI ? On peut toujours rêver, non ? Dans une autre vie. Les livres m'ont aussi permis de découvrir la police de manière différente, j'ai suivi les enquêtes de l'inspecteur suédois Wallander (un billet bientôt) et celles d'Erlendur, ce vieux flic bourru islandais.  Bon, j'ai quand même des limites, je n'ai jamais accroché à Derrick !  Voià je referme cette parenthèse et vous souhaite une bonne fin de week-end prolongé (sous la pluie, ou sous le parasol selon les régions).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire