!-- Font Awesome -->

21 janvier 2016

My addictions of the week




J'ai bien fait rire un ami québécois en me plaignant de la vague de froid (je l'ai dit, j'étais une ourse dans une autre vie) et de nos 8°C .. car par chez lui, il fait tout simplement - 28°C!
Ces basses températures ont au moins le mérite de me donner envie de rester chez moi, bien installée dans mon canapé, au chaud avec un plaid et mes zanimos et un bon livre sous le coude (avec la télécommande pas loin).

Au menu cette semaine : European Best Desinations, Raphaël Personnaz, Miss Fisher, Steven Pasquale, The Good Wife, Snow Therapy, Longmire, Nantes, L'affaire SK1, Lisa Loven Kongsli...



Mes addictions télévisuelles

Miss Fisher est de retour et ça me plaît toujours autant, même son côté parfois bonbon rose ;-) et j'adore cette période de l'histoire et les acteurs semblent bien s'amuser.

Sur une autre chaine, on rediffuse la première saison des aventures de Longmire, le shérif, héros des romans de Craig Johnson - la semaine dernière, des enfants Cheyennes étaient enlevés, faisant renaître une légende amérindienne. Comment résister ? Et les personnages sont très attachants.

Enfin, Teva diffuse les derniers épisodes de The Good Wife - cette série me plait toujours autant. J'aime bien l'intelligence des propos et leur étude de la société américaine, les débats sur des sujets de fonds et le jeu des acteurs. J'ai beaucoup aimé suivre la campagne d'Alicia et j'ai trouvé l'acteur Steven Pasquale exceptionnel. Malheureusement, comme Matthew Goode avant lui, les deux passent à la trappe.

Je n'ai pas eu le temps de me pencher sur d'autres séries, pourtant diffusées sur Canal + séries et qui ont eu de bons échos sur la toile. Le manque de temps et d'envie aussi. Je n'aime pas passer trop de temps devant le petit écran.



J'ai quand même pris le temps de regarder deux films diffusés sur Canal + ce mois-ci dont un qui me faisait envie depuis longtemps.

Snow Therapy est un film suédois, qui avait obtenu à Cannes le Prix Spécial du Jury dans la sélection "Un autre regard". Une famille suédoise, Tomas, son épouse Ebba et leurs deux enfants sont heureux de venir passer cinq jours en vacances à la station de ski des Arcs en France. Ebba reproche à Tomas de travailler trop. La première journée de ski se passe magnifiquement bien. La petite famille est ravie. Avec une météo exceptionnelle, ils décident d'aller déjeuner sur la terrasse du restaurant situé en altitude. C'est alors qu'ils assistent à une avalanche, celle-ci au départ très éloignée se rapproche alors dangereusement du restaurant, les clients, qui s’extasient devant le phénomène naturel prennent soudainement conscience du danger. Un immense nuage de poudreuse recouvre le restaurant. Tomas panique, saisit ses gants et son téléphone et part en courant, abandonnant femme et enfants. Cet acte va totalement bouleverser la dynamique du couple et leurs relations.

J'ai adoré ce film ! Entre une photographie exceptionnelle (la nature sublime, le choix du complexe hôtelier, etc.) et un casting parfait, le film se penche sur un couple et sa mécanique. Ebba (et les enfants) avaient toujours eu cette sensation d'être protégés par Tomas or ce sentiment a soudainement disparu. Ce qui m'a plu également dans ce film (réalisation, montage, tout est parfait) c'est le comportement typiquement scandinave, loin du comportement latin (de bons français se seraient tout simplement engueulés) - ici, on fait au début comme si de rien n'était, mais le mal est fait. Une fissure grandit au sein du couple. Il aura fallu une soirée où Ebba boit de trop pour qu'elle raconte le comportement de son époux (qualifié de lâche) pour que ça sorte. Mais le ton ne monte jamais. On sort de la chambre pour protéger les enfants. Lorsque leurs amis arrivent le surlendemain, ils deviennent spectateurs de la crise qui secoue le couple.

Tomas n'a aucun souvenir de son comportement, mais il a gardé la preuve malgré lui (il a filmé l'avalanche avec son téléphone). La soirée entre amis se transforme en session de thérapie : l'instinct de survie aurait-il pris le dessus? Ebba n'a pas réagi ainsi face au danger, elle a pris se deux enfants dans ses bras et s'est réfugiée sous la table. Les amis analysent, parlent calmement or la tension est toujours présente. Le ton est grinçant mais on rit également. Je ne vous raconte pas la fin, géniale, sachez qu'Ebba, fine stratège, va manœuvrer pour redonner à son époux et au père de ses enfants, son rôle de "mâle alpha" lors de leur dernière sortie en famille à la station.
Un excellent film, un coup de cœur pour les acteurs et en particulier l'actrice norvégienne Lisa Loven Kongsli qui interprète le rôle d'Ebba.  Un film à voir absolument. Un ovni qui m'a totalement emballé.

Mon avis :

Entre janvier 1991 et novembre 1997, sévit à Paris un redoutable prédateur sexuel surnommé le « Tueur de l’est parisien ». Alors que les victimes s’amoncellent, les médias s’emballent, la police piétine et la psychose explose. Dix ans après son premier homicide, Guy Georges est arrêté et son procès débute. Entre les deux, sept meurtres et une enquête au long cours adaptée pour le grand écran par Frédéric Tellier. Avec L’Affaire SK1, le réalisateur se frotte à l’une des affaires criminelles françaises les plus retentissantes. Celui-ci préfère se concentrer sur la véracité historique, et ne porte aucun jugement sur les erreurs manifestes de l'instruction, ainsi Guy George est arrêté à plusieurs reprises, son ADN est recueilli mais ne sera analysé que des années plus tard, permettant au tueur en série de recommencer à tuer. Raphaël Personnaz campe ce jeune policier, fraichement nommé au 36 Quai des Orfèvres qui sera le premier à penser à un tueur en séries en recoupant plusieurs meurtres mais les guerres de rivalité entre commissariats et les huiles mal lunées mettront longtemps à mal sa théorie (ce genre de tueurs n'existe qu'en Amérique...). Il aura fallu que Guy Georges sévisse pour que le fameux fichier des empreintes génétiques soit enfin créé (il aura permis de résoudre une centaine d'affaires par la suite). Le film commence avec le procès de Guy Georges, défendu par une avocate (Nathalie Baille) qui tente de trouver des excuses à son comportement (une enfance malheureuse) mais ses actes, terribles (tortures, viol, strangulation, puis ils les poignardaient) parlent d'eux-même. Le tueur l'avoue lui-même : s'il ressort, il recommencera. Mes regrets ? Une réalisation soignée, de bons acteurs mais une froideur, un regard trop didactique font qu'on est plus proche du documentaire que de la fiction. Même si le réalisateur tente parfois de donner à ses personnages des moments d'humanité (la naissance de ses filles), cela ne m'a pas suffit. J'ai appris le déroulement des faits, mais l'absence totale d'émotions (on voit juste la tête des flics en regardant les photos des crimes) m'aura définitivement coupé du film. C'est plus un procès-verbal du procès. J'ai largement préféré Zodiac de Fincher, qui épousait le point de vue du tueur, un film glaçant mais où le spectateur était mis à contribution. 
 
 Mon avis :
 
 
Mes addictions culturelles 
 
Un peu de pub pour ma jolie ville de Nantes,  l'organisme européen European Best Destinations qui a pour objectif de développer le tourisme en Europe a dévoilé la liste des villes européennes retenues pour le concours 2016 de la meilleure destination européenne et Nantes en fait partie !
Pour selon eux, "son offre touristique, son dynamisme, son audace et sa créativité" et je suis entièrement d'accord ! Même s'il y a des progrès encore à faire, Nantes, autrefois La Belle Endormie, s'est enfin réveillée et offre aux Nantais et aux touristes de multiples attractions culturelles dont le Voyage à Nantes. 
 
Ce challenge se termine le 10 février prochain. Les petits beurres comme moi peuvent voter sur le site dédié. les curieux peuvent aller voir les 19 autres destinations présélectionnées, et si vous cherchez une destination pour un long week-end, tout y est (hôtel, etc.). J'avoue que le travail fait  pour la candidate Nantes est impressionnant : une galerie de photos magnifique et les petits films sur ma ville me font l'aimer encore plus ! 


 
 

12 commentaires:

  1. :) C'est encore plus drôle quand tu appelles "vague de froid" des 8°c! On a -25°c en ce moment ici. Les vitres sont en glace et je n'ai plus de voix ce matin.

    Bon je ne connais à peu près rien des films et séries dont tu parles. Longmire me tente, il faudrait que je regarde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, enfin 8°c en journée, le matin on a 1°C mais dès demain on remonte .. contente de t'apporter le sourire avec mes histoires de froid ;-)
      Longmire, c'est le héros de Craig Johnson (j'ai écrit deux chroniques sur ses livres), ça pourrait te plaire je pense.

      Supprimer
  2. Complètement d'accord avec toi pour la "vague de froid" :p -28° ! Je n'y survivrai pas ! Il fait zéro ici et je suis déjà en mode hibernation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne sommes pas canadiens pour rien :-)

      Supprimer
  3. Je voulais absolument voir L'Affaire SK1 !
    J'adore The Good Wife et Longmire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah tu regardes aussi ! pour SK1, c'est très sérieux (un peu trop distant pour moi) mais ça reste très intéressant (et effrayant)

      Supprimer
  4. J'avais rencontré dans ma jeunesse le père d'une des jeunes filles tuées par Guy Georges, il voulait écrire un livre et m'avait fait lire son manuscrit. Je ne sais pas ce que c'est devenu ! De fait ce film m'intéresse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quelle tristesse ! Les victimes ont vraiment eu des morts atroces (et ont été torturées parfois pendant plusieurs heures avant) ..

      Supprimer
  5. Ah tiens, c’ est rigolo j'ai regardé Swon thérapie hier ! par contre j'ai eu la bonne idée de le regarder avec un mal de crane carabiné ce qui m'a donné l'impression que ce film était ultra bruyant ! la musique, les canons qui se déclenche non-stop !! mais dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé qu'elle photographie magnifique, et quelle musique .. je pensais justement en parler dans un article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah super ! je suis contente que tu aies aimé ! je trouve l'atmosphère de ce film tellement étrange, les coups de canon, mais il y a aussi de longues scènes de silence. Pour le mal de crâne, désolé !! Je regardais ce matin des traitements homéos contre le mal de tête justement ;-)

      Supprimer
  6. Mais pourquoi tu valides Chinouk si t’as pas fini de parler !! Longmire, je n'ai regardé que l’épisode 1 et je voulais te demander : me conseilles-tu de lire les livres avant de regarder la série ? Du moins de T1 ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolée !
      en fait, j'avais lu un seul roman de C.Johnson avant de voir la série .. donc j'ai reconnu l'une des histoires mais au final, je crois qu'ils mélangent parfois plusieurs histoires et ça ne me dérange pas. Quand je lis, je me dis parfois "que ça me parle" mais le texte suffit à lui-même ..

      Et puis, il y a 11 romans à lire et presqu'autant de nouvelles sur Longmire .. donc je te mets au défi de tout lire avant de regarder les épisodes ;-)

      ps : et puis Henry Standing Bear,enfin l'acteur qui le joue, est tellement beau et parfait, et drôle .. bref, ils ont bien la tête de l'emploi ! Seule la flic est différente du livre physiquement mais le caractère est là, bien trempé ;-)

      Supprimer