!-- Font Awesome -->

07 mars 2016

My addictions of the week


Le soleil est de retour, il manque encore quelques degrés, mais on sent le Printemps venir enfin pointer le bout de son nez ! 

Au menu cette semaine : Netflix, Charlize Theron, The Offence, Clémence Poésy, Apple TV, Dark Places, Vikings, Sharp Objects, Tunnel, Tye Sheridan, Stephen Dillane, Twinsters, Nicholas Hoult, House of Cards, etc.



Mes addictions télévisuelles

J'ai hâte de voir la fin de la mini série The offence, diffusée sur France 2. Maintenant que je sais que le tueur en série est un proche (un des flics? un membre de la famille?), ça devient assez excitant. J'avoue que j'aime bien ce format : 8 épisodes. Cela permet de bien développer l'intrigue sans se transformer en une série trop longue.

Mais je vais sans doute privilégier (vive les enregistrements) les deux premiers épisodes de la deuxième saison de Tunnel qui débarque sur Canal + demain soir ! Trop ravie de retrouver Clémence Poesy et Stephen Dillane dans cette nouvelle saison (8 épisodes) où le point de départ est l'enlèvement d'un couple passagers de l'Eurostar. Les critiques sont excellentes et j'adore le personnage d'Elise Wasserman, campé par l'actrice française qui se fait trop rare au cinéma et un peu partout mais j'ai lu son interview dans la Parisienne et je partage bien son avis sur la célébrité et les selfies. Elle m'a bien fait rire avec son addiction au .. basilic !


Sinon, le retour de Vikings bien évidemment. Bref, me voilà bien occupée, vous dites-vous, mais je risque même d'être débordée alors que le printemps va bientôt pointer le bout de son nez et que je n'aurais qu'une envie : allez profiter du soleil ! 

Débordée ? Oui. Je suivais de loin l'arrivée de Netflix en France. Je ne savais pas trop quoi en penser et puis on avait choisi un peu à ma place : ma box n'aurait pas accès à Netflix. Problème réglé. Sauf qu'évidemment certaines séries ont très rapidement fait parler d'elles (merci Hellocoton), ainsi que l'accès à de nombreux documentaires et des films en vod. 

Mais je n'avais pas envie de regarder ce genre de programme sur mon petit écran d'ordi, j'adore mon Mac mais j'ai toujours privilégié les écrans de taille moyenne. A moins d'être un ingénieur informatique, avoir Netflix me paraissait donc difficile. Puis je découvre qu'on peut obtenir Netflix via l'Apple TV. J'ai toujours eu des Mac mais je n'avais jamais acheté le fameux petit boitier, ma box me suffisant. 

Le jour même où je commence à y penser, Caroline, du blog Cultur'elle publie un article sur l'achat de la fameuse petite boite noire ! Son objectif n'était pas le même (un problème de réception lié à sa box) mais elle m'a convaincu de sauter le pas. J'ai pris l'ancienne version de l'Apple TV, sans disque dur (ma box me suffit) et l'installation se fait en cinq minutes (un peu plus si comme moi vous êtes sur Mac avec un identifiant). J'adore l'interface, très agréable, la télécommande intuitive. Honnêtement, je regrette de ne pas l'avoir achetée avant !  Puis l'inscription à Netflix. 


Netflix, je le voulais pour suivre le retour des Gilmore Girls et leurs documentaires. Bien évidemment, j'ai passé pas mal de temps à surfer sur leurs catalogues de séries ou de films. Certains m'ont tout de suite attirés mais je suis abonnée à Canal + donc je ne vais pas payer deux fois le même film! Par contre, j'ai repéré des séries (dont vous parlez souvent) mais comme j'ai du mal à passer du temps devant mon petit écran, je vais opérer un choix drastique. 

J'ai regardé mon premier documentaire vendredi soir (cf. ma chronique ci-dessous) et depuis .. rien ! Et oui, je préfère toujours un livre ou une balade et je ne compte pas me laisser déborder par cette petite boite noire. 

Mais je vous rassure : je compte bien fêter le retour de House of Cards (4ème saison) sur Netflix ! 
Je vous laisse d'ailleurs avec cette affiche qui me fait toujours mourir de rire, les initiales de Frank Underwood étant, nul hasard, bien entendu FU ;-)


Twinsters fut un vrai coup de coeur, il s'agit d'un documentaire qui raconte les retrouvailles incroyables entre deux jeunes jumelles d'origine coréenne, adoptées séparément et qui se retrouvent près de vingt-cinq ans plus tard par hasard. Anaïs Bordier, est française et étudie la mode dans une grande école à Londres. Adoptée à la naissance, Anaïs a grandi fille unique et prépare activement son diplôme de fin d'année où elle doit faire défiler ses créations. Un jour, l'un de ses meilleurs amis tombe par hasard sur une vidéo réalisée par un jeune Californien où une jeune femme apparait, le sosie d'Anaïs ! Son ami lui montre et tout le monde s'emballe - la ressemblance est si troublante qu'Anaïs en perd le sommeil. Elle finit par découvrir l'identité de la jeune actrice : Samantha Futerman, une jeune artiste californienne. Sur sa page FB, elle découvre qu'elle aussi a été adoptée en Corée du Sud et surtout qu'elles partagent toutes deux la même date d'anniversaire...

Que dire ? Sinon que ce documentaire est merveilleux, touchant, émouvant ! Les deux héroïnes sont si gentilles, si belles et si drôles ! Le petit copain (ou meilleur ami) de Samantha décide de filmer chaque moment - les retrouvailles à Londres, puis les résultats des tests ADN, la venue d'Anaïs en Californie et enfin, leur départ vers Séoul à la recherche de leur mère biologique. Entre le choc d'apprendre l'existence d'une jumelle, c'est surtout le chemin qu'elles refont en sens inverse et tous les bouleversements qu'elles provoquent. Anaïs m'a beaucoup touché car elle révèle ici ce sentiment d'abandon, cette sensation de solitude dont elle semble ne s'être jamais départis. Elle avoue elle-même qu'elle refusait de fêter son anniversaire le 19 novembre auquel elle préférait une date début mars, la date de son arrivée en France (elle avait quatre mois). Les deux jeunes femmes n'ont pas été confiées aux mêmes agences ce qui explique que ces dernières ignoraient qu'elles avaient une jumelle. 

L'autre excellente surprise de ce documentaire est l'accueil extrêmement chaleureux qui les attend en Corée du Sud et qui va définitivement aider les jeunes femmes à faire leur deuil de leur mère biologique (elle est vivante, je ne raconte pas tout) mais ce pays est extraordinaire. Elles vont rencontrer leurs nounous, assister à un congrès ...
Bref, j'ai adoré ce documentaire ! Un seul mot : REGARDEZ-LE (si vous avez Netflix)

Mon avis : 


Mes drogues cinématographiques

Ce film est l'adaptation du roman Sharp Objects signé Gillian Flynn (l'auteur de Gone Girl également). J'avais beaucoup aimé le roman mais j'étais moins excitée de voir son adaptation n'étant pas fan de l'actrice principale Charlize Theron. Mais Canal + le diffusant, je me suis dit : pourquoi pas ? Le film est fidèle à l'histoire de Libby Day, petite fille (8 ans), seule rescapée du massacre de sa famille dans une ferme du Kansas. Libby a accusé son frère (16 ans à l'époque) et celui-ci purge une peine de prison à vie. Libby grandit, élevée un temps par sa tante, elle se retrouve seule à l'adolescence. Elle vit de la générosité de plein d'inconnus qui avaient versé de l'argent à sa famille et de la vente d'un livre lui a permis de passer encore quelques années à l'abri. Mais presque trente après les faits, Libby n'a plus un rond. Elle accepte la proposition d'un jeune homme, Lyle (Nicholas Hoult), trésorier du Kill Club. Celui-ci veut lui faire rencontrer les membres de son association qu'il présente comme des fans de ces faits divers. Mais il lui cache la vérité : son groupe, composé d'avocats, d'étudiants et de détective privés se bat contre les injustices et ils croient tous que son frère est innocent. 

A l'époque, le jeune homme (Tye Sheridan) introverti et peu populaire, s'était entiché d'une jeune fille, qui avec son meilleur ami, d'origine amérindienne, pratiquaient le satanisme. Il venait de se teindre les cheveux en noir. Libby vivait avec ses deux autres soeurs, son frère et sa mère dans une ferme. Leur mère, criblée de dettes (la sublime Christina Hendricks) cachait la vérité à ses enfants, seul l'aîné comprenait la situation. Leur père, Runner Day, un alcoolique et joueur notoire venait à nouveau lui soutirer de l'argent. La nuit suivante, alors que Libby est venue rejoindre sa mère dans son lit, un tueur assassine sauvagement la mère et les deux soeurs de Libby. Libby a eu le temps de passer par la fenêtre et s'est cachée dans le poulailler. Lorsque le soleil se lève enfin, la petite fille sort de sa cachette et retourne dans la maison ... 

Le film est passionnant et la fin toujours aussi surprenante mais ici, si Charlize Theron, interprète assez bien, cette femme discrète, introvertie et sombre, on ne voit pas les années de scarification et d'autres formes de torture que la jeune femme, dont le nom est dorénavant célèbre, s'est infligées. Il reste que l'histoire est si passionnante qu'on ne peut pas leur en vouloir.  Et j'ai adoré retrouver Christina Hendricks et Tye Sheridan ! Je ne m'y attendais pas. Si vous ignorez qui est Tye : The tree of life, Joe et Mud - oui, tout ça c'est lui. Une belle carrière pour un jeune homme d'à peine vingt ans.

Mon avis : 

Je vous aurais bien parlé de Cendrillon, dont j'ai vu l'adaptation cinématographique (pas la version animée) avec Cate Blanchett dans le rôle de la méchante belle-mère et du film de Wim Wenders avec Charlotte Gainsbourg et un James Franco (shooté??) si désespérés dans Everything will be fine, mais ça sera pour une autre fois, car il fait trop beau aujourd'hui et j'ai encore plein d'autres choses à faire. 

Ne loupez pas la sortie cette semaine au cinéma de Room récompensé par un Oscar (meilleure actrice, Brie Larson). Je n'ai pas lu le livre or j'ai vu sur plusieurs blogs qu'il était apparemment tout aussi exceptionnel. 

Bonne semaine à tous !

14 commentaires:

  1. Je ne savais pas que Netflix était nouveau en France. Je ne me passerais plus de mon abonnement, il y a pas mal de choses que j'écoute là-dessus.
    Je n'en reviens pas du décalage entre les sorties au cinéma. Quand j'ai lu la partie où tu parles de Room, j'avais l'impression de l'avoir vu en magasin déjà, je trouvais que c'était curieux. Après vérification je ne me suis pas trompé, le film était au cinéma cet automne et le dvd est sorti le 1er mars!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons, que ça date de septembre dernier, je crois ? Il faut payer un abonnement. Certaines box (selon les FAI) proposent Netflix mais pas le mien, d'où l'Apple TV.
      Pour le décalage, oui je sais ! Disons, que c'est bizarre, pour les grosses superproductions, on est au même date (d'ailleurs le dernier volet de Star Wars est même sorti 3 jours AVANT VOUS chez nous) mais pour les films plus petits, indépendants, là il y a du décalage (ils attendent souvent de voir le succès du film et parfois il ne sort même pas, sauf en dvd ou vod).

      Supprimer
    2. Là tu me perds... certaines box? les FAI?
      Netflix requiert un abonnement partout je pense non? J'y accède via ma PS4 pour la télé, il y a l'application. Sinon sur l'ordinateur.

      Supprimer
    3. Ici en France, les fournisseurs à Internet (FAI) proposent des box (boitiers) pour avoir accès via leur box à la télévision (un choix de chaines, comme le câble à une époque), Internet et le téléphone. Le coût moyen d'une box (les grands fournisseurs téléphonie Bouygues, Orange...)est de 30 euros/mois.
      Certains ont donc proposé dans leur bouquet de chaînes Netflix.
      Ils ont signé un contrat avec l'entreprise.
      Mon fournisseur ne l'a pas fait.
      Sinon, je pouvais via l'ordinateur mais je voulais voir les séries et documentaires sur mon écran télé, plus grand et HD.
      J'ai donc pris l'Apple TV. Et là aucun souci.
      Je n'ai pas de PS4 mais tu peux l'avoir aussi par ce biais-là.
      Voilà voilà !

      Supprimer
    4. Ahh c'est plus clair. Merci des explications Electra. Bonne journée ;)

      Supprimer
    5. de rien ! parfois je zappes que tu es au Canada !

      Supprimer
  2. magnifique photo de… Anna Karina? Je n'en suis jamais sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui oui ! c'est bien elle, superbe non ?!

      Supprimer
  3. Je vais te suivre pour Twinster, je suis très intriguée. Quant à Room, j'y vais dès que possible, j'ai tellement aimé le roman, et vu que l'auteur a adapté le scénario, j'y vais en confiance :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu vas adorer ! Contente que ça te tente, elles sont tellement attachantes ! Pour Room, j'ai hâte de le voir (je vais devoir attendre ce we), tiens d'ailleurs tu me fais penser que je dois me procurer le livre, merci !!

      Supprimer
  4. "Dark places" m'avait bien plu à moi aussi, même si je préfère tout de même le roman. C'est une bonne adaptation cependant.
    Et "Room", j'ai tellement aimé le livre également ! Je pense me laisser tenter par le film à sa sortie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi, le roman est nettement plus sombre mais on cerne mieux le personnage de Libby. Bon, décidément le roman Room n'a que des critiques élogieuses !

      Supprimer