!-- Font Awesome -->

07 juin 2016

Sense 8

J'ai pris mon temps pour découvrir cette série, et ce malgré le plus bien entendu auprès de ma sœur et d'une de mes amies. Ce week-end prolongé, j'ai décidé de regarder le premier épisode sur Netflix à 11h le soir. Bien m'en a pris, en deux jours, j'avais vu les 12 épisodes ! 

Si vous me lisez, vous savez que je ne suis pas du tout le genre de filles à passer ma vie scotchée devant mon petit écran et qu'au bout de deux épisodes, mes jambes me démangent. La preuve hier soir : j'ai regardé les deux premiers épisodes de Bosch et enregistré le troisième.

Avec Sense 8, j'ai tenu jusqu'à 3 épisodes à la suite. J'ai ménagé cependant mon temps, en gardant les deux derniers pour dimanche (avec une pause balade vu le beau temps magnigique entre les deux). 

Il est difficile de résumer la série, dont la deuxième saison, je l'ai appris par ma sœur, sera diffusée en fin d'année (un an d'attente pour elle, moins de 6 mois pour moi, comme quoi être lente a des avantages...).  Le parti pris de la série est de suivre 8 personnages, dispatchés à travers le monde mais tous connectés.  

En désordre : il y a Will (Brian J.Smith) policier à Chicago - il est le fil conducteur entre les personnages. Will est policier : son métier, c'est de protéger et c'est ce qu'il va faire auprès des 7 autres. C'est aussi lui que contacte en premier Jonas Maliki (Naveen Andrews, Lost). Jonas et Angelica (Daryl Hannah) sont "les parents" de ces 8 adultes aux pouvoirs particuliers. Les 8 personnages sont adultes et mènent des vies plus ou moins compliquées lorsque leurs premières "hallucinations commencent" - celle de pouvoir "voir" un des autres et surtout de pouvoir le "visiter", c'est-à-dire marcher à ses côtés, le toucher, qu'il soit à des milliers de kilomètres, sur un autre continent. Mais seul son hôte peut le voir.

Sun et Capheus
Revenons aux personnages, à Londres vit Riley Blue (Tuppence Middleton), une jeune femme islandaise DJ, au passé très lourd et aux fréquentations douteuses. A Bombay vit Kala Dekandar (Tina Desai), une jeune femme, étudiante en pharmacie qui doit épouser prochainement un jeune homme très amoureux et dont toutes les filles rêvent. A Berlin, Wolfgang Bogdanow (Max Riemelt) est un braqueur en tout genre, dont la famille de gangsters fait régner la terreur. Lorsque que lui et son meilleur ami Félix, décide de dérober des bijoux à son cousin, Wolfgang sait qu'il signe son arrêt de mort. De son côté, Capheus (Amel Ameen), fan de Jean-Claude Van Damn, tente de trouver des moyens pour se procurer les médicaments dont a besoin sa mère, atteinte du sida, dans un bidonville de Nairobi, au Kenya.

N'oublions pas Sun Bak (Doona Bae), une femme très intelligente dont le père et le frère dirigent une entreprise très cotée à Séoul. Mais lorsqu'on découvre un scandale de blanchiment d'argent, c'est Sun qui doit payer les pots cassés et aller en prison à leur place. Sun cache un secret, elle participe à des combats clandestins de kickboxing et comme Wolfgang, son talent caché va se révéler très utile.

Lito et Sun
Et notre cher Lito (Miguel Angél Silvestre), le séducteur latin de la série ! Une star de films d'action au Mexique et latin lover mais Lito cache en fait son homosexualité...

Autre faculté des Sense 8 : pouvoir prendre possession du corps de leur hôte et ainsi se battre à leur place. Lorsque Lito affronte un homme violent,  lui qui est incapable de donner un coup de poing pour de vrai, va apprécier de voir Wolfgang prendre possession de son corps et rétamer son ennemi en deux secondes. Sun est encore plus impressionnante,  et la jeune femme emprisonnée, va trouver une forme de liberté en allant combattre sur différents continents.

Malheureusement, les Sense 8 ne sont pas à l'abri d'un médecin qui cherche à les éliminer, les voyant comme une menace. Il réussit ainsi à mettre la main sur la huitième Sense 8, une jeune femme, Nomi Marks (Jamie Clayton), transgenre, originaire de San Francisco. Nomi est née Michael, dans une famille religieuse qui n'a jamais accepté son changement d'identité (et de sexe). La jeune femme, devenue une célèbre pirate informatique, a trouvé l'amour auprès d'une jeune lesbienne Aminata.

Chaque personnage va découvrir, de manière fortuite, la vie d'un autre .. Marcher à ses côtés, découvrir une culture, un pays - et puis les Sense 8 ont leurs sens décupler : ils ressentent les émotions des autres et sans contrôler leurs mouvements, apparaissent dans la vie des autres. Les débuts sont assez drôles, les personnages croyant avoir des hallucinations - ainsi Sun voit-elle une poule débarquer sur son bureau dans son gratte-ciel coréen ou Will en allant aux toilettes voit dans le miroir apparaitre le visage de Riley. 

Sun et Riley
Comme il est difficile de traduire en mots ces scènes, voici pour moi l'une des plus jolies, où tous chantent la même chanson lorsque Riley s'installe un soir pour admirer le coucher de soleil sur Londres (elle écoute What's up, le single des 4 Non Blondes) et voilà tous les personnages dont Wolf en plein karaoké entamer la chanson .. Et vous pourrez voir au passage comment Wolf passe du night club à Berlin  à la chambre ou au toit de la maison de Kala en Inde ..et comment il est en fait seul sur scène ...



Bref, vous aurez compris - j'ai été totalement charmée par cette série dont la fin se termine dans les paysages magnifiques d'Islande, avant on aura eu droit à un mariage en Inde, une balade dans Nairobi .. Les scènes de combat sont magnifiques et le travail fait sur l'apparition de plusieurs personnages dans la même scène, lorsqu'ils prennent possession du corps de l'autre pour l'aider, sont très bien réalisées. La musique, la lumière et les 8 villes sont filmées magnifiquement, le générique lui-même est un petit bijou. Et puis vous l'aurez deviné, certains personnages vont se rapprocher ...


Kala et Wolfgang

Concernant les personnages, j'ai reconnu Miguel Angél Silvestre que j'avais aperçu dans un soap opéra diffusé sur M6 - ici il joue un personnage gay au physique hyper sexy et dont les talents d'acteur lui permettent de faire parler des gens. Ses scènes sont particulièrement drôles.

Et Max Riemelt qui interprète Wolfgang que j'avais découvert dans un excellent film, Le Quatrième Pouvoir (cf. mon billet ici) où je le trouvais prometteur, je ne m'étais pas trompée ! 

Le visage de Riley m'obsédait et j'ai appris que Tuppence Middlenton avait joué (en version brune) dans The Imitation Game. Sa carrière décolle car elle joue depuis dans deux autres mini séries dont Guerre et Paix.

En discutant avec ma soeur et mes amies, chacun a ses personnages préférés - j'adore Sun,  Riley, Wolfgang et puis Will, parce qu'il est un peu le grand frère. Enfin, la scène finale est sublime, regardez-la bien, surtout lorsque la caméra fait la tour du bateau - on les voit enfin tous ensemble. 

Ici, les injustices sont au cœur de l'histoire, et surtout la lutte pour les égalités, qu'elles soient religieuses, raciales ou sexuelles. Les scènes de sexe sont explicites et les acteurs mis à nu! Mais derrière se cachent les sœurs Lana et Lilly Wachowski, anciennement Larry et Andrew, tous deux ayant changé de sexe - aussi Nomi est directement inspirée de leur histoire personnelle. Ils sont les parents de Matrix - on reconnaît d'ailleurs leur touche personnelle lors des scènes de combat.

Cette série m'a prouvé que mon abonnement à Netflix était une bonne chose. Je l'avais délaissé - je vous l'avais dit, moi et le petit écran mais je suis en train de réviser mon jugement !

Quant à moi, j'ai comme les personnages, un air lancinant dans la tête depuis dimanche .. pas vous ? 




7 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé la première saison de cette série, j'espère que le seconde sera à la hauteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi ! Un vrai coup de cœur !

      Supprimer
  2. Une des meilleures découvertes de l'année dernière pour moi, j'ai envie de la regarder de nouveau après ton article. La photographie est superbe, les acteurs magnifiques et l'histoire assez originale. Vivement la suite, c'est long :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ma sœur trouve ça long aussi et quand je lui ai dit que je la découvrais enfin .. elle l'a de nouveau regardé ce we ! finalement au bout de six mois, elle a tout revu avec plaisir !

      Supprimer
  3. J'avoue, j'ai pas accroché, mais je ne suis pas trop sensible à ce style de séries !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je comprends ! moi par exemple, je ne suis pas sensible à Game of Thrones ou Better call Saul... (et Breaking Bad) - mais comme ça, il y en a pour tous !

      Supprimer
  4. Tu me donnes envie de découvrir cette série que je me promets de voit depuis qu'elle est arrivee sur Netflix!!!

    RépondreSupprimer