!-- Font Awesome -->

23 août 2018

My addictions of the week




Quand on travaille l'été, on vit les choses un peu différemment. La chaleur a largement contribué à m'éloigner du petit écran et même pendant un temps des livres. Mon cerveau vit au ralenti. Mais j'ai réussi à regarder la nouvelle série policière diffusée sur France 2 et à regarder (enfin) le documentaire sur la tragédie du "13 novembre-Fluctuat Nec Mergitur" et pour finir sur une note plus joyeuse (vraiment?) j'ai fait une jolie crise d'allergie ...


Mes drogues télévisuelles


En premier lieu, j'ai découvert que TMC faisait une sorte de marathon télévisé de la série Hercule Poirot (avec David Suchet). J'ai toujours adoré ce personnage, j'ai lu Agatha Christie adolescente et j'ai adoré l'interprétation de David Suchet et bonne surprise : on peut enfin regarder les épisodes en v.o et quel plaisir de découvrir qu'Hercule Poirot utilise énormément d'expressions françaises (enfin, Belges). Car jeune, je l'ai lu en français et ensuite je regardais les épisodes en français. Bref, j'ai passé ces quelques jours de congé (2 au total) à découvrir ou à revoir les aventures du plus célèbre détective belge et moi qui adore cette époque (et la décoration), bref que du plaisir !

Sinon, j'ai découvert avec plaisir la série canadienne Motive sur France 2 (après avoir dit au revoir à Major Crimes, vivement qu'ils reviennent!). Ici, le choix est de connaître dès les premières images l'identité de la victime et celle de l'assassin. Evidemment, on pense tout de suite à Columbo. Et le résultat est plutôt bluffant, comment deux personnes, parfois habitant à des milliers de kilomètres, de sexe et de génération totalement différent, peuvent-ils un jour venir à se croiser et se transformer en meurtrier et en victime ?



J'ai vraiment pris du plaisir à regarder cette série même si France 2 m'a quelque peu pris au dépourvu en choisissant de diffuser 4 épisodes à la suite. Ayant oublié d'enregistrer le dernier, j'ai découvert - hélas - que France 2 qui nous fait toute une publicité autour de son replay, n'en proposait pas ! Non, impossible de revoir l'épisode manqué. Pourquoi ? D'autant plus que la série suit la vie privée des détectives, du coup j'ai manqué peut-être un épisode crucial sur les retrouvailles d'un fils avec son père... Donc, pas de merci à France 2 !



Je n'avais pas allumé Netflix depuis des lustres (la chaleur ..) mais j'ai eu une envie soudaine : regarder le documentaire des frères Gidéon (que je connais, ils réalisaient des épisodes des séries américaines tournées à New York) sur les attentats du 13 novembre. J'ai du coup regardé les trois épisodes dans la foulée. Difficile d'en parler, sinon de se remémorer cette terrible soirée et d'avoir une pensée pour toutes les victimes, leurs proches et pour ces personnes qui ont vécu l'horreur et acceptent de témoigner deux ans après les faits.

Le documentaire, est, attention, très choquant et très difficile - il relate minute par minute la tragédie et certains pourront ainsi découvrir à quel instant leurs proches sont décédés. J'ignore si les frères Gidéon ont décidé de reverser les gains de ce film aux victimes (je l'espère) mais l'ensemble est sobre.

J'ai lu des critiques sur ce documentaire. Effectivement la parole n'est pas donné aux parents des victimes ils ont privilégié les vivants mais deux des témoins ont perdu leurs compagnes ce soir-là. Et même si les noms des victimes ne sont pas cités,  ils sont là, à nos côtés - leurs visages me sont revenus, celles de ce jeune couple d'étudiants originaires de Metz, celles de ses deux sœurs assassinées sur la terrasse d'un bar, celle de cette jeune femme blessée au dos. Elles sont revenues par le biais du patron de ce bar dont l'épouse, Djamila est décédée sur la terrasse et le témoignage très courageux d'un jeune homme au Bataclan, qui a trouvé la force de porter le corps de son amie, décédée à ses côtés, lorsque le RAID lui a donné l'ordre d'évacuer. Des témoignages bouleversants et c'est impossible, lorsque ces personnes relatent les dernières minutes de la vie de leurs proches de ne pas penser aux 128 autres victimes. On y pense tout le temps, je tiens à le dire. Mais il y a les vivants, et il faut aussi leur donner la parole et pouvoir mettre des mots sur leurs douleurs.

Enfin, sur une note plus joyeuse :



Mes drogues culinaires


Une anecdote ...


Je suis allergique et si je suis adulte et consciente, il m'arrive encore de vouloir l'ignorer. De vouloir ne pas y penser et me faire plaisir comme tout à chacun. Pourquoi pas moi ?

Je suis allergique à la protéine de lait et aux fruits à coque (j'en ai déjà parlé sur le blog). Je le sais et pourtant parfois, j'ai envie de vivre comme tout le monde alors quand le menu du restaurant affiche "brownie au beurre de cacahuètes" je ne résiste pas ! Je ne suis pas allergique aux arachides (ni aux noix de cajou).

Mais lorsque je découpe le brownie et que j'aperçois à l'intérieur de gros morceaux de noix, je suis forcément déçue. Et puis zut, mon cerveau me dit que je suis plus maligne : me voilà donc à trier chaque morceau, sous les yeux ébahis de la copine qui déjeune avec moi. Oh je me vois bien avaler un morceau où l'on aperçoit un minuscule morceau de noix (1 ou 2 mm) mais je me dis que non. Moi qui d'habitude demande la composition ou retourne le plat, là je me dis que non, tout ira bien.

Cinq minutes plus tard, nous voilà parties faire les boutiques, et ce qui devait arriver arriva..une énorme vague de chaleur traverse mon corps, ma tête brûle, sueurs froides, sueurs chaudes.. Fort heureusement, c'est une boutique de créatrices et je peux m'asseoir. Je le sais, je fais une crise. Je fouille mon sac à main, il me reste un comprimé. Je l'avale - tout le monde est au petit soin. Je me repose 10' (un grand merci aux jeunes femmes qui tiennent la boutique). En repartant, je pense me sentir mieux mais sur le chemin du travail, je sens un gonflement et une anesthésie de la langue - là je commence à paniquer. Heureusement, j'ai ma trousse de secours au bureau - je prends deux autres médicaments pour stopper l’œdème. Mes collègues sont aux petits soins. Forcément, le cou de fatigue arrive. 
J'ai tenu le coup, mais dodo à 10h45 ! (je m'étais déjà endormie à 9h00...) jusqu'à 7h du matin.

Bref, je me demande aujourd'hui pourquoi j'ai voulu tenter le diable ? Je suis adulte et responsable. Les allergies sont dangereuses et je sais que chaque crise devient plus grave ..Je pense aux enfants et à leurs parents, j'ai vraiment été stupide.

Mais je me dis aussi, que je vais faire mon propre brownie au beurre de cacahuètes parce que, croyez-moi c'est excellent ! 


8 commentaires:

  1. J'ai visionné le reportage de Netflix , perturbant..
    Et dis donc , ça va pas de jouer à la roulette russe avec tes allergies miss ! ;-). À ton âge quand même ! :-)
    Je prend une seringue d'adrénaline avec moi pour le festival ? :-) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR - désolée, tous les messages étaient partis dans les SPAM .. merci Blogger !
      Oui, perturbant le docu.
      Sinon, oui je sais, vraiment bête - mais là j'ai appris ma leçon ....

      Supprimer
  2. Merci pour les retours sur les séries / docs, voilà qui me fait beaucoup à découvrir ! Pour les noix, c'est la plaie ces allergies, courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolée, tous les messages sont partis dans les spam .. du coup, je réponds tardivement - oui, je regarde peu de séries mais il y a des pépites et pour les allergies, je confirme : une plaie ;-)

      Supprimer
  3. J'ai envie de voir le document sur le 13 novembre mais je n'en ai pas encore trouvé la force, je sais que je vais beaucoup pleurer...
    Pour ce qui est de l'allergie cela doit parfois être quand même bien pénible, tu me fais penser à une élève allergique au cacahuète qui l'an dernier a mangé un sneakers glacé à la cantine, parce qu'elle en avait très envie. Bien sûr cela s'est terminé par un appel aux pompiers... mais j'imagine que c'est parfois trop difficile de résister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, j'ai retrouvé plein de messages dans les SPAM ... oui prépare les mouchoirs, il y en aura besoin mais en même temps, les survivants ont eu une force et ils parlent d'amour, ils donnent aussi beaucoup d'espoir. Oh la pauvre gamine .. je me dis toujours que pour les enfants c'est pire, moi je suis grande mais oui parfois on a juste envie de faire comme les autres !

      Supprimer
  4. Alala ma pauvre... Ca ne doit pas être évident. Surtout quand on est gourmande ^^
    Parce que c'est ça le soucis. Si c'était quelque chose qui ne te faisait pas envie ça serait beaucoup plus simple de ne pas en manger... Heureusement que tu as ce qu'il faut sur toi, ça peut être dangereux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai moins de souci avec mon allergie au lait car je n'ai jamais aimé les yaourts/flans ou clafoutis, donc ça ne me manque pas mais sinon ... dur dur !!
      oui, j'apporterai ma seringue au festival !

      Supprimer