!-- Font Awesome -->

21 avril 2011

The Promise

Canal + a de bonnes idées lorsqu'il s'agit d'acheter des mini séries à l'étranger. "The promise" (le serment) en est le parfait exemple. Mini série britannique en 4 épisodes, diffusée en mars et avril. Je l'ai découverte après sa diffusion car j'aime regarder plusieurs épisodes à la suite, grâce à Canal + à la demande.

C'est honnêtement une des meilleures surprises de l'année, j'espère réellement qu'une chaine nationale (Arte, France 2) la diffuse à son tour, car il s'agit d'un vrai tour de force. 

L'histoire est passionnante car elle se passe à deux moments différents, après la seconde Guerre Mondiale et en 1995. Le spectateur suit la vie d'un jeune soldat de l'armée britannique et parallèlement celle de sa petite fille, cinquante après.

Christian Cooke


Alors que la jeune Erin Matthews (Claire Foy, sublime et parfaite) s'apprête à s'envoler pour Israël afin d'y passer l'été dans la famille de sa meilleure amie, Eliza, elle rend visite à son grand-père mourant Leonard Matthews "Len" (Christian Cooke, une vraie révélation), homme qu'elle ne connaît pas et découvre par hasard un vieux journal intime lui appartenant. Elle le subtilise et commence à le lire lors du vol vers Tel-Aviv. Elle découvre alors le passé d'un homme dont elle ignore tout . Son grand-père faisait partie des troupes britanniques installées en Palestine dès 1946 pour maintenir la paix en Palestine entre juifs et arabes.


Christian Cooke et Katharina Schüttler



Paul (formidable Itay Tiran)
Sa meilleure amie Eliza commençant son service national (elle a la double nationalité), Erin fait la rencontre de son frère Paul, (Itay Tiran) un ancien soldat israélien qui décide de lui montrer sa réalité d'Israël. Erin va alors découvrir toute la complexité de ce pays, tout en continuant de lire le journal de son grand-père, Len, dont la vie prend forme - elle découvre les atrocités dont il fut témoin à cette époque troublée (les années 40) et toute la complexité de sa mission. Tombé amoureux d'une jeune femme juive, Clara (formidable Katharina Schüttler (que j'ai vue dans Carlos, une vraie caméléon !), Len va devoir lutter contre ses sentiments et ses devoirs. Erin, cinquante plus tard va commencer à suivre les pas de son grand-père, remonter le temps en suivant ses traces, d'Israël aux territoires occupés, et tenter d'honorer une promesse faite par son aïeul il y a 60 ans qu'il n'a jamais pu honorer.


Len (1946) et Erin (1995)
J'avais acheté, il y a très longtemps (pour le baccalauréat) un livre que j'ai gardé qui racontait l'histoire de la création d'Israël et toutes les guerres qui ont suivi. Malheureusement, ce livre est toujours d'actualité, et comme dans ce téléfilm, la situation qu'a connu ce soldat britannique en 1946 n'a pas beaucoup évolué. Un mur s'est dressé pour séparer physiquement et symboliquement Israël des territoires occupés, et au sein de chaque population des voix divergent. J'ai appris beaucoup en regardant cette mini série, comme l'attentat de l'hôtel King David (le quartier général des forces britanniques) perpétué par Irgoun, une organisation armée sioniste qui luttait contre le mandat britannique, considéré comme une force d'occupation mais également comment s'est déroulée l'arrivée des juifs en provenance d'Europe, des survivants des camps d'extermination et qui dès leur premier pas étaient de nouveaux envoyés dans des camps de transit, numérotés (à la craie), lavés, fouillés par l'armée britannique qui voyait en cet exode un risque de guerre civile entre arabes et juifs.

L'arrivée des survivants des camps en Palestine, sous mandat Britannique
Le choix du réalisateur de faire des allers-retours entre le passé et le présent, celui de faire vivre à des intervalles séparées les mêmes émotions (attentats, rencontres avec les deux peuples, etc.) est très intéressant et très fort émotionnellement. Cette mini série ne prend aucun parti, elle apporte juste une lumière sur une situation finalement assez méconnue pour les européens comme moi, qui entendent uniquement parler d'Israël et des territoires occupés à la télévision. Le réalisateur a choisi de nous rappeler que ce sont tous des êtres humains, qui souffrent quotidiennement dans leur chair. 

Bonne nouvelle : le dvd est disponible en vente sur Amazon. Venez faire leur connaissance !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire