!-- Font Awesome -->

10 octobre 2014

The Normal Heart

J'ai vu il y a bien deux mois The Normal Heart consacré à l'arrivée de l'épidemie du sida aux USA au début des années 1980 et le combat mené par quelque personnes pour alerter la communauté et les autorités sur la dangerosité de ce virus. Julia Roberts, Mark Ruffalo et des vedettes du petit écran ont participé à cette aventure. 

Ce téléfilm reprend une pièce musicale créée par Larry Kramer et mise en scène à Broadway dans les années 80 puis reprise sur scène en 2011 (avec entre autres Ellen Burstyn ou Lee Pace). L'adaptation télévisuelle est fidèle à l'histoire, car le créateur, Kramer a écrit le scénario et c'est Ryan Murphy (Glee, American Horror Story, Nip Tuck) qui réalise.

L'histoire commence dès 1981 et met en scène l'écrivain satirique Ned Weeks (Mark Ruffalo). Homosexuel assumé, il passe des vacances en Floride quand il est confronté au premier cas de décès d'un ami. A l'époque, les médecins parlent d'une forme de cancer s'attaquant aux défenses immunitaires et personne ne pense à un virus. De retour à New York, actif dans la communauté gay, il réalise peu à peu que le nombre de malades croit sans cesse. Célibataire mais amoureux platonique du bel éphèbe Bruce Niles (Taylor Kitsch), il rencontre par hasard le très beau Félix (Matt Bomer) journaliste au NY Times. 

Bruce, de son côté, voit mourir tous ses amants et le dernier en date, un mannequin présente lui aussi ces fameuses tâches brunes sur la peau. Un seul hôpital accepte de les soigner. C'est celui du Dr Emma Brokner (Julia Roberts) qui défend mordicus qu'il s'agit d'un virus qui se transmet par les voies sexuelles. Mais personne ne la croit et aucune recherche n'est financée à cette époque. Les victimes sont très jeunes et meurent très rapidement (parfois en quelques semaines). Beaucoup se voient refusés par les hôpitaux car des mouvements religieux déclarent que les homosexuels paient ainsi le prix de leur déviance. Ces images sont assez éprouvantes, comme celle de la propagation du virus - certaines scènes, comme celle du métro ou de la boîte de nuit me hantent encore.


Ned et ses amis créent ensemble le groupe The Gay Men's Health crisis dont le but est d'alerter à la fois la communauté gay mais aussi de rallier les autorités (et spécialement le Maire de New York) à leur cause. Mais leur cause n'est pas entendue - le Maire refuse tout rendez-vous. Aucun article n'est publié sur l'épidémie, qui a déjà fait plusieurs milliers de morts à travers tout le pays. Une omerta règne aux USA. J'ai forcément fait le parallèle avec le film Dallas Buyers Club,  qui face au refus de l'administration américaine avait fini par organiser un véritable réseau de contrebande de médicaments (français) avec le Mexique. Ici aussi, le Dr Emma Brokner tente d'alerter le gouvernement américain car un traitement existe en France or les américains refusent même de parler d'épidémie. Pour une fois, j'ai eu le sentiment que notre gouvernement avait, à l'époque, pris en considération beaucoup plus rapidement le danger du sida et avait rapidement mis des scientifiques au travail.
 
Parallèlement, le film raconte aussi que les réunions pour alerter la communauté homosexuelle du danger de cette épidémie sont elles aussi un échec. Évidemment le refus de se protéger augmentera le nombre de victimes. J'ignorais que la communauté avait été aussi peu réceptive. Ned continue de combattre en allant à la télévision et en accusant le Maire de ne rien faire volontairement, il est en effet très concerné car Félix (Matt Bomer) développe à son tour la maladie. 

J'ai trouvé le film plus didactique que romancé au début : il rapporte vraiment le combat de quelques hommes (et femmes) mais le réalisateur sait aussi faire passer l'émotion au-devant quand l'histoire d'amour qui unit Ned à Félix prend une tournure tragique. Soyez prêt à sortir vos mouchoirs !



Les acteurs sont tous formidables, Julia Roberts est toujours parfaite - Mark Ruffalo est surprenant dans le rôle et très convaincant, idem pour Taylor Kitsch en blond platine. Matt Bomer a donné de sa personne : il a perdu plus de 20 kg (le film a du être tourné en deux fois) et ne pouvait plus se lever la dernière semaine de tournage. 

Les rôles secondaires sont tenus par des acteurs vedettes du petit écran comme BD Wang qui joue dans NY SUV ou Jim Parsons, le fameux Sheldon de la série The Big Bang Theory, Ce dernier reprend le rôle qu'il avait tenu dans la pièce jouée à Broadway en 2011. 

A voir donc pour la petite et la grande histoire. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire