!-- Font Awesome -->

16 janvier 2014

My addictions of the week

En 2014, une bonne résolution pourrait être de diminuer le nombre de mes addictions, je ne fume pas, je bois peu - mais j'ai d'autres drogues ! Comme le monsieur l'a dit à la télévision, les résolutions ne fonctionnent que si elles ont un sens et si on y prend plaisir - aussi je ne touche pas à mon addiction au chocolat ! 

Par contre, je pourrais essayer de diminuer mon addictions aux films et aux séries télévisées... je n'ai aucun souci à le faire quand il fait 27°C et grand soleil mais quand on a la gorge qui chatouille et qu'on rêve d'être au lit...


Mais passons aux choses sérieuses :-)





Au menu cette semaine : Les brasiers de la colère, Golden Globes, Populaire, Arrow, Ryan Gosling, In the Flesh, Gaspard Proust, Jack Reacher, Homeland, Leonardo Di Caprio etc. 





Mes addictions télévisuelles

J'attends l'arrivée de la saison 3 de Homeland le 30 janvier prochain. J'aime beaucoup les deux acteurs principaux. J'avoue que depuis l'arrivée de Canal + Séries, j'ai découvert beaucoup de nouvelles séries. Parfois je deviens accro, comme The Americans - j'aime beaucoup être projetée en 1980, rédecouvrir les vieux répondeurs, la vie sans portable, les vieux ordinateurs et cette course poursuite entre les espions américains et russes. 


Je viens de découvrir Arrow - une série pas particulièrement brillante mais attachante. L'idée de départ est pas mal et j'ai préféré les derniers épisodes diffusés que les tous premiers. Elle ne casse pas 3 pattes à un canard, et on est très loin des séries "intellectuelles" mais c'est un bon divertissement. J'avais du mal avec le physique d'Apollon de l'acteur principal (dont je viens de trouver le nom, ce qui montre à quel point je ne suis pas fan, Stephen Amell) et puis c'est assez prévisible dans l'ensemble. Par contre, j'aime bien le côté amoral de la série : le type a une liste de personnes à abattre que son père lui a laissée avant de mourir, et il s'évertue à le faire.

Donc voilà, 2014 commence à peine et me revoilà plongée dans les séries ! 

J'ai hâte de voir la suite de House of Cards , nettement plus intellectuelle comme série. 

Dans mon bilan culturel, j'avais mentionné mon coup de foudre pour la mini série britannique In the Flesh (3 épisodes).  Pourtant, au départ, je n'étais pas trop fan, je n'ai jamais particulièrement aimé les zombies. Mais cette histoire est inédite. 

La première scène présente le héros de cette mini série, Kieren Walker, qui retourne dans son village du Lancashire en Angleterre après avoir  passé plusieurs mois dans un centre de réhabilitation pour les "zombies" ("Undead"). En effet, les médecins ont découvert une méthode (à base d'injection quotidienne) pour éteindre tous les effets négatifs de leur condition (comme la rage et leur sale envie de manger de la cervelle humaine) et leur permettre, à base de maquillage et de lentilles de cacher au reste du monde leur identité. 



Mais la population est au courant, et le retour de Kieren dans son village va soulever une vague d'indignation, particulièrement des troupes de chasseurs de "rotters" (surnom négatif donné aux zombies) qui souhaitent les éradiquer. 

On apprend rapidement que les zombies sont nés lors du "Rising" (soulèvement) il y a quatre ans. Tous les morts sont subitement revenus à la vie mais sous les traits de zombies et ils ont semé la terreur avant d'être tués ou réhabilités. Ce soulèvement demeure inexpliqué. Au fil des trois épisodes, on devine que Kieren, jeune homme d'à peine 18 ans lors de son décès, avait choisi de mettre fin à ses jours. Il avait demandé à être incinéré, mais ses parents trop émus avaient préféré l'enterrer. Son retour est donc compliqué au sein de sa famille, qui se sont sentis abandonnés lors de son décès et ne savent pas comment aborder ce tragique incident. 

Honnêtement, le premier épisode ne pas totalement emballé, comme je le disais, les scènes d'attaques zombies ne m'apportent pas grand chose mais j'ai été comme happée par l'histoire, les états d'âme du jeune homme dans le second épisode et complètement accro dans le dernier épisode. L'histoire raconte comment le jeune homme ne s'était pas remis du départ de son meilleur ami (dont il est amoureux). Ce dernier, fils d'un extrémiste s'était engagé dans l'armée et était décédé en sautant sur une bombe. Mais comme Kieren, il réapparait dans son village après avoir été réhabilité. 

Ces deux épisodes nous font vivre de grandes émotions, leurs retrouvailles, leurs craintes, le regard des autres, et surtout leurs relations avec leurs familles, très intenses. 

J'avoue avoir été très émue à la fin. Bref, une mini série (3 épisodes) unique et fantastique. A voir absolument.

*  *  *

Mes addictions cinématographiques

Je tente de rattraper mon retard de films diffusés sur le petit écran (Canal +) et je suis nulle à ce jeu-là. Bon, j'ai quand même vu : 

- Subwave - un film d'action russe, qui raconte la survie de passagers du métro moscovite le jour où les tunnels sont soudainement inondés. Un film brut de pomme, pas grand chose à chercher. Mais bon, ça me permet de pratiquer mon russe et surtout de voir une Russie moderne et pas nostalgique. 

- De l'autre côté du périph' - franchement, j'ai pris le film en route et je l'ai regardé sans grand intérêt (je surfais sur le web) - Omar Sy et Laurent Laffite (si je ne me trompe) semblent s'être bien amusés, mais ce n'est pas la comédie de l'année.

- Jack Reacher - j'avais très peur de voir ce film, car j'ai lu plusieurs livres de Lee Child dont Jack Reacher est le héros - le romancier le décrit comme un homme de 2 m très imposant physiquement et plutôt jeune et là me voilà coincée avec Tom Cruise. Bref, j'ai quand même regardé - Tom Cruise s'entoure toujours de bons techniciens, la réalisation est soignée et j'aime beaucoup Rosamund Pike mais c'est un film qu'on oublie vite. 




- Gangster Squad - oh Ryan Gosling au générique ! Ce film raconte comment la police de Los Angeles, écœurée par la main mise du parrain mafieux (Sean Penn) sur la ville, décide de rendre justice en menant des raids totalement illégaux. Ajoutez-y une bluette entre la petite amie du parrain (Emma Stone) et l'un des policiers (Ryan G.) et quelques scènes de mitraillettes et de casino, et vous avez tout compris. Le film, sorte de croisement raté entre L.A Confidential et Les Incorruptibles s’essouffle rapidement et on hâte qu'il se termine. J'ai d'ailleurs trouvé l'acteur Ryan Gosling assez transparent dans le film.

- Populaire - La preuve que je suis ouverte d'esprit, j'ai accepté de me retrouver à nouveau en tête à tête avec Romain Duris pendant 1h30. J'étais curieuse de voir ce film, plus pour l'histoire elle-même, sur ce concours de dactylo. Un petit film sympa, sans prétention. Je n'ai pas trouvé l'actrice principale transcendante.

Il me reste à voir Les Misérables, L'Odyssée de Pi et Amour. Rien qu'en citant les titres, je me dis que j'ai commencé par les plus mauvais.


Sinon, j'ai quand même vu le spectacle de Gaspard Proust - il faut apprécier l'humour noir mais j'ai passé un bon moment. Je ne regarde jamais les prestations dudit monsieur dans l'émission du samedi sur Canal +. 

Je parlerai cinéma dans un autre billet, idem pour les livres mais j'étais contente de voir qu' Elizabeth Moss a remporté le Prix de meilleure actrice dramatique aux Golden Globes pour sa prestation dans The top of the Lake et Robin Wright dans la série House of cards


Et Leonardo Di Caprio a été récompensé pour son rôle dans Le loup de Wall Street - deuxième Golden Globes pour l'acteur mais contrairement à d'autres acteurs, ça ne prédit en rien pour les Oscars qui pourraient lui préférer Matthew McConaughey ou Christian Bale. J'ai lu quelque part qu'une pétition circulait pour qu'il soit enfin récompensé aux Oscars - mais rappelons que de grands acteurs n'ont jamais reçu la fameuse statuette (et depuis reçoivent des récompenses pour l'ensemble de leur carrière). Je n'ai pas encore vu le film donc j'ignore si sa prestation vaut une récompense. J'ai bien en tête quelques films où il l'aurait mérité. 

La liste des nominés aux Oscars est attendue pour la semaine prochaine, on verra si le choix de la photo de Leo était le bon. Comme d'habitude, je vais préparer un petit billet sur mes prédictions.

Retour aux Golden Globes, je vous invite à regarder sur internet le discours très drôle d'introduction de Tina Fey et Amy Poehler (en anglais), je vous traduis quand même quelques "vacheries" sur les acteurs :

"Gravity, le film où George Clooney préfère aller dériver dans l'espace plutôt que de passer une minute de plus avec une femme de son âge " ;-)

" l'acteur Matthew McConaughey a perdu une vingtaine de kilos pour son rôle - bref, ce que fait chaque actrice à chaque film [sic]"

" Et maintenant, comme un vagin de mannequin, accueillons chaudement Leonardo Di Caprio"



Côté sorties au cinéma, j'ai très envie de voir Les brasiers de la colère (Out of the furnace) de Scott Cooper (réalisateur de Crazy Heart) avec Christian Bale, Woody Harrelson et Casey Affleck. Malheureusement, il n'est pas diffusé dans ma ville (pas loin en banlieue mais la place sera chère).  Le film raconte la fin d'une ville ouvrière au travers d'une famille incarnée par deux frères, l'ainé (Bale) tentant de venir à l'aide de son jeune frère (Affleck) revenu détruit de la guerre. Bref, un film noir, sans doute un peu prévisible mais les critiques louent la performance de Bale qui, je le rappelle est un de mes acteurs préférés.  Et le reste du casting me plaît fortement : Woody Harrelson, Forrest Whitaker et Sam Shepard, entre autres. 

Et je dois aussi enfin voir Le Loup de Wall Street . J'ai lu pas mal de critiques sur YSL et je ne suis pas vraiment tentée. J'attends les sorties de 12 years as a slave, Dallas Buyers Club et American Bluff pour aller m'enfermer de nouveau dans les salles obscures  ;-) 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire