!-- Font Awesome -->

06 novembre 2014

My addictions of the week


Estonia - wifi everywhere !

Au menu cette semaine : l'anniversaire de Matthew McConaughey, Ron Rash, les cornichons, Estonie, Homeland, des livres et encore des livres, mon autre blog, expo au Lieu Unique, Nantes, Jim Carrey,  eLU, Tallinn.




Mes drogues culinaires

L'autre jour, j'ai beaucoup ri en lisant sur HC le billet d'un blogueuse (dont le nom m'échappe, si elle se reconnait, qu'elle se manifeste) consacré au fameux bocal de cornichons. Sans doute aussi, parce que, en cornichons, je m'y connais ! J'adore ce condiment à tel point qu'un bocal de taille moyenne ne dure jamais plus d'une semaine chez moi. Je suis constamment à court de cornichons. 

Et je ne fais pas semblant car je mange aussi les petits oignons blancs. Avec moi, rien de perdu ! ça ressemble fort à une addiction, non ?
 



Mes drogues télévisuelles 

Je suis totalement accro à la nouvelle saison de Homeland - hier soir, j'ai adoré l'épisode et j'ai attendu sa rediffusion une heure plus tard sur la même chaîne pour le revoir ! La pauvre Carrie pète un plomb - et on ne s'en plaint pas !
J'ai suivi avec la plaisir la série Rectify sur Arte - et j'attends l'arrivée de nouvelles séries sur Canal + séries et ailleurs. En ce moment, je suis peu "télé" et lorsque je regarde le petit écran, c'est pour privilégier les documentaires.  

Et quand je parle documentaires, je veux dire de toutes sortes dont :

- ceux consacrés aux catastrophes aériennes, je suis fan de cette émission. Elle est diffusée sur Arte ou France 5 (je ne sais jamais) et décortique une catastrophe aérienne en détail (la dernière remontait je crois aux années 70). 

La dernière fois, elle mettait en cause non seulement une défaillance technique (le pilotage automatique indiquait que l'avion volait trop haut alors qu'en fait c'était l'inverse) et la mauvaise réaction du pilote. Puis, ils expliquent ce qui a été fait depuis pour améliorer le système du pilotage automatique et les alarmes automatiques, ainsi qu'en matière de formation des pilotes. Bizarrement, j'adore l'avion et cette émission ne remet pas en cause mon amour pour ce moyen de transport !
 

* * *

Mes drogues littéraires

J'ai craqué - disons qu'on m'a demandé ma lettre au Père Noël, j'ai donc filé en librairie repérer les livres qui me font de l’œil puis sur le site internet de Gallmeister pour leur collection Totem que j'adore.

Forcément, voir tous ses livres brochés, neufs, à l'odeur si caractéristique et repartir les bras vides, vous imaginez l'horreur !

Le lendemain, j'étais donc de retour en ville bien décidé à satisfaire ma soif : direction une librairie de livres d'occasion - avec une idée en tête  bien précise : j'avais repéré plusieurs livres dont je ne connais les auteurs que de nom. Alors j'ai décidé d'acheter leurs précédents livres (pas tous) afin de me familiariser avec leur style et voir s'ils méritent toujours de figurer sur ma liste au Père Noël. 
Bizarrement, je n'arrive jamais à trouver certains ouvrages d'auteurs en livres d'occasion (exemple : Joseph Boyden ou Fante (père et fils)), bon signe sans doute - les lecteurs ne veulent plus s'en séparer ?)

Après la lecture ardue du roman de Donna Tartt, j'avais envie de légèreté et donc je me suis naturellement dirigée vers les policiers. 


Je suis donc repartie, les bras chargés, le sourire aux lèvres avec les livres suivants : 

- Papillon blanc de Walter Mosley - j'avais très envie de découvrir cet auteur noir américain et son personnage Easy Rawlins dans le Los Angeles des années 50. Je suis en pleine lecture de ce polar et il se lit tout seul ! C'est chose faite (cf. mon billet)

- Un pied au Paradis de Ron Rash - cet auteur me fait de l’œil depuis longtemps et j'ai flashé sur son dernier ouvrage, Une terre d'ombre - aussi il était naturel de de lire ses précédents ouvrages. Lu et dévoré !
  un vrai coup de cœur à lire ici

- Histoire d'os de Donald Westlake - impossible d'échapper à cet auteur prolifique, qui se cachait des dizaines de pseudonymes. J'ai choisi cette histoire car elle met en scène son héros improbable Dortmunder et  promet au lecteur du rire, du fun, un esprit déjanté et un bon polar. Que demander de plus?

- A l'ouest rien de nouveau d'Erich Maria Remarque - paru en 1928, ce roman pacifiste est un témoignage bouleversant sur la Grande Guerre. Je n'avais pas prévu de l'acheter, mais son petit prix et son titre, si familier  m'ont convaincue ! 

Puis j'ai filé à la maison de la presse, et là - il me manquait 1€ pour payer en carte, plutôt que d'acheter un magazine, j'ai sauté sur l'occasion et emporté un petit Folio à 2€ :
- Bernice se coiffe à la garçonne, une nouvelle de mon cher et tendre F.Scott Fitzgerald.

Mais je n'en ai jamais assez, donc je suis partie à la médiathèque où j'ai emprunté 3 livres, j'avais une liste de titres en tête mais peu étaient en rayon (et souvent ils sont dispatchés dans les autres bibliothèques du réseau), j'ai trouvé le premier et les deux autres furent des coups de cœur, ils étaient sortis volontairement des rayons (les coups de cœur des bibliothécaires) : 

- Les saisons de la solitude de Joseph Boyden (je suis en pleine lecture) - je découvre l'auteur (une honte pour une passionnée des tribus indiennes comme moi).

- Sagan 54 d'Anne Bérest  - j'ai lu ses autres romans et la vie de Sagan est fascinante. Donc j'ai hâte de le lire, je me suis précipitée dessus en l'apercevant !

- Ce sont des choses qui arrivent de Patricia Dreyfus - l'un des quatre romans sélectionnés pour le Prix Goncourt 2014. 

Et hop les infos tombent en direct, le prix est finalement attribué à Lydie Salvaire pour Pas pleurer que j'ai vue à l'émission La Grande Librairie jeudi dernier.
Et le Prix Renaudot à Charlotte de David Foenkinos, pourtant souvent décrié par certains médias.
Je n'ai lu aucun des deux, j'avais plus envie de découvrir le dernier ouvrage de Nancy Huston, invitée également à la même émission. 


*  *  * 

Mes drogues culturelles 



AGENDA : J'ai noté sur mon agenda la semaine "Vivre l'Estonie à Nantes" du 5 au 15 décembre prochain organisée par le Lieu Unique (eLu) à Nantes. L'expo est pluridisciplinaire : de la cuisine, à la musique, en passant par les arts plastiques, le théâtre, l'architecture ou le cinéma : tout tout vous saurez tout sur l'Estonie !

Je vous avais fait partager mes vacances en Estonie l'été dernier (en 3 billets, ici, ci et ) et mon coup de cœur pour ce petit pays. Depuis, je suis sur abonnée sur Facebook à plusieurs lieux culturels estoniens (du musée national à une jeune galerie d'art contemporain). 

Aussi, ai-je hâte de pouvoir découvrir cette exposition consacrée à ce petit pays aux multiples visages.  L'exposition, à travers sept lieux nantais nous emmènera à la découverte "d'un patrimoine, d'une création tous azimuts.."  promettent-ils. Tallinn, la magnifique capitale a pas mal de points communs avec la cité des Ducs de Bretagne. 

Bref, vous l'aurez compris, j'ai hâte !

Mes drogues webesques
  

J'ai passé ces derniers jours à retravailler sur mon autre blog, consacré entièrement .. aux livres ! Electra's amazing flying books.

Et je ne le regrette pas, il avait besoin d'un sérieux coup de rafraichissement, j'en ai profité pour enfin insérer ma PàL (presqu'à jour) et la liste des billets publiés sur mes deux blogs depuis 2010. J'ai aussi découvert pas mal de nouveaux blogs consacrés à cet art majeur et je suis ravie !  Vous pouvez les retrouver en blogroll.

Et j'ai ajouté plusieurs abonnements à mon compte Youtube - j'aime bien regarder certaines émissions et interviews en ligne et à ma guise.

Matthew McConaughey a eu une année 2014 bien remplie : un Oscar, le titre de l'homme le plus sexy, une mini série télé récompensée, bref la totale et une publicité pour une voiture qui a fait le tour de la toile.
Pas de doute : la rançon du succès est là mais son accent, sa voix trainante, ses tournures de phrases, son désormais célèbre "alright, alright, alright" ont aussi fait de lui l'homme le plus imité par ses pairs (Matt Damon #1).

Voici donc deux petites vidéos, l'une mettant en scène le génial Jim Carrey qui l'imite dans la publicité qu'il a récemment tournée pour une marque de voiture, la Lincoln et Matthew McConaughey lui-même, accompagné de son acolyte Woody Harrelson (les deux ayant la même réputation d'aimer la belle vie, les barbecues et se fumer un joint régulièrement) venus présenter un prix où chacun se moque de l'autre. 








Aucun commentaire:

Publier un commentaire